RESUME DE L'ACTUALITE A 17h00 GMT (27/01)

le
0
    PARIS - Le chômage est reparti à la hausse en décembre 2015 
en France métropolitaine, après une légère embellie en novembre, 
avec une progression de 0,6% des demandeurs d'emploi en 
catégories A, B et C à 5.475.700 personnes, selon les chiffres 
publiés mercredi par le ministère du Travail. 
    Le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A (sans aucune 
activité) a enregistré le mois dernier une hausse de 0,4% sur un 
mois à 3.590.600 (+15.800). Il augmente de 2,6% sur un an. 
    Le ministère du Travail impute notamment cette nouvelle 
hausse aux attentats du 13 novembre et à leurs conséquences sur 
l'économie française.  
     --- 
    PARIS - La ministre de la Justice, Christiane Taubira, a 
démissionné du gouvernement en raison d'"un désaccord politique 
majeur" sur la politique sécuritaire du gouvernement, une 
décision attendue qui clôt de longs mois de défiance. 
    Elle a présenté sa démission au chef de l'Etat avant le 
conseil des ministres, le jour de la présentation par le Premier 
ministre de la révision de la Constitution sur l'extension de la 
déchéance de nationalité, disposition, finalement expurgée, 
qu'elle combattait.   
    Christiane Taubira est remplacée par le député socialiste 
Jean-Jacques Urvoas, président de la commission des Lois de 
l'Assemblée nationale, un proche du Premier ministre.  
    "Je quitte le gouvernement sur un désaccord politique 
majeur. Je choisis d'être fidèle à moi-même, à mes engagements, 
à mes combats, à mon rapport aux autres", a-t-elle expliqué lors 
d'une déclaration à la presse avant la passation de pouvoirs. 
    En fonction depuis le 16 mai 2012, l'"icône" du mariage 
homosexuel, porte-parole des frondeurs de la gauche, met ainsi 
fin à une situation inconfortable, voire intenable, au sein d'un 
gouvernement où elle était de longue date en porte-à-faux avec 
François Hollande et Manuel Valls. 
     --- 
    PARIS - Manuel Valls a soumis aux députés une version 
remaniée du projet de révision constitutionnelle qui ne comporte 
plus de référence aux binationaux dans l'article controversé 
consacré à la déchéance de nationalité. 
    La mention de la binationalité ne figure ni dans le projet 
de révision de la Constitution ni dans les lois d'application, a 
précisé le Premier ministre. 
    L'exécutif est confronté à l'hostilité d'un frange de la 
gauche, pour laquelle la volonté d'étendre la déchéance aux 
binationaux nés français constitue une rupture dans l'égalité 
entre citoyens.  
     --- 
    PARIS - Le juge des référés du Conseil d'Etat a rejeté la 
demande de la Ligue des droits de l'Homme (LDH) visant à 
suspendre l'état d'urgence en vigueur en France depuis la nuit 
des attentats du 13 novembre dernier. 
    La haute juridiction administrative refuse également 
d'ordonner à François Hollande de suspendre par décret ce régime 
que la LDH considère comme liberticide et dangereux. 
    L'association estime qu'il faut désormais le lever, plus de 
deux mois après les attaques qui ont secoué Paris et 
Saint-Denis, faute de quoi il risque de se perpétuer 
indéfiniment. 
    A l'inverse, le gouvernement juge que le péril imminent 
justifiant la mise en oeuvre de l'état d'urgence demeure. 
     --- 
    ROME - Les Etats-Unis ne pourront pas résoudre les problèmes 
au Proche-Orient sans l'aide de l'Iran et devraient renoncer à 
leur position "hostile" envers Téhéran, a déclaré le président 
iranien. 
    Pour sa première visite officielle en Europe, Hassan Rohani 
en a profité pour s'en prendre aussi à l'Arabie saoudite, grand 
rival de l'Iran dans la région du Golfe, affirmant que sa 
campagne militaire menée au Yémen était un échec. 
    Le président Rohani, qui effectue une visite de quatre jours 
en Italie et en France, est très attendu par les milieux 
d'affaires après la levée des sanctions internationales contre 
le pays il y a près de deux semaines en échange de l'encadrement 
des activités nucléaires de la République islamique. 
    Certaines sanctions restent toutefois en place, les 
Etats-Unis accusant l'Iran de financer ce qu'ils considèrent 
comme des groupes terroristes. 
     --- 
    BEYROUTH/GENEVE/PARIS - Le Haut Conseil pour les 
négociations (HCN), organe de l'opposition syrienne parrainé par 
l'Arabie saoudite, attend des éclaircissements de la part des 
Nations unies avant d'annoncer, probablement dans la journée, 
s'il participe ou non aux discussions de paix qui doivent 
s'ouvrir vendredi à Genève. 
    Le gouvernement syrien a déjà répondu favorablement à 
l'invitation de l'envoyé spécial de l'Onu pour la Syrie, Staffan 
de Mistura. Sa délégation sera conduite par le chef de la 
diplomatie syrienne, Walid Mouallem, a annoncé à Moscou le 
vice-ministre russe des Affaires étrangères, Guennadi Gatilov. 
    Le HCN, créé le mois dernier dans la capitale saoudienne par 
des groupes de l'opposition politique et de l'insurrection 
armée, exige l'arrêt des bombardements sur les zones civiles, la 
levée du blocus des villes syriennes assiégées et la libération 
de prisonniers pour participer aux discussions. Il est aussi 
opposé à la participation de certaines personnalités syriennes, 
notamment kurdes. 
    --- 
    BRUXELLES - La Grèce a "gravement négligé" les obligations 
prévues par les accords de Schengen pour la surveillance de ses 
frontières et doit y remédier dans les trois mois si elle ne 
veut pas courir le risque de se retrouver de facto suspendue de 
l'espace européen de libre circulation.  
    "Le projet de rapport conclut que la Grèce a gravement 
négligé ses obligations et qu'il y a de graves lacunes de la 
part des autorités grecques dans la mise en oeuvre des contrôles 
à la frontière externe" de l'espace Schengen, a déclaré mercredi 
le vice-président de la Commission européenne, Valdis 
Dombrovskis, lors d'un point de presse. 
    Les conclusions de la Commission européenne, discutées par 
les commissaires lors de leur réunion hebdomadaire du mercredi, 
constituent une étape clé vers une extension temporaire, pour 
une période pouvant aller jusqu'à deux ans, des contrôles 
frontaliers imposés par certains pays membres au sein même de 
l'espace Schengen à la suite de la crise migratoire. 
     --- 
    BRUXELLES - Le Premier ministre belge presse le gouvernement 
français de prendre des mesures pour les camps de migrants de 
Calais et Dunkerque, où les défenses érigées pour empêcher le 
passage au Royaume-Uni affectent plusieurs communes côtières 
belges.  
    Charles Michel a envoyé une lettre officielle en ce sens à 
son homologue Manuel Valls, a-t-on indiqué dans son entourage. 
    Les deux hommes doivent de rencontrer lundi prochain à 
Bruxelles, en marge d'une réunion européenne. 
     --- 
     PARIS - Uber France a été condamné à verser 1,2 million 
d'euros à l'Union nationale des taxis (UNT), une décision liée à 
un précédent jugement, selon des informations révélées par la 
presse et confirmées à Reuters par la société. 
    "Cette décision fait suite à une affaire portée par un 
syndicat de taxis et concerne l'information des chauffeurs de 
l'obligation de 'retour au garage' imposée aux véhicules de 
tourisme avec chauffeur (VTC) par la loi Thévenoud depuis 
octobre 2014", explique un porte-parole de la compagnie. 
    Des chauffeurs de taxis ont poursuivi leur mouvement de 
protestation contre les VTC, perturbant notamment la circulation 
près des aéroports de Paris et de Marseille. 
     --- 
    PARIS - Les agriculteurs et éleveurs français recevront 290 
millions d'euros d'aides pour faire face aux crises sanitaires 
et difficultés économiques qui frappent notamment les filières 
ovine, porcine, laitière et des palmipèdes, a annoncé le 
ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll. 
    Les éleveurs et accouveurs de volaille du Sud-Ouest 
bénéficieront d'une grande partie des fonds, 130 millions 
d'euros, dans le cadre des mesures d'assainissement mises en 
place pour contrer l'épidémie de grippe aviaire. 
    Pour les éleveurs et agriculteurs, les mesures 
conjoncturelles de soutien seront augmentées de 125 millions 
d'euros et étendues aux filières végétales, notamment les 
céréaliers et producteurs de légumes en difficulté. 
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant