RESUME DE L'ACTUALITE A 16h00 GMT (25/06)

le
1
PARIS - Les dirigeants des principaux partis politiques français 
ont défilé aujourd'hui dans le bureau de François Hollande, où 
chacun a campé sur ses solutions pour répondre à la crise 
engendrée par la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.  
    Au lendemain de la proclamation des résultats du référendum, 
le président a consulté les grandes formations présentes aux 
parlements français et européens, à trois jours du Conseil 
européen "post Brexit" à Bruxelles.   
    Aux deux extrêmes, la présidente du Front national Marine Le 
Pen et le co-fondateur du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon, 
tous deux candidats à l'élection présidentielle de 2017, ont 
réaffirmé leurs désaccords avec les solutions préconisées par 
François Hollande, par ailleurs soutenues par le Parti 
socialiste.      
     
    BERLIN/PARIS - Les six pays fondateurs de l'Union européenne 
(Allemagne, France, Italie, Belgique, Pays-Bas et Luxembourg) 
ont adressé aujourd'hui un message clair à la Grande-Bretagne 
afin qu'elle sorte de la structure communautaire sans tarder 
après le référendum favorable du Brexit. 
    "Nous attendons maintenant du gouvernement du Royaume-Uni 
qu'il fasse preuve de clarté et qu'il mette cette décision en 
application dès que possible", indique un communiqué commun de 
la réunion. 
    Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc 
Ayrault a réaffirmé la position de Paris sur la nécessité 
d'ouvrir le plus rapidement possible les discussions devant 
conduire à la séparation. 
    La chancelière allemande s'est montrée moins pressante, 
plaidant pour que les négociations avec ce partenaire privilégié 
se déroulent dans une atmosphère respectueuse. "Tout à fait 
franchement, il ne faudrait pas que cela prenne des années, 
c'est vrai, mais je ne vais pas militer pour un calendrier 
serré", a dit Angela Merkel lors d'une conférence de presse à 
l'issue d'une réunion de son parti, la CDU, près de Berlin. 
    A Colmar, où il assistant au congrès de l'Unaf (Union 
nationale des associations familiales), François Hollande a 
évoqué une "décision douloureuse, d'abord pour le Royaume Uni 
qui va en mesurer toutes les conséquences mais c'est aussi, 
comme dans tout départ, comme dans tout divorce, douloureux pour 
ceux qui restent." 
     
    BRUXELLES - Le commissaire européen aux Services financiers, 
le Britannique Jonathan Hill, a annoncé aujourd'hui qu'il 
démissionnait de ses fonctions après la victoire des partisans 
du Brexit lors du référendum de jeudi. Le portefeuille des 
services financiers est confié au vice-président de la 
Commission européenne, Valdis Dombrovskis, ancien Premier 
ministre de la Lettonie, a indiqué le président de la Commission 
européenne Jean-Claude Juncker dans un communiqué. 
 
    BRUXELLES - Les dirigeants des Etats membres de l'Union 
européenne se réuniront mercredi sans le Premier ministre 
britannique David Cameron pour discuter de la procédure de 
divorce entre la Grande-Bretagne et le bloc communautaire, a dit 
hier le président du Conseil européen, Donald Tusk. 
    Un sommet européen débutera dès mardi après-midi à Bruxelles 
et David Cameron informera à cette occasion les autres 
dirigeants de la décision de son pays de quitter l'UE, précise 
Donald Tusk dans un courrier adressé aux Etats membres. 
    Cameron rentrera ensuite à Londres et mercredi, pour la 
première fois, le sommet se tiendra à 27 mais de manière 
informelle. Ce format "informel" signifie qu'aucune décision ne 
sera prise à cette occasion. 
 
    LONDRES - Une pétition demandant l'organisation d'un nouveau 
référendum sur l'appartenance de la Grande-Bretagne à l'Union 
européenne a déjà recueilli plus de 1,5 million de signatures 
parmi les habitants du Royaume-Uni, deux jours après le vote en 
faveur du Brexit. 
     
    PARIS - Le gouverneur de la Banque de France a maintenu ce 
matin sa prévision d'une croissance du produit intérieur brut 
(PIB) de la France d'au moins 1,4% cette année, malgré la 
décision des Britanniques de quitter l'Union européenne. 
    "Il n'y a pas aujourd'hui si on regarde l'économie 
française, de menace de rechute pour les prochains trimestres", 
a déclaré François Villeroy de Galhau sur France Inter, en 
soulignant que l'impact du Brexit concernera en premier lieu 
l'économie britannique. 
     --- 
    BEYROUTH - Une série de raids aériens menés par l'aviation 
russe ou par la chasse syrienne ont fait aujourd'hui plusieurs 
dizaines de morts dans l'est de la Syrie, selon l'Observatoire 
syrien des droits de l'homme (OSDH). Les frappes ont touché le 
village d'al Kouria dans la partie orientale de la province de 
Daïr az Zour, faisant 47 morts dont 31 civils. 
     --- 
    PARIS - Le siège de la CGT, situé à Montreuil, dans la 
proche banlieue parisienne, a été pris pour cible dans la nuit 
de vendredi à samedi et les portes d'entrée vitrées de 
l'immeuble ont été brisées, a annoncé samedi Philippe Martinez.  
  
    L'attaque s'est déroulée peu avant minuit, a précisé sur 
iTELE le secrétaire général du syndicat, en pointe dans le 
mouvement contre le projet de réforme du Code du travail porté 
par la ministre du Travail Myriam El Khomri.      
    Le représentant syndical a réaffirmé sa détermination, alors 
que l'intersyndicale réunissant les organisations opposées au 
texte prévoit une nouvelle journée d'action mardi prochain. 
     --- 
    PARIS - La cote de popularité de François Hollande a encore 
reculé d'un point pour s'établir à 18%, au plus bas depuis son 
arrivée à l'Elysée en 2012, selon un sondage BVA pour Orange et 
iTELE publié aujourd'hui. Au total, 81% des personnes 
interrogées déclarent avoir une mauvaise opinion du chef de 
l'Etat, soit une hausse d'un point par rapport à l'édition de 
mai du baromètre politique de cet institut de sondage.  
     --- 
    MARSEILLE - Deux hommes d'une trentaine d'années ont été 
abattus dans leur véhicule dans les quartiers nord de Marseille 
et une adolescente de 14 ans, vraisemblablement une victime 
collatérale, a été très grièvement blessée, a-t-on appris ce 
matin de source policière. La jeune fille, qui a été hospitalisé 
dans un état jugé "très grave", a sans doute été victime d'une 
balle perdue.  
     --- 
    NOTRE-DAME-DES-LANDES, Loire-Atlantique - Partisans et 
opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes jettent 
leurs dernières forces dans la bataille avant une "consultation" 
inédite en France et cruciale pour l'avenir de cet équipement 
controversé. Quelque 967.000 électeurs du département sont en 
effet appelés à se prononcer demain pour ou contre le transfert 
de l'actuel aéroport de Nantes au nord de l'agglomération, un 
avis qui demeure "consultatif" selon la loi mais dont François 
Hollande et Manuel Valls se sont engagés à suivre le résultat. 
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7361806 il y a 5 mois

    Le département le plus proscrinateur de FRANCE