RESUME DE L'ACTUALITE A 16h00 GMT (25/06)

le , mis à jour à 18:15
0

BRUXELLES - Les discussions entre la Grèce et ses créanciers internationaux ont été interrompues cet après-midi sans qu'un accord ait été trouvé et les ministres des Finances de la zone euro se réuniront de nouveau samedi, trois jours seulement avant une échéance financière clé qui pourrait placer Athènes en défaut. Les ministres des Finances de la zone euro réunis pour la troisième fois depuis le début de la semaine se sont séparés sur un nouveau constat d'échec, les discussions sur les propositions soumises par Athènes et celles des "institutions" créancières (Commission européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international) n'ayant pas permis d'élaborer un document de compromis. "La porte reste ouverte pour que la partie grecque puisse apporter de nouvelles propositions ou accepter ce qui est sur la table", a dit le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, avant d'aller rendre compte de la réunion aux chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union réunis à quelques mètres de là. Le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, a minimisé la portée de l'échec d'aujourd'hui. "Les institutions vont de nouveau examiner les deux documents, nos documents et les leurs, il va y avoir des discussions avec le gouvernement grec et nous allons continuer jusqu'à ce que nous trouvions une solution", a-t-il dit à la presse. Avant le début du Conseil européen, la chancelière allemande, Angela Merkel, a déclaré devant des représentants du Parti populaire européen qu'un accord sur la Grèce devait être conclu avant l'ouverture des marchés lundi matin, ont rapporté deux participants à la réunion. Selon ces sources, la chancelière a assuré que son pays n'accepterait aucun "chantage" de la part d'Athènes. BRUXELLES - Le Premier ministre britannique, David Cameron, a estimé que le Conseil européen qui débute ce soir serait une "étape importante" du processus de détermination de l'avenir de la Grande-Bretagne en Europe. Londres cherche à convaincre les autres Etats membres de l'Union européenne d'accorder de nouvelles dérogations au Royaume-Uni avant la tenue, en 2017 au plus tard, d'un référendum sur l'appartenance du pays à l'UE. Le sujet figure au programme de la réunion des chefs d'Etat et de gouvernement qui débute en fin de journée à Bruxelles et s'achèvera demain, de même que la question de la réponse de l'UE à l'afflux de migrants africains et proche-orientaux. --- BEYROUTH - Les djihadistes de l'Etat islamique (EI) ont lancé la nuit dernière des offensives simultanées contre l'armée gouvernementale syrienne et les forces kurdes, tentant de reprendre l'initiative après avoir perdu du terrain face aux milices kurdes dans la province de Rakka, bastion de l'organisation islamiste. Dans le Sud, près de la frontière jordanienne, les insurgés ont lancé une attaque contre la ville de Deraa, où les forces du président Bachar al Assad ont essuyé une série de revers ces dernières semaines, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Lors de ces combats dans la région de Deraa, un obus de mortier est tombé sur un marché dans la ville jordanienne de Ramtha, faisant un mort et plusieurs blessés. Les combattants de l'Etat islamique ont parallèlement lancé une offensive contre la ville de Hassaka, dans le nord-est du pays, et à Kobani, située à la frontière turque, ajoute l'OSDH. Selon la télévision d'Etat syrienne, des affrontements violents opposent les djihadistes à l'armée syrienne et à ses alliés dans le quartier d'Al Nachoua de Hassaka, une ville contrôlée d'un côté par les forces gouvernementales, de l'autre par les Kurdes et leurs Unités de protection du peuple (YPG). A Kobani, les combattants de l'EI ont fait exploser une voiture piégée à proximité du poste-frontière turc avant de lancer, selon un porte-parole des forces kurdes, des attaques dans trois secteurs de la ville. L'OSDH rapporte qu'au moins 35 personnes ont été tuées dans les bombardements et les combats qui ont suivi. --- LA HAYE - L'Autorité palestinienne a pour la première fois remis aujourd'hui à la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye plusieurs documents, notamment sur les crimes présumés commis par les forces israéliennes lors de son offensive dans la bande de Gaza en juillet et août 2014. L'Autorité palestinienne a officiellement adhéré en avril dernier à la CPI, dont la procureure Fatou Bensouda avait ouvert en janvier une enquête préliminaire sur les événements de Gaza. --- WASHINGTON - La Cour suprême américaine a confirmé l'une des principales dispositions fiscales de l'Obamacare, l'assurance santé publique, une réforme emblématique de la présidence de Barack Obama. Par six voix contre trois, les magistrats de la Cour suprême ont jugé aujourd'hui que l'"Affordable Care Act" voté en 2010 n'instituait pas une restriction aux aides fiscales reçues par certains Etats. C'est la deuxième fois en trois ans que la plus haute instance judiciaire des Etats-Unis rejette ainsi un recours intenté contre le texte, qui vise à étendre la couverture maladie des Américains les moins favorisés mais qui est très critiqué par le camp conservateur. --- PARIS - Les chauffeurs de taxi français ont mené aujourd'hui un mouvement de protestation massif contre les véhicules clandestins utilisant l'application UberPOP, perturbé la circulation dans nombre de villes et bloqué l'accès à des aéroports et des gares. Face à une tension croissante, notamment en région parisienne, où des utilisateurs d'UberPOP ont été pris à partie, le ministre de l'Intérieur a lancé un appel au calme, assorti d'un geste à l'adresse des taxis en colère, dont une délégation devait être reçue par des conseillers du Premier ministre. Bernard Cazeneuve a ainsi annoncé un renforcement de la répression de l'activité d'UberPOP, en principe interdite par le loi Thévenoud de 2014, sans attendre la réponse du Conseil constitutionnel à un recours de la société mère américaine Uber. Les chauffeurs de taxi, qui s'en prennent aussi aux voitures de tourisme avec chauffeur (VTC) légalement enregistrées, ont perturbé les accès aux gares parisiennes et aux aéroports d'Orly et de Roissy ainsi que la circulation sur le boulevard périphérique, parfois au prix de tensions avec les forces de l'ordre déployées massivement. Plusieurs incidents ont été signalés avec des chauffeurs UberPOP ou des VTC, notamment Porte Maillot à Paris, où deux voitures ont été retournées et où les forces de l'ordre présentes en masse ont utilisé des gaz lacrymogènes. Les taxis ont coupé totalement ou partiellement les accès à des aéroports de province, comme à Toulouse, Marseille, Nice ou Nantes, où ils ont brûlé des pneus. Certains ont empêché des chauffeurs UberPOP ou VTC de prendre des clients. --- PARIS - François Hollande a annoncé avoir saisi le Conseil constitutionnel à propos de la loi sur le renseignement adoptée hier, afin de s'assurer que l'équilibre entre la sécurité et la préservation des droits fondamentaux est préservé. Face aux critiques et inquiétudes, le président français avait annoncé dès le début du parcours parlementaire du texte qu'il saisirait lui-même les "Sages" afin de s'assurer de la conformité du texte à la Constitution. --- PARIS - C'est Nicolas Sarkozy qui a proposé en 2009 le nom de François Pérol, secrétaire général adjoint de l'Elysée, pour prendre la tête du groupe bancaire BPCE, a déclaré aujourd'hui Claude Guéant. L'ex-ministre de l'Intérieur, qui était à l'époque secrétaire général de l'Elysée, était entendu comme témoin au procès pour prise illégale d'intérêts de l'actuel président du directoire de BPCE, maison mère de la banque Natixis. "Le président (de la République) est celui qui a présenté l'idée de nommer François Pérol à cette fonction", a-t-il déclaré devant le tribunal correctionnel de Paris, indiquant ne pas savoir ce qui avait emporté "sa conviction". "François Pérol n'avait pas du tout envie de prendre cette fonction", a-t-il ajouté. "Il a ressenti ça comme un devoir, beaucoup plus que comme une satisfaction." --- PAPEETE - Les recherches se poursuivent aux Tuamotu, archipel de la Polynésie française, où le navigateur suisse Laurent Bourgnon est porté disparu depuis une plongée près de l'atoll de Toau. Le double vainqueur de la Route du Rhum, qui est âgé de 49 ans, a disparu mercredi alors qu'il effectuait une croisière privée à bord de son bateau, a précisé dans un communiqué le Haut commissariat de la République. Le navigateur ne remontant pas à la surface, l'équipage et les passagers ont alerté le secours. Les recherches, auxquelles participe un hélicoptère, n'ont pour l'heure rien donné.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant