Retraite: la gestion de certaines caisses complémentaires épinglée

le
0
L'Inspection générale des affaires sociales (Igas) critique les placements effectués par les caisses de retraite des professions libérales. De quoi permettre au gouvernement Ayrault de justifier leur mise sous tutelle.

La gestion des quelque 100 milliards d'euros de réserve des caisses complémentaires de retraite laisse plus qu'à désirer. C'est la conclusion d'un rapport sans concession de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas), diffusé mardi. Quatre experts de ce corps d'élite du ministère des Affaires sociales se sont notamment penchés sur les placements des caisses complémentaires des professions libérales, qui disposent d'une grande liberté pour gérer leurs réserves accumulées en vue des déséquilibres à venir entre cotisants et retraités.

Certaines petites caisses, comme celle des notaires, suivent trop aveuglément les conseils des gestionnaires de fonds privés qui leur proposent leurs services. Hedge funds, produits dérivés et autres tit...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant