RESUME DE L'ACTUALITE A 17h00 GMT (08/01)

le
0
    PARIS - Un proche de l'homme abattu hier devant le 
commissariat de la Goutte-d'Or à Paris a affirmé à la police 
française qu'il se dénommait Tarek Belkacem et qu'il était de 
nationalité tunisienne, a-t-on appris de source policière.  
    Une personne de sa famille vivant en Tunisie a contacté la 
police judiciaire de Paris par téléphone pour dire que la photo 
diffusée par des chaînes de télévision correspondait à Tarek 
Belkacem, a-t-on précisé. "C'est une piste sérieuse mais des 
vérifications sont en cours pour voir s'il s'agit bien de cette 
personne", a-t-on ajouté.  
    Le procureur de Paris avait indiqué dans la matinée que 
l'identité de l'assaillant qui projetait une action terroriste 
au nom de l'Etat islamique en représailles aux opérations 
militaires occidentales en Syrie, n'était pas établie. 
    L'agresseur, qui était armé d'un hachoir de boucher et 
portait une ceinture d'explosifs factice, s'est précipité en 
courant vers le commissariat du XVIIIe arrondissement de Paris, 
un an jour pour jour après la tuerie de Charlie Hebdo. Une 
revendication au nom de l'Etat islamique a été retrouvée sur ses 
vêtements. 
     --- 
    BRUXELLES - Les enquêteurs belges pensent que les explosifs 
utilisés lors des attentats de novembre à Paris et à Saint-Denis 
pourraient avoir été préparés dans un appartement du quartier 
bruxellois de Schaerbeek perquisitionné le mois dernier. 
    La justice belge a annoncé la découverte par la police de 
ceintures d'explosifs, de traces d'explosifs et d'une empreinte 
digitale appartenant à Salah Abdeslam, en fuite depuis les 
attentats, lors de cette perquisition menée le 10 décembre. 
    Le parquet précise que l'appartement avait été loué sous une 
fausse identité qui pourrait avoir été utilisée par un individu 
arrêté dans le cadre de l'enquête portant sur les attaques du 13 
novembre. 
     --- 
    DÜSSELDORF, Allemagne - Deux suspects d'origine 
nord-africaine, âgés de 16 et 23 ans, ont été arrêtés à la suite 
des violences à Cologne, dans l'ouest de l'Allemagne, où une 
centaine de femmes ont été prises à partie lors du réveillon du 
Nouvel An, a annoncé une porte-parole de la police allemande. 
    Elle n'a pas donné d'autres précisions. 
    Auparavant, un porte-parole du ministère de l'Intérieur 
avait déclaré que 18 demandeurs d'asile étaient impliqués dans 
ces violences qui se sont produites près de la gare de Cologne. 
    Le chef de la police de Cologne a été relevé de ses 
fonctions.  
           
    BRATISLAVA - Le Premier ministre slovaque Robert Fico 
réclame la tenue d'un conseil européen extraordinaire pour 
accélérer le renforcement des frontières européennes à la suite 
des agressions dont des femmes ont été victimes dans la nuit du 
nouvel an à Cologne. 
    Les dirigeants européens se sont engagés mi-décembre à doter 
l'UE d'une force de gardes-côtes et des frontières afin 
d'endiguer le flux de réfugiés et de migrants qui tentent de 
gagner le Vieux continent. 
     ---     
    JERUSALEM - L'Arabe israélien recherché pour la fusillade 
qui a fait trois morts le 1er janvier à Tel Aviv a été abattu 
aujourd'hui par la police israélienne devant une mosquée du 
village d'Arara, où il se cachait dans le nord d'Israël, ont 
annoncé les services de sécurité. 
    Nachat Melhem, 31 ans, avait tué deux jeunes Israéliens dans 
un bar de la rue Dizengoff, dans le centre de Tel Aviv, puis un 
chauffeur de taxi dont il avait utilisé la voiture pour prendre 
la fuite. 
     --- 
    BAGDAD - Des forces spéciales étrangères ont récemment mené 
une série d'opérations à Haouidja, l'un des fiefs de l'Etat 
islamique dans le nord de l'Irak, pour préparer la reprise de 
Mossoul, ville la plus importante tenue par les djihadistes, a 
annoncé le président du Parlement, Salim al Djabouri. 
    Washington et Bagdad assurent que les forces spéciales 
américaines ne sont pas intervenues depuis octobre dans cette 
localité située à 210 km au nord de la capitale. Elles avaient 
alors secouru 69 militaires irakiens détenus par l'EI et un 
membre du commando avait trouvé la mort dans l'opération. 
    La chaîne de télévision émiratie Al Hadath et les médias 
irakiens ont toutefois signalé une demi-douzaine de raids des 
forces américaines dans ce secteur depuis la fin décembre, ce 
que le colonel Steve Warren, porte-parole de la coalition 
internationale formée pour combattre le mouvement djihadiste, a 
démenti cette semaine.     
     
    ANKARA - L'armée turque a repoussé une attaque lancée par 
l'EI contre sa base militaire de Bachika, dans le nord de 
l'Irak, où des miliciens sunnites irakiens sont entraînés par 
des instructeurs turcs, ont déclaré ce matin à Reuters plusieurs 
sources militaires turques. 
    Selon ces dernières, 17 combattants de l'EI ont péri dans 
l'attaque du camp de Bachika, situé dans la province de Ninive, 
non loin de la ville de Mossoul contrôlée par l'organisation 
djihadiste. 
     
    BAGDAD - Abou Mouhammad al Adnani, porte-parole du groupe 
Etat islamique (EI), a été blessé en Irak au cours d'un raid 
aérien mené dans la province occidentale d'Anbar, a rapporté 
hier la télévision publique irakienne, citant un communiqué de 
l'armée. 
    La télévision irakienne ajoute qu'Adnani, blessé il y a 
quelques jours, a perdu beaucoup de sang et a été évacué vers la 
ville de Mossoul, dans le nord du pays. Reuters n'a pu obtenir 
confirmation. 
     --- 
    PEKIN/SEOUL - La Corée du Nord demande l'ouverture de 
négociations avec les Etats-Unis, la Chine et la Corée du Sud 
pour mettre formellement fin à la guerre de Corée et continuera 
ses essais nucléaires tant qu'un traité de paix n'aura pas été 
signé, a déclaré aujourd'hui à Reuters une source se disant 
mandatée par Pyongyang. 
    La guerre de Corée, qui a éclaté en 1950, s'est achevée 
trois ans plus tard par un armistice, mais aucun traité de paix 
n'a été signé. 
    En riposte à l'essai nucléaire de mercredi, Séoul a entamé 
cette nuit une campagne de propagande sonore le long de la 
frontière avec le Nord. Quelques heures plus tard, la Corée du 
Nord faisait de même, a rapporté l'agence de presse Yonhap. 
     --- 
    JARNAC, Charente - François Hollande a rendu aujourd'hui à 
Jarnac (Charente) un hommage silencieux à François Mitterrand, 
premier président socialiste de la Ve République (1981-1995), 
décédé il y a tout juste 20 ans.  
    Le chef de l'Etat s'est recueilli sous la pluie devant le 
caveau familial des Mitterrand au cimetière de Grandmaisons en 
compagnie de la fille de François Mitterrand, Mazarine Pingeot, 
de l'un de ses fils, Gilbert.  
    Il a déposé une gerbe devant le caveau à l'intérieur duquel 
quelques roses rouges et un drapeau européen avaient été 
auparavant déposées sur la tombe de l'ancien président marquée 
de la simple inscription "François Mitterrand 1916-1996". 
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant