RESUME DE L'ACTUALITE A 17h00 GMT (04/03)

le
0
    BEYROUTH - Des dirigeants européens et Vladimir Poutine sont 
convenus aujoud'hui de l'importance du respect du cessez-le-feu 
en Syrie afin de travailler à une solution politique mais 
divergent sur la volonté du régime syrien d'organiser des 
élections. 
    Le Kremlin a considéré que la tenue de législatives en 
avril, voulue par le régime de Bachar al Assad, "n'empêcherait 
pas de progresser vers la construction d'un processus de paix" 
alors que François Hollande, a jugé l'idée "provocatrice". 
    Après une conférence téléphonique entre les dirigeants 
français, allemand, russe, britannique et italien, les Européens 
ont fait état d'un accord sur trois des quatre points évoqués : 
le cessez-le-feu, l'envoi d'aide humanitaire et l'importance de 
la trêve pour organiser la transition politique lors de 
négociations, le quatrième étant la constitution d'un 
gouvernement d'union nationale et la question des élections. 
        
    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) rapporte 
que des avions de combat ont frappé vendredi la région de la 
Douma, au nord-est de Damas, pour la première fois depuis 
l'entrée en vigueur, samedi dernier, de l'accord de cessation 
des hostilités.  
    Hier, l'émissaire de l'Onu pour la Syrie, Staffan de 
Mistura, a estimé que cette cessation des hostilités était 
globalement respectée en Syrie mais qu'elle demeurait fragile. 
    Le diplomate a précisé que ses services collaboraient avec 
les Etats-Unis et la Russie afin "d'intervenir rapidement et 
s'assurer que toutes les parties sur le terrain désamorcent la 
situation" en cas de combats. 
     --- 
    PARIS - La Russie, l'Ukraine, l'Allemagne et la France ont 
réaffirmé hier la nécessité d'organiser des élections rapidement 
dans l'est de l'Ukraine au cours d'une réunion à Paris qui n'est 
pas parvenue à dépasser les désaccords entre Kiev et Moscou sur 
l'aspect sécuritaire. 
    Au cours de la rencontre "format Normandie" qui s'est tenue 
pendant plus de quatre heures, les ministres des Affaires 
étrangères des quatre pays ont souligné l'importance de 
l'adoption d'une loi électorale par le Parlement ukrainien. 
    "Nous avons souhaité que les élections (dans les régions 
séparatistes de l'est de l'Ukraine-NDLR) aient lieu avant la fin 
du 1er semestre 2016", a dit le chef de la diplomatie française 
Jean-Marc Ayrault lors d'une déclaration à la presse. 
     --- 
    DETROIT - Les adversaires de Donald Trump pour l'investiture 
républicaine en vue de l'élection présidentielle de novembre ont 
multiplié les attaques contre le milliardaire new-yorkais 
pendant le débat entre les candidats du "Grand Old Party" cette 
nuit à Détroit. 
    Le parti républicain cherche désespérément une réponse aux 
succès répétés dans les urnes de Trump, un homme qui n'est pas 
issu du sérail mais qui, à coups de provocations, fait largement 
la course en tête depuis le début des primaires. 
    Hier, l'ancien candidat à la présidentielle Mitt Romney s'en 
est à son tour pris à celui qu'il a qualifié tour à tour de 
"myisogyne" ou d'"imposteur" qui conduirait, selon lui, les 
Etats-Unis à la catastrophe s'il arrivait à la Maison blanche. 
     --- 
    SAO PAULO - L'ancien président brésilien Luiz Inacio Lula da 
Silva a été interrogé vendredi pendant trois heures par la 
police fédérale dans le cadre de l'enquête pour des faits de 
corruption au sein de la compagnie pétrolière Petrobras. 
    Selon la police, des éléments de l'enquête montrent que des 
pratiques frauduleuses au sein de l'entreprise publique ont 
personnellement profité à Lula sous forme de paiements et de 
biens immobiliers de luxe. 
    La police estime qu'un système de corruption et de 
blanchiment d'argent a permis de financer des campagnes 
électorales et de couvrir des dépenses du Parti des travailleurs 
(PT) dont Lula était le chef de file. 
     --- 
    PARIS - Un Airbus A320 d'Air France assurant la liaison 
entre Barcelone et Paris Charles de Gaulle a évité de justesse 
une collision avec un drone qui volait à haute altitude le 19 
février alors qu'il était en phase d'approche de l'aéroport 
parisien, annonce le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) sur 
son site internet. 
    L'autorité française d'enquêtes de sécurité de l'aviation 
civile, qui qualifie dans un communiqué l'incident de grave, 
précise que le copilote a aperçu le drone alors que l'avion se 
trouvait à une altitude de 5.500 pieds (environ 1.600 m), soit 
bien plus haut que l'altitude maximale à laquelle peut 
normalement monter un drone de loisir.     
     --- 
    PARIS - Florian Philippot, vice-président du Front national 
(FN), a annoncé que le parti abandonnait cette année le défilé 
du 1er mai en hommage à Jeanne d'Arc instauré par Jean-Marie Le 
Pen, lequel voit là une "rupture fondamentale". 
    Selon le numéro 2 du FN, qui a invoqué des raisons de 
sécurité, la formation d'extrême droite continuera à se 
rassembler à la même date mais dans d'autres conditions. 
     --- 
    PARIS - Le déficit public de la France pour l'année 2015 
sera inférieur à l'objectif de 3,8% jusque-là escompté par le 
gouvernement, a annoncé le ministre français des Finances, 
Michel Sapin. 
    "L'objectif pour 2015, (...) je peux vous dire dès 
aujourd'hui que non seulement il a été atteint, mais il sera 
même dépassé, amélioré", a déclaré Michel Sapin sur Europe 1, 
tout en précisant qu'il n'était pas encore en mesure de donner 
son évaluation exacte. 
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant