RESUME DE L'ACTUALITE A 17h00 GMT (24/11)

le
0

VIENNE - Les négociations sur le programme nucléaire iranien ont échoué pour la deuxième fois cette année, Téhéran et les six grandes puissances du "P5+1" se donnant sept mois de plus pour sortir de l'impasse. Les Occidentaux ont dit viser un "accord de principe" sur le fond d'ici mars 2015, les détails pratiques étant mis au point par la suite. "Nous avons dû conclure qu'il n'était pas possible de parvenir à un accord pour la date limite qui était fixée à aujourd'hui et c'est pourquoi nous allons étendre le JPOA au 30 juin 2015", a déclaré à la presse le chef de la diplomatie britannique, Philip Hammond, à la fin des négociations à Vienne. Il faisait référence au Joint Plan of Action, l'accord intérimaire conclu il y a un an à Genève entre le P5+1 (les cinq membres du Conseil de sécurité de l'Onu : Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et Russie + l'Allemagne) et l'Iran. Ce plan prévoyait que la République islamique cesse d'augmenter son niveau d'enrichissement d'uranium en échange d'un allègement partiel des sanctions internationales. Dans ce cadre, Téhéran avait notamment obtenu l'accès à une partie de ses revenus pétroliers gelés à l'étranger. A l'origine, le P5+1 et l'Iran avaient fixé comme date-butoir juillet 2014 pour parvenir à un accord définitif. Cette échéance avait ensuite été repoussée au lundi 24 novembre. --- WASHINGTON - Le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel a présenté sa démission à Barack Obama qui l'a acceptée, trois semaines après la défaite du Parti démocrate aux élections de mi-mandat. Chuck Hagel, qui n'est jamais parvenu à améliorer ses relations avec le Congrès depuis une audition de confirmation tendue avec les parlementaires en 2013, a pris sa décision après de longues discussions entamées en octobre avec Barack Obama, a précisé un membre de l'administration ayant requis l'anonymat. --- TUNIS - Près de quatre ans après la chute du régime de Zine el Abidine Ben Ali, un second tour entre le vétéran Béji Caïd Essebsi et le chef de l'Etat par intérim, Moncef Marzouki, sera vraisemblablement nécessaire en Tunisie pour désigner le futur président. L'Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) dispose d'un délai de trois jours après la fermeture des bureaux de vote pour annoncer les résultats préliminaires du premier tour mais a annoncé qu'elle s'efforcerait d'"abréger ce délai à deux jours seulement". Sans attendre, les équipes de campagne des deux principaux candidats ont annoncé dès dimanche soir qu'ils s'affronteraient sans doute au second tour, fin décembre. Peu après la fermeture des bureaux de vote, à 18h00 (17h00 GMT), le directeur de campagne de Béji Caïd Essebsi a affirmé que le candidat de l'alliance laïque Nidaa Tounes était arrivé en tête avec au moins dix points d'avance. --- MOSCOU - Les sanctions imposées par les Occidentaux à la Russie en raison de sa politique ukrainienne lui coûtent 40 milliards de dollars par an, déclare le ministre russe des Finances, Anton Silouanov. A titre de comparaison, a-t-il ajouté, la chute des cours mondiaux du pétrole est responsable pour sa part d'un manque à gagner compris entre 90 et 100 milliards de dollars pour l'économie russe. Les banques russes pourraient par ailleurs voir leur bénéfice reculer de 10% en 2014 comparé à l'année dernière, a déclaré lundi en conférence de presse Alexei Simanovsky, premier vice-président de la banque centrale russe. --- JERUSALEM - Le gouvernement de Benjamin Netanyahu a approuvé hier un projet de loi instaurant le statut légal d'Israël comme l'Etat-nation du peuple juif, une initiative qui, selon ses adversaires, affaiblit les fondements démocratiques du pays et les droits de sa minorité arabe. Les partisans de cette mesure, y compris le Premier ministre Netanyahu, ont promis que le projet de loi qui a accentué les divisions au sein de la coalition gouvernementale garantirait une égalité complète entre tous les citoyens israéliens. --- BAGDAD - Des soldats irakiens appuyés par des miliciens chiites et des peshmergas kurdes ont repris hier le contrôle de deux localités tenues depuis plusieurs mois par les combattants de l'Etat islamique et ont rouvert le principal axe de liaison entre Bagdad et la frontière iranienne, selon un responsable kurde. Cette prise des localités de Djalaoula et de Saadiya situées à quelque 115 km au nord-est de Bagdad n'a pas été confirmée de manière indépendante. --- LONDRES - La Grande-Bretagne est confrontée à la menace la plus grave pour sa sécurité jamais identifiée et a déjoué une quarantaine de projets depuis les attentats de juillet 2005 à Londres, a déclaré la ministre britannique de l'Intérieur, Theresa May. Le gouvernement doit présenter mercredi de nouvelles mesures de lutte contre le terrorisme. La nouvelle législation va faciliter la traque des suspects sur internet et permettra aussi de faire face à la menace posée par les Britanniques qui reviennent après avoir participé aux combats en Syrie et en Irak. Le niveau d'alerte à la sécurité a été relevé en août pour être porté au deuxième niveau le plus élevé, les autorités estimant qu'un attentat était désormais "hautement probable". --- NIAMEY - Le président nigérien, Mahamadou Issoufou, s'est déclaré optimiste pour le dernier Français retenu en otage dans le monde, Serge Lazarevic, et a émis l'espoir d'une libération prochaine. "Je suis tout à fait optimiste. Vous savez que récemment on a eu la preuve de vie. On a eu la preuve que l'otage se porte bien", a-t-il déclaré à des journalistes, en marge de la visite du Premier ministre français, Manuel Valls, à Niamey. "Je forme l'espoir que l'on arrivera probablement à créer les conditions très prochainement de sa libération", a-t-il ajouté. --- UCKANGE/FLORANGE, Moselle - François Hollande est revenu sur le site de Florange pour affirmer que le combat pour le reclassement des sidérurgistes lorrains était aussi celui pour l'industrie française, estimant avoir tenu ses promesses de modernisation du site. Le président, qui honorait une promesse faite il y a un an, au lendemain de la bataille perdue pour sauver les derniers hauts-fourneaux de Lorraine, s'est d'abord rendu à Uckange, sur le site de la plate-forme de recherche et de développement industriel dont il avait annoncé la création en septembre 2013. "Nous avons conscience que c'est en Lorraine que se traite aussi la bataille de l'industrie. L'industrie en France a été trop longtemps négligée", a-t-il dit dans les anciens magasins généraux du haut-fourneau U4 de Uckange, fermé en 1991, où cette plate-forme, MetaFensch, sera opérationnelle d'ici un an. "Ce n'est pas sur le coût du travail qu'on fera la différence, c'est en étant meilleur sur le plan du savoir-faire, de la technologie et de la recherche." Le combat des syndicalistes de Florange, qui n'avaient pas épargné son gouvernement lorsqu'il avait refusé la nationalisation temporaire du site d'ArcelorMittal a été, selon lui, "un coup de semonce". Les projets retenus, qui visent une industrialisation et potentiellement des créations d'emploi dans un délai de deux à trois ans, porteront sur le recyclage des métaux et la production de poudre métallique pour l'impression 3D. L'Etat investira 20 millions d'euros dans la plate-forme et jusqu'à 50 millions au total pour accompagner les projets dans leur développement. --- PARIS - Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a critiqué le futur projet de loi d'Emmanuel Macron, jugeant trop importante l'augmentation du nombre de dimanches lors desquels il sera possible de travailler. Il a par ailleurs fermé la porte à un éventuel assouplissement des 35 heures, qui serait proposé par un rapport franco-allemand présenté la semaine prochaine, selon l'hebdomadaire allemand Der Spiegel. --- BERLIN - Le Musée des Beaux-Arts de Berne a annoncé qu'il avait accepté à contre coeur d'accueillir une partie de la collection d'art controversée de Cornelius Gurlitt. Fils d'un marchand d'art chargé par les nazis de confisquer les oeuvres d'art "dégénéré", Cornelius Gurlitt est mort en mai dernier à l'âge de 81 ans, désignant le musée helvétique comme son légataire universel. Lors d'une conférence de presse à Berlin, Christoph Schäublin, qui préside le conseil d'administration du musée bernois, a confirmé que le Kunstmuseum avait "décidé d'accepter cet héritage".

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant