RESUME DE L'ACTUALITE A 17h00 GMT (25/02)

le
0
    PARIS - Emmanuel Macron rencontrera la chancelière allemande 
Angela Merkel le 16 mars à Berlin, a-t-on appris aujourd'hui 
dans l'entourage du candidat d'"En Marche!" à l'élection 
présidentielle. 
    Angela Merkel avait fait savoir hier soir qu'elle était 
prête à rencontrer Emmanuel Macron avant l'élection, ce qu'elle 
avait refusé de faire il y a quatre ans avec François Hollande, 
adversaire du président sortant Nicolas Sarkozy. 
    Emmanuel Macron "devrait s'y rendre (à Berlin) spécialement, 
mais il se peut que nous saisissions l'occasion pour organiser 
d'autres rendez-vous", a-t-on précisé dans l'entourage du 
candidat. 
    L'ancien ministre de l'Economie n'avait pas pu rencontrer la 
chancelière lors d'un déplacement dans la capitale allemande le 
mois dernier alors qu'Angela Merkel avait en revanche reçu son 
rival de droite François Fillon le 23 janvier à la veille des 
premières révélations du Canard enchaîné sur les emplois 
présumés fictifs dont aurait bénéficié son épouse. 
    Emmanuel Macron a présenté hier un programme économique qui 
s'inscrit plus dans la continuité de la politique de François 
Hollande que dans la rupture, en s'efforçant de concilier vertu 
budgétaire et mesures de soutien à l'emploi et la croissance. 
    Il vise une réduction de trois points de la part des 
dépenses publiques dans le PIB, qu'il vise en 2022, soit un 
effort de 60 milliards d'euros, et promet 50 milliards 
d'investissement public sur le quinquennat. 
     --- 
    PARIS - François Fillon, visé depuis hier par une 
information judiciaire dans l'affaire des emplois présumés 
fictifs dont aurait bénéficié sa famille, s'engage dans une 
vidéo diffusée aujourd'hui sur son compte Facebook à prendre des 
mesures "immédiates" en faveur des agriculteurs s'il est élu en 
mai prochain. 
    Le candidat de la droite à l'élection présidentielle a 
publié cette vidéo alors que s'ouvrait à Paris le Salon de 
l'agriculture. "La situation de détresse de l'agriculture 
française est pour moi un vrai crève-coeur", y déclare François 
Fillon en évoquant notamment "une baisse généralisée des charges 
sur les entreprises et les ménages de l'ordre de 50 milliards 
d'euros". 
    Le candidat de la droite ne dit pas mot de l'ouverture d'une 
information judiciaire le visant. L'enquête, désormais confiée à 
trois juges d'instruction, et non plus à la police, est ouverte 
des chefs de détournements de fonds publics, abus de biens 
sociaux et recel, trafic d'influence et manquement aux 
obligations déclaratives. 
     --- 
    PARIS - Le trésorier du Front national a annoncé aujourd'hui 
qu'il allait porter plainte pour diffamation contre le journal 
Le Monde, qui a évoqué dans un article le contenu d'une note 
retrouvée lors d'une perquisition dans une affaire en cours. 
    Wallerand de Saint-Just déposera également une plainte pour 
violation du secret de l'enquête et de l'instruction, 
précise-t-il dans un communiqué. 
    Dans un article publié dans son édition datée de samedi, Le 
Monde écrit qu'une note retrouvée dans l'ordinateur du trésorier 
du FN "laisse penser qu'un véritable système de financement du 
parti via le Parlement européen et les assistants parlementaires 
a été pensé en amont". 
    Un autre proche de Marine Le Pen, Frédéric Chatillon, qui 
dirige une société prestataire du Front national, a de son côté 
été mis en examen pour abus de bien sociaux dans l'enquête sur 
le financement des campagnes du parti en 2014 et 2015, a-t-on 
appris aujourd'hui de source judiciaire. 
     --- 
    PARIS - François Hollande a appelé ce matin le président 
américain Donald Trump à ne pas "marquer la moindre défiance" à 
l'égard de la France, après que ce dernier eut cité vendredi un 
ami selon qui Paris n'est "plus Paris" en raison des attaques 
djihadistes. 
    "Je ne ferai pas de comparaison, mais ici, il n'y a pas de 
circulation d'armes, ici, il n'y a pas de personnes qui prennent 
des armes pour tirer dans la foule (...). Il y a hélas du 
terrorisme et nous devons lutter contre le terrorisme tous 
ensemble", a réagi le président français lors d'une visite au 
Salon de l'agriculture. 
     --- 
    PARIS - Deux des trois suspects arrêtés mardi car il étaient 
soupçonnés de vouloir se rendre en Syrie ou mener une attaque en 
France devaient être présentés aujourd'hui à un juge en vue de 
leur mise en examen, a-t-on appris de source judiciaire. 
    Le troisième, interpellé en région parisienne, a quant à lui 
été relâché sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui. 
    Les deux premiers, arrêtés à Clermont-Ferrand et Marseille, 
devaient être mis en examen pour association de malfaiteurs 
criminelle et détention d'arme en relation avec une entreprise 
terroriste, a précisé la source judiciaire. Le parquet a requis 
leur placement en détention provisoire. 
     --- 
    GENEVE/BEYROUTH - Le gouvernement syrien et l'opposition ont 
mis en garde contre les conséquences des attentats commis ce 
matin à Homs et des raids aériens de représailles sur les 
négociations de paix renouées deux jours plus tôt à Genève, 
après dix mois d'interruption. 
    Les représentants des deux parties se sont assis jeudi pour 
la première fois autour de la même table, lors d'une cérémonie 
organisée pour la reprise des discussions, mais n'ont pas eu de 
contacts directs. L'émissaire de l'Onu Staffan de Mistura 
cherche à obtenir un accord sur les modalités de telles 
discussions. 
    Les attentats commis aujourd'hui à Homs, dans l'ouest de la 
Syrie, ont fait 42 morts selon l'Observatoire syrien des droits 
de l'homme (OSDH). Parmi les victimes figure le général Hassan 
Daaboul, chef de la sécurité militaire de Homs, tué avec 29 
autres personnes dans une caserne. Les 12 autres décès ont eu 
lieu dans une antenne de la Sûreté. 
    Les attentats, qui avaient été précédés de fusillades dès 
l'aube, n'ont pas été explicitement revendiqués, mais l'alliance 
rebelle Tahrir al Cham, créée en janvier autour des djihadistes 
de l'ex-Front al Nosra, s'en est félicitée. 
    L'aviation syrienne a ensuite bombardé le dernier quartier 
de la ville aux mains des insurgés, où 50 blessés ont été 
dénombrés, selon l'OSDH. D'autres raids aériens ont fait six 
morts à Douma, dans la banlieue est de Damas, et quatre à Hama, 
ajoute l'ONG. 
     ---     
    MOSSOUL, Irak - Les forces irakiennes soutenues par les 
Etats-Unis poursuivent leur avancée dans la partie ouest de 
Mossoul après avoir repris jeudi l'aéroport de la ville à l'Etat 
islamique. 
    Les troupes gouvernementales progressent dans les quartiers 
du sud, où la densité de population est importante, tandis qu'un 
millier de civils ont traversé les lignes de front. Il s'agit du 
déplacement le plus important depuis le début des combats il y a 
une semaine dans la partie ouest. 
    Les forces irakiennes et leurs alliés sont désormais à moins 
de trois kilomètres de la mosquée de la vieille ville de Mossoul 
où, en juin 2014, le chef de l'Etat islamique, Abou Bakr al 
Baghdadi, a proclamé le califat. 
     --- 
    KUALA LUMPUR - La police malaisienne a annoncé aujourd'hui 
son intention de demander un mandat d'arrêt à l'encontre d'un 
diplomate nord-coréen qu'elle souhaite interroger dans le cadre 
de l'enquête sur le meurtre du demi-frère du dirigeant 
nord-coréen Kim Jong-un. 
    Mercredi, les autorités malaisiennes ont annoncé que Hyon 
Kwang-song, deuxième secrétaire à l'ambassade de Corée du Nord à 
Kuala Lumpur, était recherché pour être interrogé dans le cadre 
de l'enquête sur la mort de Kim Jong-nam, assassiné le 13 
février à l'aéroport international de Kuala Lumpur au VX, un 
agent neurotoxique rangé par l'Onu dans la catégorie des armes 
de destruction massive. Dix milligrammes, soit une seule goutte, 
peuvent tuer en quelques minutes, selon les experts. 
     --- 
    PARIS - Deux joueurs de rugby internationaux, Ali Williams 
et James O'Connor, ont été placés en garde à vue dans la nuit de 
vendredi à samedi après avoir été arrêtés en train d'acheter des 
produits stupéfiants, a-t-on appris de sources policière et 
judiciaire. 
    Le Néo-Zélandais, qui évolue au Racing 92, et l'Australien, 
joueur de Toulon, ont été interpellés en flagrant délit par des 
policiers de la Brigade anti-criminalité (BAC) près des 
Champs-Elysées, a précisé la source policière, confirmant une 
information de TF1. 
     
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant