Retraite à 60 ans: la notation de la France menacée, selon le WSJ

le
39

Le Wall Street Journal critique jeudi la brèche dans la réforme des retraites ouverte la veille par le gouvernement français, évoquant un risque pour la notation du pays.

Le nouveau gouvernement socialiste veut permettre à certains salariés de continuer à partir à la retraite dès 60 ans, sans attendre les 62 ans prévus par la réforme du précédent président, Nicolas Sarkozy.

"Abaisser l'âge de la retraite rapproche la France d'une nouvelle dégradation" de sa notation par les agences financières, prévient dans un éditorial le Wall Street Journal, pour qui la réforme de l'âge de la retraite en 2010 était "la réalisation la plus importante de Nicolas Sarkozy en matière de politique intérieure".

"C'était plus d'un an avant que la France perde sa notation triple A et se déplace vraiment dans le camp +à risque+", ajoute-t-il.

L'agence de notation Standard & Poor's avait retiré en janvier à la France sa note maximale "AAA". Sa concurrente Moody's Investors Service l'a pour sa part confirmée fin mai, mais a laissé la perspective négative, signifiant qu'elle pourrait abaisser la note "à moyen terme".

Le Wall Street Journal évoque la "bombe budgétaire" qui menace les régimes de retraite en Europe, en raison de l'allongement de la durée de vie et de la baisse de la natalité.

Il rappelle que quand le chancelier allemand Bismarck avait créé le premier système de sécurité sociale en 1889, l'âge de la retraite était fixé à 70 ans, quand les travailleurs en dépassaient rarement 50.

"Une dose de pragmatisme bismarckien serait appropriée à la fois pour M. Hollande et pour les syndicats qui applaudissent la décision de mercredi", juge le quotidien.

"Une fiscalité plus élevée pourrait aider à aplanir les chiffres durant un moment, mais au prix d'une hausse du coût du travail salarié et donc en endommageant la création d'emplois et la croissance", souligne-t-il.

"A moins que les taxes sur les salaires n'atteignent des niveaux astronomiques, il s'avèrera impossible sur la durée d'équilibrer un système dans lequel les retraités passent deux décennies à vivre de l'argent d'autres personnes".

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Beluga95 le vendredi 8 juin 2012 à 22:58

    PErsonnellement je n'aimerais pas être celui qui devra trancher entre les 2 possibilités

  • Beluga95 le vendredi 8 juin 2012 à 22:56

    2 scénarios possibles : A l'avenir les retraités seront si nombreux que l'assurance chomage risque de sauter, une perte d'emploi rimera avec RSA, le seul moyen de pouvoir payer les retraites, ou alors l'inverse, pension de retraite de misère car les actifs ne pourront plus cotiser asser.

  • M935678 le vendredi 8 juin 2012 à 20:06

    A quelle date SP doit il revoir et dégradé la note de la france?Ce qui nous pénalisera tous

  • vouscost le vendredi 8 juin 2012 à 16:40

    Bravo et merci pour vos condoléances elle nous touchent sincèrement ;les Français qui ont voté Hollande applaudissent des 4 mains de partir à 60 ans et ils se fichent comme de leurs premières paires de chaussettes de qui va payer ,pourvu qu'ils encaissent ; ils ne pleureront que quand on ne pourra plus les payer ,en attendant ils rient !!!

  • Beluga95 le vendredi 8 juin 2012 à 16:21

    Rien de nouveau, on hypothèque l'avenir des générations suivantes, en espérant que la natalité tienne bon et que la croissance revienne. Quoiqu'il arrive en tant que retraité on gagnera toujours plus aujourd'hui que demain, et plus demain qu'apres demain... à moins que le système ne s'effondre pour etre reconstruit !

  • LT1965 le vendredi 8 juin 2012 à 16:10

    Vu le taux de chômage des seniors avant leur mise en retraite on peut se poser la question suivante : Est il plus couteux pour la collectivité de payer des retraites ou du chômage ?N'est-ce pas aussi une façon de transformer des chômeurs en retraités.

  • cboivin1 le vendredi 8 juin 2012 à 10:09

    Et au fait...la retraite des députés et des sénateurs..on en est où ????

  • hf59269 le vendredi 8 juin 2012 à 09:12

    50 MILLIARDS DE FRAUDE PAR AN , il y a de quoi faire pour récuperer de l'argent mettons des fonctionnaires là ou il faut

  • M6111389 le vendredi 8 juin 2012 à 07:54

    Pourquoi certains fonctionnaires peuvent partir à 55 ans pendant que les privés doivent attendre d'avoir atteint 62 ans ... mettons tout le monde sur le même pied et tout ira pour le mieux.

  • alzhod le vendredi 8 juin 2012 à 02:45

    Le probleme c'est la retraite par répartition qui fait que ce sont les actifs qui paient les retraités. Alors que la retraite par capitalisation (chaque actif paie pour sa propre retraite, comme pour une assurance vie) ne plombe ni le pouvoir d'achat (puisqu'on module selon ses capacités d'épargne) et n'augmente pas le coût du travail. Il serait temps de sortir d'une mentalité d'assistés sociaux avant de finir tous ruinés ...