RESUME DE L'ACTUALITE A 16h30 GMT (19/09)

le
0

NEW YORK - Mahmoud Abbas a confié lundi que "c'était devenu l'enfer" depuis sa décision de demander la reconnaissance d'un Etat palestinien par l'Onu, une initiative rejetée par les Etats-Unis et Israël.

Le président palestinien a en outre indiqué que les Etats-Unis et l'Union européenne prévoyaient une "situation difficile" après le dépôt de la reconnaissance vendredi prochain.

"Jusqu'à quel point, nous le saurons bientôt", a déclaré le chef de l'Autorité palestinienne à des journalistes à bord de l'avion qui faisait route vers les Etats-Unis.

Face à l'impasse des négociations de paix avec Israël, l'Autorité palestinienne, qui dispose actuellement d'un statut d'observateur aux Nations unies entend demander la reconnaissance d'un Etat dans les frontières de 1967 avant la Guerre des Six-Jours, et l'occupation par Israël de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est.

L'octroi d'une reconnaissance d'Etat de droit requiert l'approbation du Conseil de sécurité de l'Onu mais les Etats-Unis, alliés d'Israël, ont fait savoir qu'ils feraient usage de leur droit de veto à toute résolution en ce sens.it de veto à toute résolution en ce sens.

Mahmoud Abbas devait rencontrer le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-mmon lundi avant de prononcer vendredi un discours devant l'Assemblée générale et présenter officiellement sa demande d'adhésion à l'Onu à Ban Ki-moon.

Le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, a estimé lundi que le statu quo entre Israël et la Palestine n'était ni acceptable ni tenable et comportait un risque d'explosion de violence.

Le chef de la diplomatie française devait rencontrer Mahmoud Abbas lundi pour discuter "de la stratégie" du président de l'Autorité palestinienne.

Le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé a démenti lundi la présence de mercenaires français en Libye.

"Il n'y a pas de mercenaires français en Libye", a déclaré le chef de la diplomatie française en réaction aux propos du porte-parole de Mouammar Kadhafi annonçant la récente capture de 17 mercenaires, français pour la plupart, dans la ville de Bani Walid.

GENEVE - Le Conseil national de transition (CNT) libyen s'est engagé lundi à traiter décemment les étrangers accusés se battre pour Mouammar Kadhafi, en démentant que ses propres combattants se livrent à des abus systématiques sur les Africains.

Les adversaires du colonel Kadhafi l'accusent d'avoir engagé des combattants de pays comme le Niger, le Nigeria, le Tchad, le Mali et le Soudan, ce qui inspire des craintes pour le sort des Noirs à présent que les ex-rebelles sont aux commandes.

---

WASHINGTON - Barack Obama a présenté lundi son plan de réduction du déficit, dont la proposition la plus marquante est une taxe spéciale sur les revenus des millionaires.

L'objectif de ce plan, dont le contenu a été dévoilé dimanche par un responsable de la Maison blanche, est de réduire le déficit budgétaire de 3.000 milliards de dollars sur les dix prochaines années.

"Washington doit vivre avec ses moyens. Nous devons arrêter ce que nous ne pouvons plus nous permettre afin de payer pour ce qui compte vraiment", a dit le président américain.

Barack Obama doit composer avec une Chambre des représentants contrôlée par les républicains, ce qui signifie que son projet de loi ne sera probablement pas adopté en l'état.

La taxe "Buffett", du nom de l'investisseur Warren Buffett qui l'a proposée, concernerait les contribuables gagnant plus d'un million d'euros (environ 725.000 euros).

---

SANAA - Vingt personnes ont été tuées lundi au Yémen par les forces de sécurité qui ont ouvert le feu à Sanaa sur des manifestants réclamant le départ du président Ali Abdallah Saleh, rapportent des médecins et des témoins.

L'intervention de l'armée, la plus sanglante depuis le début du mouvement de contestation en mars, a fait en outre au moins 113 blessés dans les rangs des manifestants, ont dit des médecins de plusieurs hôpitaux de la capitale.

Des tirs et des bombardements sporadiques ont éclaté lors d'affrontements entre soldats loyalistes et manifestants au lendemain de la mort de 26 manifestants tués par l'armée lors d'une marche antigouvernementale.

SANAA - Le secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe (CCG), Abdoullatif al Zaïani, est attendu lundi au Yémen pour tenter de mettre en oeuvre un plan de transition politique élaboré par cette instance régionale, a-t-on appris de deux sources au fait de ces pourparlers.

---

ATHENES - Les craintes d'un défaut de la Grèce plombent à nouveau les Bourses européennes et l'euro peu avant un entretien entre le gouvernement grec et l'Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI) au sujet des mesures nécessaires pour garantir le versement de la prochaine tranche du plan d'aide international.

Quelques heures avant une conférence téléphonique - programmée à 16h00 GMT entre le ministre grec des Finances et les inspecteurs de la "troïka" UE-FMI-BCE - le représentant du FMI pour la Grèce a déclaré que le pays devait prendre des mesures d'économie supplémentaires pour ramener les déficits à des niveaux supportables.

Lors de cette conférence téléphonique, Evangelos Venizelos exposera le plan d'assainissement des comptes publics aux inspecteurs de la "troïka" qui décideront ou non de débloquer les huit milliards d'euros dont Athènes aura besoin en octobre pour éviter un défaut.

"La balle est dans le camp grec, la clef réside dans la mise en oeuvre des réformes", a dit Bob Traa, le représentant du FMI pour la Grèce, lors d'une conférence.

---

BUJUMBURA - Trente-six personnes ont été tuées dans l'attaque d'un bar par des inconnus près de Bujumbura, la capitale du Burundi, où la recrudescence des violences laisse craindre une nouvelle escalade, six ans après la fin de la guerre civile.

Un groupe d'hommes armés a surgi tard dimanche dans un bar de la ville de Gatumba, à 15 km à l'ouest de la capitale, et a ouvert le feu sur les clients, a rapporté un habitant. La police a retrouvé 23 corps sur place et treize autres personnes ont succombé à leurs blessures à l'hôpital, disent les autorités.

---

BERLIN - Klaus Wowereit, maire social-démocrate de Berlin, a souhaité lundi que sa réélection donne à l'opposition allemande l'élan nécessaire pour supplanter la coalition conservatrice d'Angela Merkel au niveau fédéral.

En s'imposant dimanche dans la capitale, le Parti social démocrate (SPD) a infligé à la CDU de la chancelière sa sixième défaire régionale de l'année, à deux semaines d'un vote lourd d'enjeux au Bundestag sur l'augmentation du Fonds européen de stabilité financière (FESF).

---

RIGA - Le Centre de la Concorde, parti de la minorité russophone en Lettonie, a ouvert lundi des négociations au lendemain de sa victoire aux élections législatives avec l'espoir d'obtenir une place au sein du gouvernement pour la première fois dans l'histoire post-soviétique de cet Etat balte.

---

PARIS - "Un cadeau empoisonné" - en confirmant l'existence d'un "pacte" avec Martine Aubry, Dominique Strauss-Kahn a donné des armes aux adversaires de son "amie", qui risque d'apparaître définitivement comme une candidate par défaut à la primaire d'investiture socialiste pour l'élection présidentielle.

L'ex-première secrétaire du PS a toujours nié avoir scellé un tel accord de désistement réciproque avec l'ancien directeur général du FMI, écarté de la course après son inculpation pour tentative de viol le 14 mai à New York.

Mais ce dernier l'a contredite dimanche soir sur TF1 en affirmant qu'il y avait entente et qu'il avait bien voulu briguer l'Elysée en 2012 avant ces événements.

Au total, 13,4 millions de téléspectateurs - un record pour un journal télévisé français depuis 2005 - ont écouté "DSK" exprimer un soutien paradoxal à Martine Aubry, dont il a loué l'amitié tout en l'affaiblissant politiquement face à son rival principal, François Hollande.

---

DUNEDIN, Nouvelle-Zélande - Depuis la défaite surprise des Australiens contre l'Irlande (15-6), ce week-end, les plus folles rumeurs courent sur la Coupe du monde de rugby, dont celle d'un possible revers volontaire des Français face à la Nouvelle-Zélande samedi.

Cette défaite australienne a changé la donne, faisant probablement basculer les Wallabies dans une moitié de tableau difficile lors des phases finales.

Si les All Blacks sortent invaincus de la poule A, trois grosses équipes se retrouveraient dans le même tableau: Nouvelle-Zélande, Australie et Afrique du Sud.

Le sélectionneur français a voulu couper court à toute rumeur concernant la rencontre particulièrement attendue entre les All Blacks et la France à l'Eden Park d'Auckland samedi.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant