Retour sur une interminable négociation menée par le Raid

le
0
Dans les moments critiques, les négociateurs se sont employés à maintenir un lien avec Mohamed Merah, même ténu.

Après l'échec d'une arrestation à chaud à 3h10 dans la nuit de mardi à mercredi et les violents coups de feu échangés en pleine nuit, les négociateurs du Raid (Recherche assistance intervention dissuasion) entrent en action. Avec un seul objectif en tête: «Obtenir que ce type nous ouvre la porte et nous laisse entrer», résume un ancien patron de l'unité d'élite. Il s'agit d'abord d'établir le dialogue avec un homme évidemment à cran et d'autant plus méfiant qu'il sait que la police a d'abord cherché à l'interpeller par surprise. À Toulouse, l'équipe de négociateurs se met en place. À sa tête, celui qui a été désigné pour tenter de nouer le dialogue et qui, sauf rupture de contact, est chargé de mener la négociation jusqu'au bout. Six membres du Raid, dont un psychologue clinicien, constituent le groupe. Des femmes peuvent en faire partie, «mais, là, compte tenu de la personnalité du suspect, c'est forcément un homme qui y est allé».

Chaque échange...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant