Retraite et compte pénibilité : explications

le
3

Dans le cadre de la réforme des retraites présentée en Conseil des ministres le 18 septembre dernier, la création d'un compte pénibilité a été proposée pour les métiers difficiles.

Le critère de la pénibilité

À compter du 1er janvier 2015, le gouvernement souhaite mettre en place un compte pénibilité dans le cadre de sa réforme sur les retraites. Le « compte individuel pénibilité » serait alloué aux nouveaux arrivants sur le marché du travail, exerçant une profession présentant une pénibilité avérée.

L'Institut national de recherche et de sécurité (INRS) a défini la pénibilité comme « une exposition à un ou plusieurs facteurs de risques professionnels susceptibles de laisser des traces durables, identifiables et irréversibles sur la santé ». Les critères de pénibilité sont notamment le travail de nuit, un rythme répétitif, la contrainte physique telles que la manutention de charges ou des postures pénibles, l'exposition à un environnement agressif.

Le principe du compte

Les salariés occupant un travail pénible se verront dotés d'un compte pénibilité, sur lequel sera attribué un certain nombre de points en fonction du temps de pénibilité assumé. L'intérêt de ces points est de permettre l'obtention de trimestres en vue d'un départ anticipé à la retraite.

Quel gain de trimestres ?

Le compte pénibilité fonctionnera comme une épargne du temps de travail pénible effectué. Pour dix trimestres de tâches, le salarié pourra obtenir le droit à un trimestre de congé formation. Trente trimestres seront nécessaires pour gagner un trimestre au moment de la retraite.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • quibe le mercredi 27 nov 2013 à 10:45

    C'est vrai, il faut avoir l'esprit de justice et l'esprit Républicain ... les salariés du privé doivent payer les 35 milliards d'euros qui manquent dans les caisses de ceux qui ne savent que dépenser !

  • Urfee le lundi 25 nov 2013 à 19:55

    Combien d'emplois ont crées François Hollandouille et Jean-Marc Blaireau dans toute leur carrière d'ANE pour l'un et de PROF pour l'autre ? Combien de fois dans leur vie ils ont su ce que c'était de travailler pour payer des charges sociales ? Combien de fois ?

  • GuyAOC le lundi 25 nov 2013 à 18:10

    Encore du clientélisme . . . les salariés du privé ne sont pas défendus par les syndicats, qui défendent les 8 % des salariés des régimes spéciaux . . . les autres doivent passer à la caisse, au nom de la justice sociale, de l'égalité, de l'esprit républicain !!!