Retraite : bras de fer entre Paris et la Commission européenne

le
0
L'impératif d'une réforme des retraites qui n'alourdisse pas la contribution des employeurs demeure entier.

Depuis le début de l'été, la réforme des retraites empoisonne l'atmosphère entre la France et l'Union européenne. Tout est parti fin mai d'un geste de la Commission plutôt bien accueilli par Paris: le report de deux ans accordé pour ramener le déficit budgétaire hexagonal dans les clous européens, c'est-à-dire à 3% du PIB. Une concession qui avait un prix: des réformes économiques profondes et difficiles à avaler pour une majorité socialiste, y compris le retour à l'équilibre financier du système de retraite «pour 2020 au plus tard».

«Une erreur de casting»

Pour la gauche, le commissaire Olli Rehn et l'équipe Barroso ont aggravé leur cas en poussant trop loin le détail d'une réforme sur laquelle beaucoup de gouvernements se sont cassé les dents. L'exécutif européen demandait précisément à la France «d'adapter les règles d'indexation, les âg...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant