RESUME DE L'ACTUALITE A 17h00 GMT (22/11)

le
0

VIENNE - Le secrétaire d'Etat américain John Kerry estime qu'il y a encore des divergences profondes dans les discussions sur le programme nucléaire iranien en dépit des quelques progrès réalisés à deux jours de la date butoir fixée pour qu'un accord soit trouvé entre Téhéran et les grandes puissances. "Nous travaillons dur", a-t-il dit avant une rencontre avec le ministre allemand Frank-Walter Steinmeier. "Nous avons l'espoir de faire quelques progrès, mais les divergences sont encore profondes. Il y a un fossé que nous nous efforçons de combler. La probabilité de voir aboutir un accord sur le programme nucléaire iranien d'ici la date de butoir fixée à lundi est très faible, a déclaré une source européenne proche des discussions. John Kerry et son homologue iranien Mohammad Javad Zarif, qui se sont à nouveau rencontrés hier soir à Vienne, travaillent sur de nouvelles propositions visant à faire avancer les discussions sur le programme nucléaire de Téhéran, pour l'instant dans l'impasse. Les personnes interrogées, qui ont requis l'anonymat, ont expliqué que les représentants des deux pays étaient en train de préparer des idées pouvant être présentées aux dirigeants des deux pays. Aucun détail sur ces idées n'a pu être obtenu. --- WASHINGTON - Le président Barack Obama a signé un décret autorisant les forces américaines à continuer à participer à des missions de combat en Afghanistan pendant au moins un an après le retrait officiel des troupes combattantes étrangères à la fin de cette année, rapporte ce matin le New York Times (NYT). En mai, le président américains avait déclaré que le rôle des 9.800 soldats qui resteront déployés sur le sol afghan se limiterait à la formation de l'armée afghane et à la traque des "vestiges d'Al Qaïda". Le décret signé par Barack Obama les autorise finalement à mener des missions contre les taliban et d'autres groupes qui menaceraient la sécurité des troupes américaines ou des forces gouvernementales afghanes, selon le journal. Interrogé sur les informations du NYT, un responsable de l'administration Obama a assuré que le mandat des soldats américains n'avait pas été révisé et que les missions de combat offensives cesseraient bien l'an prochain, tout en laissant la porte ouverte à "des opérations d'autodéfense et de soutien aux forces de sécurité afghanes". --- TUNIS - Les Tunisiens votent demain pour le premier tour d'une élection présidentielle dont le résultat devrait opposer une figure de l'ancien régime et le président sortant, ancien opposant de Zine ben Ali et défenseur des droits de l'homme. Si plus de 25 candidats se présentent, Béji Caid Essebsi et Moncef Marzouki devraient se retrouver au second tour si aucun d'entre eux ne décroche la majorité dès dimanche. --- N'DJAMENA - Le sud de la Libye est un "sujet de préoccupation majeur", en raison notamment de la présence de djihadistes qui nouent des liens avec les extrémistes de l'Etat islamique, déclare le Premier ministre français, à N'Djaména. Manuel Valls, en visite au Tchad, s'est entretenu pendant 45 minutes avec le président Idriss Déby avant de visiter une base des forces françaises qui participent à l'opération Barkhane, près de l'aéroport de la capitale tchadienne. --- BAGDAD - Des combattants de l'organisation Etat islamique ont attaqué l'un des bâtiments encore tenus par le gouvernement irakien à Ramadi, la capitale de la province d'Anbar à l'ouest de Bagdad, a-t-on appris auprès des autorités locales. La majorité des quartiers périphériques de la ville sont tombés aux mains du groupe djihadiste mais l'armée irakienne contrôle des bâtiments du centre de la ville. --- NAIROBI - Des hommes armés liés aux miliciens islamistes somaliens Chabaab ont tué 28 passagers d'un autocar qui circulait dans la région de Mandera, dans le nord-est du Kenya, tôt ce matin, annoncent la police et le ministre de l'Intérieur. Les Chabaab ont revendiqué cette attaque en la présentant comme une action de représailles après les raids lancés cette semaine par la police kényane contre deux mosquées de la ville portuaire de Mombasa réputées favorables aux extrémistes. --- LILLE - François Hollande a été hué et sifflé à Lille, ville de son ancienne adversaire de la primaire socialiste Martine Aubry, avec qui il a déjeuné avant d'aller assister au match en double de la finale France-Suisse de la Coupe Davis de tennis. Le chef de l'Etat a rejoint la maire de Lille, bastion de longue date de la gauche, devant un célèbre restaurant de la vieille ville. Il a fendu la foule massée à proximité sous les sifflets et les cris "démission", pour aller embrasser Martine Aubry, qui l'attendait devant l'établissement. Ils ont écourté le bain de foule et se sont presque tout de suite engouffrés dans le restaurant. Un peu plus tôt, en marge de l'inauguration du traditionnel marché de Noël de Lille, Martine Aubry avait déclaré à la presse avoir "beaucoup de choses à dire" au chef de l'Etat. --- BORDEAUX - Nicolas Sarkozy, candidat à la présidence de l'UMP, se rend aujourd'hui à Bordeaux pour un de ses derniers meetings avant le vote des militants samedi prochain. Il y sera symboliquement accueilli par le maire de la ville, Alain Juppé, candidat déclaré à la primaire ouverte pour la désignation du candidat de la droite à la présidentielle 2017, ce qui a exacerbé les tensions entre les deux hommes et leurs entourages respectifs. PARIS - Si Nicolas Sarkozy a toujours la faveur des sympathisants de l'UMP pour la présidence du principal parti de droite, les Français en général lui préfèrent son ancien ministre Bruno Le Maire, selon un sondage Odoxa pour i>Télé et Le Parisien. Sur 1.012 personnes interrogées jeudi et vendredi, 48% disent souhaiter voir Bruno Le Maire élu à la présidence de l'UMP le 29 novembre prochain, contre 34% pour l'ancien chef de l'Etat et 12% pour le député Hervé Mariton. Parmi les seuls sympathisants de l'UMP, Nicolas Sarkozy arrive en tête avec 63% d'avis favorables contre 31% pour son ancien ministre et 5% pour Hervé Mariton.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant