RESUME DE L'ACTUALITE A 17h00 GMT (14/03)

le
0

SYDNEY - L'archipel du Vanuatu, dans le Pacifique, a été balayé par le cyclone Pam, accompagné de vents soufflant jusqu'à 340 km/h, qui a fait au moins huit morts, selon un premier bilan provisoire. Les agences humanitaires redoutent des pertes bien plus lourdes. Ce bilan a été communiqué par téléphone par le directeur de l'organisation Save the Children, Tom Skirrow. Une vingtaine d'habitants ont également été blessés, a-t-il ajouté, citant des informations compilées par le centre national de gestion des catastrophes. Ce cyclone de catégorie 5, le niveau maximal, s'est abattu vendredi soir sur cet archipel de Mélanésie et des témoins ont fait état de vagues de huit mètres et d'inondations à travers la capitale, Port-Vila. L'Onu a dit craindre "le pire" pour les 260.000 habitants de Vanuatu. --- BAGDAD - L'offensive des forces irakiennes et des milices chiites contre les combattants sunnites de l'Etat islamique à Tikrit a connu aujourd'hui une nouvelle journée de pause dans l'attente de renforts. Selon une source au sein du centre de commandement sur le théâtre des opérations, l'état-major a décidé de suspendre l'offensive le temps de se doter d'"un plan approprié" pour la suite des opérations. Contactée par téléphone près de la ville qui fut le fief de Saddam Hussein, cette source a ajouté que les forces irakiennes et les combattants chiites de la milice Hachid Chaabi (Mobilisation populaire) attendaient le renfort de "forces bien entraînées" dont on ignore les délais de déploiement. ERBIL, Irak - Le gouvernement de la région autonome du Kurdistan irakien affirme disposer de preuves de l'utilisation par l'Etat islamique de gaz chloré comme arme chimique contre les combattants peshmergas. L'analyse d'échantillons de sol et de vêtements après une attaque à la voiture piégée commise en janvier par l'EI dans le nord de l'Irak fait apparaître "des niveaux de chlore laissant penser que le gaz a été utilisé sous la forme d'une arme", indique un communiqué du Conseil de sécurité de la région. --- CHARM EL-CHEIKH, Egypte - A la veille de nouvelles discussions entre l'Iran et les puissances du P5+1 sur le programme nucléaire de la république islamique, le secrétaire d'Etat américain John Kerry juge impossible de dire si le processus aboutirait à un accord cadre d'ici la fin du mois. "Je ne peux pas vous dire si nous pourrons ou non parvenir à un accord", a-t-il dit aujourd'hui lors d'une conférence de presse à Charm el-Cheikh, en Egypte, où il participe à une conférence internationale sur l'investissement. Les Etats-Unis et les cinq autres pays du P5+1 (Allemagne, France, Grande-Bretagne, Chine et Russie) reprendront leurs négociations avec l'Iran demain à Lausanne, en Suisse. --- JERUSALEM - En perte de vitesse dans les sondages, Benjamin Netanyahu tente de mobiliser derrière lui la droite israélienne à trois jours d'élections législatives qui pourraient être remportées par l'opposition de centre gauche mardi. "Le pouvoir de droite est en danger. Des éléments de gauche et des médias dans ce pays et à l'étranger ont allié leurs forces pour porter au pouvoir de manière illégitime Tzipi et Bougie (Herzog)", écrit le chef du gouvernement israélien sur sa page Facebook. L'Union sioniste a dénoncé ces attaques de Netanyahu comme un moyen de focaliser l'attention des électeurs sur les questions de sécurité et de la détourner des problèmes socio-économiques qui touchent le pays. --- CERNOBBIO, Italie - Le programme de rachat de titres de dette lancé lundi par la Banque centrale européenne (BCE) va provoquer une bulle sur les marchés et a peu de chances de relancer les investissements dans la zone euro, a estimé le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis. Dans le cadre de ce nouveau programme d'assouplissement quantitatif ("quantitative easing", QE), la BCE prévoit d'acheter pour plus de 1.000 milliards d'euros d'obligations afin de faire remonter juste en-dessous de 2% une inflation aujourd'hui négative dans l'union monétaire. Varoufakis a réaffirmé que le gouvernement grec était prêt à adapter les mesures anti-austérité promises à un calendrier facilitant les négociations avec ses partenaires européens sur la question du versement de l'aide financière internationale. "Nous n'avons jamais dit que nous allions revenir sur nos promesses, nous avons dit que nos promesses s'inscrivaient dans le cadre d'un mandat parlementaire de quatre ans", a-t-il précisé. --- MOSCOU - La télévision publique russe a diffusé hier des images de Vladimir Poutine au travail dans sa résidence près de Moscou et le Kremlin a réaffirmé que le président russe allait bien pour tenter de couper court aux rumeurs qui circulent depuis quelques jours sur son état de santé ou une éventuelle mise à l'écart. "Nous l'avons déjà dit cent fois. Ce n'est plus drôle", a déclaré à Reuters le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, après avoir dit que le président, qui est âgé de 62 ans, était en bonne santé. Le même Peskov, interrogé cette fois par l'agence de presse RIA, a balayé la thèse d'une nouvelle paternité de Vladimir Poutine. Parmi les rumeurs qui se sont propagées ces derniers jours, l'une avance que Poutine, qui a divorcé en 2014, se serait rendu en Suisse où l'ancienne gymnaste Alina Kabaïeva aurait donné naissance à un bébé. Son nom est fréquemment associé à Poutine, même si le Kremlin a démenti à plusieurs reprises toute liaison. --- CITE DU VATICAN - Le pape François estime dans une interview diffusée à l'occasion du deuxième anniversaire de son élection à la tête de l'Eglise catholique que son pontificat sera de courte durée et affirme qu'il n'a pas l'intention de régner jusqu'à sa mort et n'hésitera pas à démissionner comme l'a fait son prédécesseur Benoît XVI. "J'ai le sentiment que mon pontificat sera bref, quatre ou cinq ans, peut-être même deux ou trois", déclare-t-il. --- PARIS - Le Front national "n'aime pas la France", a déclaré le Premier ministre Manuel Valls, au terme d'une semaine durant laquelle il a multiplié les attaques contre la formation d'extrême droite. Manuel Valls était interrogé sur la décision du maire de Béziers Robert Ménard, élu avec le soutien du FN, de renommer la "rue du 19 mars 1962", date du cessez-le-feu de la guerre d'Algérie, en "rue du Commandant Hélie Denoix de Saint-Marc", militaire condamné pour le putsch raté des généraux à Alger, puis réhabilité en 1978. "La nostalgie de l'Algérie française n'apporte rien de bon", a déclaré samedi le Premier ministre en marge d'un déplacement à Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor). "Le Front national n'aime pas la France, le Front national n'est pas un parti républicain, c'est rance, c'est triste", a-t-il ajouté avant la cérémonie de changement du nom de rue, dans l'après-midi à Béziers. --- CHERBOURG, Manche - Le procureur du tribunal de Cherbourg a requis hier soir une amende de 150.000 euros à l'encontre du groupe Bouygues, jugé depuis mardi avec quatre autres sociétés pour l'emploi illicite de salariés sur le chantier du réacteur nucléaire EPR de Flamanville (Manche). La peine maximale, 225.000 euros d'amende, a été requise contre la société d'intérim chypriote Atlanco, qui n'était pas représentée au procès, assortie d'une interdiction d'exercer sur le territoire français.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant