Retour à la réalité après une année faste pour Eurotunnel

le
0
EUROTUNNEL PRÉVOIT UNE LÉGÈRE CROISSANCE DE SON CHIFFRE D'AFFAIRES EN 2013
EUROTUNNEL PRÉVOIT UNE LÉGÈRE CROISSANCE DE SON CHIFFRE D'AFFAIRES EN 2013

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Eurotunnel prévoit une légère croissance de son chiffre d'affaires en 2013, en l'absence de récession majeure en Europe, après avoir connu une année 2012 record dopée par les Jeux olympiques de Londres.

L'opérateur du tunnel sous la Manche a triplé son bénéfice net à 34 millions d'euros l'an passé et a engrangé un chiffre d'affaires record de 993,1 millions, en hausse de 14% à taux de change constant, avec environ 20 millions de passagers transportés tous moyens confondus.

Eurotunnel a amélioré de 10% sa marge brute d'exploitation (Ebitda) à 461 millions d'euros, notamment après avoir amené pour la première fois dans le vert Europorte, son pôle ferroviaire. Le groupe vise pour 2015 une marge Ebitda de 500 millions d'euros.

En Bourse, le titre Eurotunnel a pris jeudi matin la tête des valeurs du SBF 120 après ces annonces. A 9h30, il gagnait 2,23% à 6,821 euros quand l'indice reculait de 0,48%.

"Les chiffres confirment le bon dynamisme commercial et la bonne maîtrise des charges du groupe", commentent dans une note les analystes d'Aurel BGC, qui soulignent également la "très solide" génération de free cash flow.

Eurotunnel a fait état d'un free cash flow de 133 millions d'euros en 2012, contre 132 millions en 2011. Aurel BGC relève que ce chiffre prend en compte 74 millions de reprise en remise en l'état des actifs du groupe SeaFrance.

"Ajusté de cette opération, le FCF aurait dépassé les 200 millions d'euros en 2012", indique le bureau d'études, qui reste à l'achat sur la valeur avec un objectif de cours de 8 euros.

DIVIDENDE EN HAUSSE DE 50%

Si Eurotunnel se montre prudent sur ses perspectives de trafic pour 2013, "la politique de dividende souligne la confiance du management", estime par ailleurs Aurel BGC.

Le groupe propose un dividende en hausse de 50% au titre de 2012, à 12 centimes d'euros par action contre huit centimes pour 2011. Son objectif est de distribuer un coupon représentant au moins les deux tiers de cash flow disponible en 2015 contre la moitié au titre de 2012.

En termes d'activité, Eurotunnel compte détenir d'ici dix ans la moitié du marché transmanche des camions, soit deux millions de véhicules contre 1,5 million actuellement.

A moyen terme, il prévoit un marché stable pour le transfert de voitures et une poursuite de la croissance annuelle de 2% du trafic d'Eurostar.

Mais dans le ferroviaire, la véritable révolution pour Eurotunnel aura lieu en 2015 avec l'arrivée dans le tunnel de la Deutsche Bahn qui desservira l'Allemagne et les Pays-Bas.

"On parle d'entre deux et quatre millions de voyageurs en plus. A 18 euros le passage dans le tunnel, on change complètement le visage de la rentabilité de l'entreprise", a dit le PDG Jacques Gounon à des journalistes.

Eurotunnel a démarré en août 2012 un service de transport maritime sous le nom de MyFerryLink entre Calais et Douvres, après avoir racheté trois navires à la défunte compagnie SeaFrance. MyFerryLink revendique une part de marché de 6,2%.

Mais l'autorité britannique de la Concurrence a estimé en février que MyFerryLink portait atteinte à la compétition sur le marché transmanche. Sa décision formelle est attendue pour avril.

"La Concurrence britannique voudrait voir disparaître MyFerryLink", a résumé Jacques Gounon.

En Bourse, l'action Eurotunnel gagne quelque 16% depuis le début de l'année après avoir déjà pris 11% en 2012. La capitalisation boursière ressort à 3,74 milliards d'euros.

Avec Blandine Hénault, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant