Retraite de Sandy Casar : l'hommage du milieu du cyclisme

le
0
Retraite de Sandy Casar : l'hommage du milieu du cyclisme
Retraite de Sandy Casar : l'hommage du milieu du cyclisme

Simples amateurs de cyclisme ou coureurs professionnels, ils sont nombreux à avoir réagi à la décision de Sandy Casar de prendre sa retraite comme il l'a révélé en exclusivité vendredi matin dans les colonnes du Parisien et d'Aujourd'hui en France. Sur les réseaux sociaux, et notamment sur Twitter, les hommages aux treize ans de carrière du coureur de la FDJ se sont multipliés.

A 34 ans, Casar a marqué son époque et pas seulement pour ses deux victoires d'étape sur le Tour de France et sa sixième place lors du Tour d'Italie 2006. Les anciens équipiers du retraité, Jérémy Roy et Yoann Offredo, ont salué le sportif et tout ce qu'il a pu apporter au cyclisme tout au long de sa carrière exemplaire.

«Notre Sandy tire sa révérence. Bravo pour ta carrière et ton abnégation. Merci pour les bons moments à tes côtés. Tu nous manqueras», indique Roy. «Hommage à tout ce qu'il a pu apporter à l'équipe. Des moments inoubliables», relève de son côté Offredo.

Nicolas Fritsch, qui s'est retiré du peloton en 2008, a souhaité plein de bonnes choses à son ami : «Bonne retraite mon vieux Sandy. Tu l'as bien mérité, toi qui a sauvé ton équipe tous les étés dans les années obscures.»

L'hommage appuyé de Marc Madiot

Mais c'est sans doute Marc Madiot, manageur de la Française des Jeux et très proche de Sandy Casar, qui lui a rendu l'hommage le plus appuyé. «Sandy Casar, c'est un grand moment de notre histoire et un homme fidèle qui a débuté avec la Française des jeux et terminé dans la même équipe, indique-t-il sur le site de sa formation. Il a été un exemple pour les jeunes et faisait l'unanimité auprès des autres coureurs. Il a souvent sauvé la boutique. Quand il avait une course en tête, il ne lâchait rien et il l'a fait à une époque qui n'était pas facile. Je ne l'ai jamais entendu s'en plaindre?»

«Depuis quelques semaines, enchaîne-t-il, je savais qu'il n'était pas bien mais il ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant