Retour chez les parents à 40 ans : «On n'a parfois pas d'autre choix»

le
1
Retour chez les parents à 40 ans : «On n'a parfois pas d'autre choix»
Retour chez les parents à 40 ans : «On n'a parfois pas d'autre choix»

Spécialiste des liens entre générations et du vieillissement, Michel Billé pointe les difficultés de cohabiter avec ses vieux parents ou ses grands enfants...

 

Des quadras qui retournent vivre chez papa-maman, est-ce un phénomène nouveau ?

MICHEL BILLÉ. Oui et non. Pendant plusieurs décennies, les générations ont vécu de manière clairement séparée. Depuis vingt ans, elles ont à nouveau tendance à se rapprocher, comme dans l'après-guerre où l'on voyait souvent les parents, grands-parents et enfants vivre sous le même toit. On a d'abord assisté au « phénomène Tanguy », ces jeunes adultes qui n'arrivaient pas à quitter le cocon familial. Aujourd'hui, on est plutôt confronté à la « génération boomerang », ces quadras qui reviennent au bercail contraints et forcés ! Et ce n'est pas seulement le fruit de la crise et du chômage. On peut aussi se trouver fragilisé après une séparation. On est seul, à court d'argent, en rupture de logement. Malgré le sentiment d'échec et d'humiliation, on n'a parfois pas d'autre choix, dans l'urgence, que de se tourner vers ses parents qui, en général, sont en retraite et peuvent donc se rendre disponibles.

 

Quel impact cette cohabitation subie a-t-elle sur la structure familiale ?

Pour les plus âgés qui accueillent, c'est en général une occasion de se construire une image d'eux-mêmes plus positive. Ils ont eu des enfants, l'un d'eux rencontre des difficultés, ils assument ! Mais ce n'est évidemment pas sans poser problème. D'abord parce que la retraite engendre souvent une perte de revenus. Avoir une personne supplémentaire à prendre en charge à ce moment-là n'est pas forcément bienvenu.

 

Cela oblige également chacun à réorganiser sa vie quotidienne...

En effet. On n'a pas le même rythme de vie à 40 et à 60 ans. Ni le même rapport au temps, à l'argent, aux relations affectives, aux nouvelles technologies. Ces différences peuvent donner ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • milano12 il y a 4 mois

    heureusement ça va mieux