RESUME DE L'ACTUALITE A 16h05 GMT (05/04)

le
0
    PARIS - Des proches conseillers de Marine Le Pen, mais 
également son père Jean-Marie, ont utilisé des systèmes offshore 
sophistiqués passant notamment par le Panama pour sortir de 
l'argent de France, écrit Le Monde. 
    S'appuyant sur le fichier "Panama papers", le quotidien met 
en cause l'homme d'affaires Frédéric Chatillon et 
l'expert-comptable Nicolas Crochet, présentés comme membres du 
"premier cercle des fidèles" de la présidente du Front national. 
    Les deux hommes sont mis en examen dans le cadre de 
l'enquête sur le micro-parti de Marine Le Pen et le financement 
des campagnes présidentielle et législatives de 2012. 
    Frédéric Chatillon avait pris les devants lundi en assurant 
que le FN n'avait "rien à voir" avec cette "affaire privée" qui 
l'avait amené à investir en 2012 en Asie une partie des 
bénéfices qu'une de ses sociétés, Unanime, avait réalisés en 
2011 et de localiser le véhicule d'investissement à Hong Kong. 
    Il expliquait avoir légalement racheté une structure 
juridique préexistante sans activité, qui s'est trouvée avoir 
été créée à l'origine par le cabinet panaméen Mossack Fonseca, 
au centre du scandale "Panama papers". 
    Dans un communiqué, le FN a dénoncé pour sa part des 
"amalgames scandaleux", affirmant ne pas être impliqué dans 
cette affaire privée.  
     
    STOCKHOLM - Le Premier ministre islandais, Sigmundur 
Gunnlaugsson, va démissionner après la révélation de documents 
mettant en cause son entourage dans l'affaire "Panama papers", a 
annoncé le vice-président de sa formation, le Parti du progrès. 
    Selon ces documents, l'épouse du Premier ministre possède 
une société enregistrée au Panama qui détient des créances sur 
des banques ayant fait faillite et qui ont dû être renflouées 
par l'Etat.  
     
    LONDRES/PANAMA/PARIS - Plusieurs pays ont annoncé 
l'ouverture d'enquêtes sur les révélations concernant la 
création par des milliers de personnes, y compris des dirigeants 
politiques et des chefs d'entreprise, de sociétés écrans 
destinées à faciliter l'évasion fiscale ou le blanchiment 
d'argent.  
    Parallèlement, de Moscou à Reykjavik et de Londres à 
Brasilia, de multiples démentis ont été opposés aux informations 
du Consortium international des journalistes d'investigation 
(ICIJ).  
    Parmi les dirigeants politiques en exercice nommément cités 
dans les dizaines d'articles et de reportages publiés depuis 
dimanche figurent le président russe, Vladimir Poutine, les 
premiers ministres pakistanais, britannique et islandais ou 
encore le président ukrainien, Petro Porochenko. 
    Le Kremlin, dénonçant la "Poutinophobie" de l'étranger, a 
déclaré que les documents ne contenaient "rien de concret et 
rien de nouveau" tandis qu'un porte-parole de David Cameron, le 
chef du gouvernement britannique, estimait que les liens évoqués 
entre le père de ce dernier et une société "offshore" relevait 
du domaine privé. 
    Le président François Hollande a promis que le fisc et la 
justice mèneraient les enquêtes nécessaires, le ministère des 
Finances et le secrétariat au Budget précisant pour leur part 
que Paris allait demander, "en application des conventions 
fiscales qui la lient à ses partenaires", la transmission du 
fichier "Panama papers". 
     --- 
    ANKARA/LESBOS - La Grèce a reporté à vendredi le prochain 
transfert de migrants entre les îles grecques de la mer Egée et 
la Turquie, annonce un responsable du gouvernement turc. 
    La Turquie avait auparavant fait savoir qu'elle était prête 
à accueillir mercredi deux cents autres migrants renvoyés de 
Grèce, dans le cadre de l'accord conclu avec l'Union européenne 
afin de tarir le flot de l'immigration illégale en Europe. 
    Lundi, un premier groupe de 202 migrants, en majorité des 
Pakistanais et des Afghans, ont atteint le port turc de Dikili 
en provenance des îles grecques de Lesbos et de Chios. 
    L'accord conclu le mois dernier par l'UE et Ankara, dénoncé 
par plusieurs groupes de soutien aux réfugiés, prévoit que la 
Turquie reprenne tous les migrants arrivés clandestinement en 
Grèce depuis le 20 mars, y compris les Syriens. 
    Le but de l'accord UE-Turquie est de décourager les migrants 
d'effectuer la traversée de la mer Egée, très dangereuse, 
d'autant qu'elle est souvent effectuée sur de petites 
embarcations ou sur des canots pneumatiques. 
     --- 
    EREVAN - L'armée azerbaïdjanaise et les séparatistes du 
Haut-Karabakh soutenus par l'Arménie annoncent la cessation des 
hostilités qui durent depuis quatre jours. 
    Reuters n'a pas été en mesure de vérifier l'arrêt de ces 
combats, qui ont été d'une violence sans précédent depuis le 
cessez-le-feu de 1994 dans la région séparatiste d'Azerbaïdjan 
peuplée majoritairement d'Arméniens d'origine.  
    Seize militaires azerbaïdjanais ont été tués au cours des 
deux derniers jours, a annoncé mardi le ministère de la Défense 
à Bakou. Côté séparatiste, on fait état de 20 morts depuis la 
reprise des hostilités, samedi. 
     --- 
    MILWAUKEE, Wisconsin - Après une semaine difficile, Donald 
Trump aborde aujourd'hui dans le Wisconsin une primaire qui 
s'annonce déterminante pour relancer sa campagne à l'investiture 
républicaine qui semble marquer le pas depuis quelques jours. 
    Une défaite du milliardaire dans cet Etat du Midwest aurait 
pour conséquence d'écorner un peu plus cette image 
d'invincibilité qu'il cultive avec outrance depuis son entrée 
dans la course à la présidence. 
    Les enquêtes d'opinion donnent la victoire au sénateur du 
Texas, Ted Cruz, dernier candidat encore en mesure de souffler à 
Trump l'investiture lors de la convention du Grand Old Party 
pour le scrutin du 8 novembre. 
     --- 
    PARIS - Plusieurs milliers de jeunes ont une nouvelle fois 
manifesté à travers la France mais la mobilisation est en net 
recul contre le projet de loi Travail, dont l'examen a débuté en 
commission à l'Assemblée nationale. 
    Après les rassemblements du 31 mars, qui ont réuni entre 
390.000 et 1,2 million de personnes, étudiants et lycéens 
entendaient maintenir la pression avant une nouvelle journée 
avec les salariés le 9 avril, qu'ils espèrent plus fournie. 
    Les défilés ont été émaillés d'incidents à Paris et dans 
plusieurs villes de province. A Paris, entre 3.200 et 3.400 
personnes, selon la police, ont défilé alors que les autorités 
en avaient dénombré 26.000 à 28.000 le 31 mars. 
    Cent trente personnes ont été interpellées lors d'un premier 
cortège lycéen en début de matinée près de la Nation pour des 
jets de projectiles sur les forces de l'ordre et des 
dégradations, a-t-on précisé de source policière.  
     --- 
    PARIS - Forte d'un rapport qui qualifie de "surdimensionné" 
le projet d'aéroport de Notre-Dame-Des-Landes, Ségolène Royal 
estime qu'il faut le revoir et n'exclut pas que le référendum 
prévu sur ce dossier soit annulé si un compromis est trouvé. 
    Mais le Premier ministre Manuel Valls a immédiatement estimé 
que ce rapport "valide la pertinence" du projet et confirmé la 
tenue du référendum en juin prochain. 
    Dans le rapport publié aujourd'hui, trois inspecteurs 
généraux des ponts, des eaux et des forêts missionnés au début 
de l'année par la ministre de l'Environnement rejettent le 
projet actuel, lui préférant une extension de l'aéroport 
existant ou une diminution de la surface du nouveau site de 
Notre-Dame-Des-Landes. 
    "Le projet de nouvel aéroport de Notre-Dame-des-Landes 
apparaît surdimensionné", disent Pierre Caussade, Nicolas Forray 
et Michel Massoni dans le texte remis à la ministre.  
    Ils proposent une alternative: "l'agrandissement et la 
rénovation des installations actuelles de Nantes-Atlantique" ou 
"une redéfinition du projet avec une seule piste de 2.900 m de 
long et 45 m de large -- au lieu des deux pistes de 3.600 m de 
long dont une de 60 m de large". 
     
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant