Retour gagnant de Lafarge en 2012

le
0

(lerevenu.com) - C'est un véritable renouveau pour l'action, qui avait perdu 42% en 2011 et 19% en 2010. Les dirigeants du groupe ont su séduire le marché, en menant une politique très volontariste de rétablissement des équilibres financiers. L'objectif est d'arriver à un endettement net inférieur à 10 milliards d'euros le plus tôt possible en 2013, au lieu de 12 milliards fin 2011 et 16,9 milliards fin 2008. Pour y parvenir, Lafarge limite ses investissements et accélère ses cessions d'actifs (le montant des désinvestissements devrait atteindre 1 milliard d'euros en 2012). Parallèlement, il entend réduire ses coûts de 1,3 milliard d'euros sur quatre ans, entre 2012 et 2015.

La conjoncture reste difficile pour les matériaux de construction et les volumes de Lafarge sont sous pression, mais le groupe parvient à passer des hausses de prix et à faire progresser ses résultats opérationnels. Son atout est d'avoir considérablement accru son exposition aux pays émergents, qui consomment beaucoup plus de ciment que les pays matures. C'est bien simple : la zone Moyen-Orient et Afrique est devenue la plus importante du portefeuille, représentant 27% des ventes de Lafarge sur les neuf premiers mois de l'année, et 36% de son excédent brut d'exploitation.

La mise en ?uvre du programme de désendettement éloigne le spectre d'une nouvelle augmentation de capital. Les économies de coûts apporteront un bel effet de levier sur les résultats lorsque la conjoncture s'améliorera vraiment. La valorisation ne fait pas ressortir de décote flagrante mais à moins de 50 euros, le cours ne se situe même pas à la moitié de son plus-haut sur cinq ans (109,73 euros le 27 décembre 2007). Nous restons à l'achat avec un objectif de cours à 55 euros dans un premier temps.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant