Retraite : 20 % des seniors ne savent pas quand ils partiront

le
2
Complexe et mouvante, la législation sur les retraites plonge un senior sur cinq dans l'incertitude. » Les caisses de retraite débordées par les réformes successives

Plus de 20 % des seniors (21 % exactement) ne savent pas jusqu'à quel âge ils devront travailler pour obtenir une retraite à taux plein. C'est ce que révèle un sondage réalisé par le groupe Menway, pour le magazine Entreprise et Carrières. Un chiffre pas si étonnant selon les professionnels du secteur. Âge légal repoussé, durée de cotisation allongée, la succession de réformes n'est pas étrangère au sentiment d'incertitude qui anime les Français. «D'autant qu'il risque d'y en avoir d'autres», explique Marc Darnault, associé chez Optima retraite, cabinet de conseil spécialisé. «Les caisses complémentaires Arrco (salariés) et Agirc (cadres) sont toujours dans le rouge, et si l'avenir de l'AGFF (l'organisme qui permet aux personnes qui partent avant l'âge de toucher le taux plein, ndlr) est assuré jusqu'en 2018, la question reste entière pour l'après», souligne-t-il notamment.

La multitude de réformes, donc, serait grandement responsable, mais pas seulement. Le taux de remplacement - montant de la retraite par rapport aux derniers salaires perçus - n'étant pas très bon, les seniors s'interrogent également sur l'opportunité de poursuivre une activité plus longtemps pour garantir leur niveau de vie. La multitude de paramètres à prendre en compte, ainsi que leur complexité font le reste. Malgré la création d'outils comme le simulateur M@rel, reconstituer sa carrière n'est pas simple. Périodes de chômage durant lesquelles on cotise, enfants qu'il est possible de rattacher ou non, trimestres équivalents ou assimilés ... «Si en plus, vous avez dû cotiser à plusieurs régimes, c'est très compliqué de trouver quelqu'un de compétent pour tout mettre à plat», assure Marc Darnault.

Au final, le flou législatif et le manque de fiabilité des informations empêchent toute personne qui n'est pas proche de la retraite de se faire une idée précise de sa situation. Les spécialistes du conseil en retraite ne constatent pas pour autant un afflux particulier de clients avides de démêler leur situation. «Nous recevons toujours les deux mêmes profils. Soit ils ont 45 ans et se trouvent face à un choix qui peut avoir de l'impact sur leur avenir, comme la création d'une entreprise ou une expatriation, et ils souhaitent connaître les éventuelles conséquences sur leur retraite. Soit il s'agit de personnes proches de l'âge légal qui souhaitent s'informer sur le rachat de trimestres ou le cumul emploi-retraite», explique Marc Darnault. Bruno Renardier, directeur du cabinet Novelvy, dont la clientèle est en majorité constituée de chefs d'entreprises, note même une certaine fébrilité à l'approche de la retraite. «Contrairement aux salariés qui souhaitent quitter leur poste et s'informent plus tôt des modalités, les chefs d'entreprises s'y mettent souvent très tard. En définitive, plus on est haut placé dans la hiérarchie, plus on a peur de la retraite», résume-t-il.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • psion le mardi 8 oct 2013 à 19:29

    l'age de départ à la retraite est conditionné par l'age du capitaine et le nombre d'années de cotisation .les médias et l'opposition font tournebouler la réflexion des salariés ,au grand bénéfice des cabinets conseils en retraite qui se développent ! Il suffit d'interroger la CNAV, pour connaître ses droits et c'est gratuit !

  • mdr21 le mardi 8 oct 2013 à 19:25

    http://experts-univers.com/stage-formation-et-validation-de-trimestres.html#repondreStage et reconversion formation professionnelle, 50cts € de cotisation prise en charge par l'état, c'est honteux