RESUME DE L'ACTUALITE A 16h05 GMT (28/08)

le
0

Le président ukrainien, Petro Porochenko, a déclaré aujourd'hui que des troupes russes avaient pénétré dans son pays, mettant une nouvelle fois en cause directement Moscou après la prise par les rebelles d'une ville importante de l'est. Le chef de l'Etat a annulé un déplacement prévu en Turquie et il a dit avoir convoqué les plus hauts gradés de l'armée pour débattre de la "détérioration rapide de la situation" dans la région de Donestsk, ajoutant que "des troupes russes ont été amenées en Ukraine". L'Otan estime à un millier le nombre de soldats russes combattant désormais sur le territoire ukrainien aux côtés des séparatistes, a déclaré par ailleurs jeudi un responsable militaire au siège de l'Alliance, en Belgique. "Ils soutiennent les séparatistes (et) combattent avec eux", a-t-il dit. Ces soldats russes ont notamment pris la ville de Novoazovsk, dans le sud-est de l'Ukraine, a annoncé le Conseil de sécurité et de défense ukrainien. La Russie nie toute implication dans le conflit entre les rebelles et Kiev, qui a fait plus de 2.200 morts depuis avril, en dépit de la capture de soldats russes par l'armée ukrainienne et de confirmations des séparatistes eux-mêmes. Le Premier ministre ukrainien, Arseni Iatseniouk, a appelé les Etats-Unis, l'Union européenne et les pays du G7 à "geler les actifs et les finances russes jusqu'au retrait des forces armées, des équipements et des agents de la Russie". A Paris, le président François Hollande, a déclaré que la présence de soldats russes sur le sol ukrainien, si elle était confirmée, serait "intolérable" et "inacceptable". Des parlementaires allemands proches de la chancelière Angela Merkel ont quant à eux plaidé pour de nouvelles sanctions contre la Russie, appelant à saisir l'opportunité du sommet européen de samedi à bruxelles. --- ANKARA - Recep Tayyip Erdogan a prêté serment en tant que 12e président de la République de Turquie, lors d'une cérémonie au parlement d'Ankara. Le Premier ministre sortant a été élu le 10 août au premier tour de la présidentielle, qui se déroulait pour la première fois au suffrage universel direct. --- NATIONS UNIES - Un groupe de 43 casques bleus des Nations unies sur le plateau de Golan, occupé par Israël, sont retenus par un groupe armé combattant l'armée syrienne, a annoncé l'Onu, ajoutant faire "tout son possible" pour obtenir leur libération. Les militaires détenus sont originaires des Philippines et de Fidji, a précisé à Reuters un responsable de l'Onu qui a requis l'anonymat. --- PARIS - Le président syrien ne peut pas être un partenaire de lutte contre l'Etat islamique, a déclaré ce matin François Hollande, alors que Damas se dit prêt à coopérer avec la communauté internationale pour combattre les djihadistes. "Une large alliance est nécessaire mais je veux que les choses soient claires : Bachar al Assad ne peut pas être un partenaire de lutte contre le terrorisme, c'est l'allié objectif des djihadistes", a dit le chef de l'Etat lors de la conférence des ambassadeurs à Paris. "Il n'y a pas de choix possible entre deux barbaries parce qu'elles s'entretiennent mutuellement". Lundi, le chef de la diplomatie syrienne Walid al Moualem a déclaré que son pays était prêt à collaborer à une initiative internationale pour lutter contre l'EI, affirmant que Damas était un partenaire essentiel dans cette lutte contre l'organisation sunnite issue d'Al Qaïda. --- PARIS - François Hollande a proposé aujourd'hui la tenue d'un sommet de la zone euro pour arrêter une nouvelle initiative de croissance au niveau européen et définir un rythme de réduction des déficits budgétaires qui tiendra compte du risque de déflation. Pour le chef de l'Etat, cette réunion, dont il demandera la convocation lors du Conseil européen de samedi prochain à Bruxelles, devra notamment définir une nouvelle trajectoire de réduction des déficits pour conjurer le spectre de la "longue stagnation" qui menace l'Union européenne. Cette annonce intervient au lendemain de celle d'une nouvelle hausse du chômage en juillet en France, la neuvième consécutive, qui porte le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité à 3.424.400, un nouveau record. --- PARIS - Le gouvernement français n'entend pas revenir sur la durée légale du travail à 35 heures, ont déclaré ce matin les services de Manuel Valls, après la publication d'une interview d'Emmanuel Macron, le nouveau ministre de l'Economie, dans laquelle il se dit favorable à des dérogations à la règle en cas d'accord avec les salariés. Matignon souligne que cet entretien à été accordé à l'hebdomadaire Le Point, qui paraît jeudi, avant la nomination, mardi, de l'ancien conseiller de François Hollande à Bercy en remplacement du contestataire Arnaud Montebourg. "L'organisation du temps de travail peut déjà être modulée dans les entreprises dans le cadre d'accords collectifs", expliquent les services de Manuel Valls. Le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Harlem Désir, avait déclaré auparavant sur i>télé qu'il n'y avait "aucun projet de cette nature" alors que la droite a salué cette prise de position d'Emmanuel Macron. --- PARIS - Plus de 200 députés socialistes appellent au rassemblement derrière François Hollande dans une tribune publiée par Le Monde, où ils pressent les frondeurs du PS d'être "pleinement responsables de l'intérêt général de la gauche et du pays". Regrettant "la permanence d'une défiance a priori à l'égard de l'exécutif", les signataires, dont le président de l'Assemblée Claude Bartolone, se définissent comme "ni godillots, ni déloyaux" face aux contestataires du parti. Deux jours après la formation du gouvernement Valls II écartant trois ministres réclamant un changement de cap, les 200 députés - sur les 290 du groupe PS - semblent vouloir éviter de voir l'exécutif contraint à dissoudre l'Assemblée nationale. --- PARIS - Pernod Ricard va supprimer environ 900 postes dans le monde, dont 150 en France, dans le cadre de son plan d'économies visant des fonctions comme l'informatique ou les services administratifs, a déclaré ce matin à Reuters Alexandre Ricard, directeur général adjoint du groupe de spiritueux. Pernod Ricard a bouclé fin juin son exercice 2013-2014 sur des résultats en nette baisse, après une année noire pour son cognac et son whisky en Chine et des effets de change défavorables. --- PARIS - Vivendi a annoncé l'ouverture de négociations exclusives avec l'opérateur espagnol Telefonica pour lui céder sa pépite brésilienne GVT, aux dépens du concurrent Telecom Italia qui avait présenté une offre rivale. Le conseil de surveillance de Vivendi a fait connaître sa décision dans un communiqué publié en début d'après-midi après avoir examiné les deux offres qui lui avaient été remises en début de journée. "L'offre de Telefonica répond le mieux aux objectifs stratégiques et financiers du groupe", explique Vivendi dans un communiqué, en soulignant que le prix proposé par l'espagnol ferait apparaître une plus-value de plus de 3 milliards. Telefonica a relevé ce matin de 750 millions d'euros sa première proposition formulée début août, à 7,45 milliards d'euros, surpassant celle de son concurrent italien qui proposait 7 milliards d'euros. --- PARIS - Le syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), premier syndicat de pilotes chez Air France, a déposé un préavis de grève du 15 au 22 septembre pour faire "entendre sa voix et ses propositions" dans le cadre de l'élaboration du nouveau plan stratégique du groupe. --- GENEVE - Le virus Ebola pourrait contaminer plus de 20.000 personnes, a averti aujourd'hui l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en dévoilant un plan d'action nécessitant près de 490 millions de dollars (372 millions d'euros) pour mettre fin à l'épidémie. Le bilan de la fièvre Ebola, qui touche la Guinée, la Sierra Leone, le Liberia et le Nigeria, s'est alourdi à 1.552 morts sur un total 3.069 personnes infectées, et l'épidémie progresse, a révélé l'agence onusienne. En parallèle, le laboratoire britannique GlaxoSmithKline a annoncé que les essais cliniques d'un vaccin expérimental allaient être accélérés et a dit prévoir de constituer un stock pouvant atteindre 10.000 doses très rapidement si les résultats étaient concluants. L'OMS estime que six à neuf mois seront nécessaires pour mettre un terme à l'épidémie en Afrique de l'Ouest et considère que le nombre réel de cas dans des zones de forte transmission pourrait être "deux à quatre fois plus élevé que celui rapporté".

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant