Retour de Sarkozy : ses formules choc

le
1
Retour de Sarkozy : ses formules choc
Retour de Sarkozy : ses formules choc

C'est un Nicolas Sarkozy en grande forme et parfois agressif qui s'est présenté ce dimanche, pour la première fois depuis sa défaite à la présidentielle 2012, au journal télévisé de France 2. Visiblement préparé, l'ex-président de la République a offert au spectateur attentif une kyrielle de bons mots. Entre pirouettes et piques à peine détournées, les militants UMP et ses opposants ont reconnu là l'éternel attaquant politique. Dans le viseur, électeurs de droite qu'il faut convaincre, ses rivaux de l'UMP qu'il faut évincer et l'actuel chef de l'Etat qu'il faut décrédibiliser. Florilège des formules choc d'un Nicolas Sarkozy définitivement de retour.

. Son retour ? «La question n'est pas de savoir si je suis l'homme providentiel ou pas, je n'y ai jamais cru à l'homme providentiel» ; « Non seulement j'ai envie, mais je n'ai pas le choix» ; «Quand je m'ausculte, je m'inquiète, quand je me compare, je me rassure» ; «Je veux pas que mon pays soit condamné entre le spectacle un peu humiliant que nous avons aujourd'hui ou la perspective d'un isolement total qui serait la perspective du FN» ; «Candidat à la présidence de l'UMP c'est pas pour rajouter une ligne sur mon CV»...

. Sur ses rivaux à l'UMP : Alain Juppé, «je l'ai connu quand j'avais 20 ans. C'est un partenaire, un ami, un compagnon. Quelqu'un pour qui j'ai de l'admiration. J'aurai besoin de lui» ; François Fillon, «on a travaillé sans aucun nuage. J'aurai besoin de lui aussi.»

. Sur Hollande : «Qu'est-ce qui reste de la longue série d'anaphores, vous savez "Moi, président" ? Une longue litanie de mensonges.» ; «Au fond, (François Hollande) est son propre procureur» ; «Les deux premières années (du quinquennat de François Hollande) ont été passées à démolir ce que j'ai fait» ; «Hollande pense le plus grand mal de moi, je ne pense rien de lui» ; «Il serait temps qu'il se rende compte que c'est lui le président, ce n'est plus ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • KAFKA016 le lundi 22 sept 2014 à 09:48

    les 2 meilleures : «Hollande pense le plus grand mal de moi, je ne pense rien de lui» ; «Il serait temps qu'il se rende compte que c'est lui le président,....