Retour à la case départ pour Bouygues

le
0
Martin Bouygues (© P. E. Ratsoin / Bouygues)
Martin Bouygues (© P. E. Ratsoin / Bouygues)

Le «non» de Martin Bouygues à Altice, maison mère de SFR-Numericable,  qui lui proposait de racheter Bouygues Telecom, a surpris. Le prix proposé - 10 milliards d’euros - était jugé excellent, correspondant à près de deux fois la valeur de l’opérateur télécoms (5,8 milliards) inscrite au bilan de Bouygues.  

Bloc "A lire aussi"

Tout en soulignant les risques d’exécution du projet d’Altice, notamment un possible veto de l'Autorité de la concurrence, Martin Bouygues se dit convaincu que Bouygues Telecom peut poursuivre son développement «stand alone».

Lui et ses équipes estiment que l’opérateur peut retrouver à l’horizon 2017  une marge brute d’exploitation (Ebitda) de 25% au minimum, soit son niveau de 2011. En plus d’une structure de coûts allégée, les atouts de Bouygues Telecom restent son portefeuille de fréquences, son réseau 4G et sa percée dans le haut débit fixe, grâce à des offres attractives.

En refusant une offre  mirobolante, Martin Bouygues soigne aussi son image de PDG inflexible, «droit dans ses bottes», indifférent à la pression des investisseurs et soucieux d’éviter une casse sociale. Les salariés sont les premiers actionnaires de Bouygues, avec 23,3% du capital et 30,6% des droits de vote, devant SCDM, le holding de Martin Bouygues et de son frère Olivier. Il n’est

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant