RESUME DE L'ACTUALITE A 16h00 GMT (15/10)

le
0
    PARIS - François Hollande a tenté, en exprimant hier ses 
"regrets" aux magistrats, d'éteindre la zone la plus menaçante 
de l'incendie provoqué par ses "confidences" à des journalistes, 
mais les dégâts semblent loin d'être circonscrits. 
    Le chef de l'Etat dit comprendre la "blessure" née de ses 
propos qualifiant la justice d'"institution de lâcheté" parus 
dans "Un président ne devrait pas dire ça", le livre de Gérard 
Davet et Fabrice Lhomme.  
    "C'est un début de réponse. Sans ça, la crise risquait de 
s'enkyster, c'est une manière d'éviter ça", a dit à Reuters 
Olivier Janson, secrétaire général adjoint de l'Union syndicale 
des magistrats (USM), majoritaire. 
    Dans l'ouvrage, François Hollande qualifie, selon des propos 
rapportés, les footballeurs de "gosses mal éduqués", juge que 
l'immigration est trop importante et confirme qu'il utilise le 
terme de "sans-dents" pour les pauvres. Certains voient un 
"suicide politique" dans cette parole livrée sans filtre à des 
journalistes, parfois en totale contradiction avec ses discours 
et ses actions de président. 
     --- 
    PARIS - Un homme de 21 ans et sa compagne enceinte de 17 ans 
soupçonnés de vouloir commettre une attaque djihadiste en France 
ont été déférés hier après leur interpellation mardi à 
Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis), a-t-on appris de source 
judiciaire. 
    Ils étaient en contact via l'application cryptée Telegram 
avec le djihadiste Rachid Kassim, a-t-on précisé, confirmant une 
information de iTELE. 
    Membre du groupe Etat islamique basé dans la région 
syro-irakienne, Rachid Kassim est soupçonné d'être l'inspirateur 
de plusieurs attentats ou tentatives d'attentats ces derniers 
mois en France, notamment le double assassinat de policiers à 
Magnanville (Yvelines) en juin et l'attaque contre l'église de 
Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime) en juillet. 
     --- 
    PARIS - Le premier débat entre les sept candidats à 
l'investiture présidentielle de la droite, suivi avant-hier soir 
par 5,6 millions de personnes, a donné lieu à des échanges 
aigres-doux dont Alain Juppé apparaît par défaut comme le 
premier bénéficiaire. 
    Confirmé dans son statut de favori par tous les sondages 
récents, le maire de Bordeaux a respecté une stratégie élaborée 
à l'avance: camper sur ses positions et ne prendre aucun risque, 
quitte à paraître à certains moments effacé. 
    Selon deux enquêtes des instituts Elabe et Opinionway 
réalisées en fin d'émission, les téléspectateurs ont jugé le 
maire de Bordeaux le plus convaincant, devant Nicolas Sarkozy, 
Bruno Le Maire et François Fillon.  
    La soirée a rassemblé 5,6 millions de téléspectateurs sur 
TF1, soit 26,3% de part d'audience, avec un pic d'audience à 6,5 
millions, selon les chiffres de Médiamétrie.  
     --- 
    LAUSANNE, Suisse - Des discussions sur la Syrie se sont 
ouvertes aujourd'hui à Lausanne dans un nouveau format 
multilatéral. 
    Le secrétaire d'Etat américain John Kerry et le ministre 
russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov se sont retrouvés 
dans l'après-midi à Lausanne, où sont également arrivés les 
représentants de sept pays de la région (l'Iran, l'Irak, la 
Jordanie, l'Egypte, la Turquie, l'Arabie saoudite et le Qatar). 
    Près de quatre semaines après la rupture de la trêve 
négociée bilatéralement par Kerry et Lavrov, et douze jours 
après la décision de Washington de suspendre toute coopération 
avec la Russie sur le dossier syrien, la réunion de Lausanne 
marque une nouvelle approche de la question syrienne, dont 
l'Europe est absente. 
    Mais Sergueï Lavrov a déclaré aujourd'hui que la Russie n'en 
attendait "rien de spécial" et que Moscou n'avait pas 
l'intention de faire de nouvelles propositions pour tenter de 
résoudre le conflit.    
     --- 
    NIAMEY - Un humanitaire américain a été enlevé hier soir à 
son domicile d'Abalak dans le centre du Niger par des hommes 
armés qui ont tué ses deux gardes du corps et pris la direction 
du Mali, a-t-on appris auprès du maire de la ville.  
    Les deux gardes ont été tués par des hommes arrivés à moto 
puis un 4x4 a pris en charge l'Américain et l'a conduit vers le 
nord en direction de la frontière malienne, a déclaré Ahmed 
Dilo. Des coups de feu ont été tirés et l'un des deux gardes 
tués est un soldat nigérien, a ajouté le maire d'Abalak. 
    L'humanitaire est établi depuis des années dans cette 
localité. Aucun ressortissant américain n'avait encore été 
kidnappé au Niger. En 2009 avait eu lieu une tentative 
d'enlèvement visant le personnel de l'ambassade américaine dans 
un hôtel de Tahoua, imputée à des militants islamistes.  
     --- 
    WASHINGTON - Donald Trump, que plusieurs femmes ont accusé 
ces derniers jours de harcèlement et d'agressions sexuels, s'est 
dit victime ce matin d'un complot favorisant sa rivale 
démocrate, Hillary Clinton. 
    A 24 jours de l'élection présidentielle du 8 novembre, le 
candidat républicain, déjà épinglé par ses propos obscènes sur 
les femmes lors d'une conversation enregistrée en 2005 et 
divulguée le 7 octobre par le Washington Post, doit désormais 
faire face à des révélations sur son comportement vis-à-vis de 
femmes ayant eu affaire à lui. 
    Hier, une ancienne candidate de l'émission de téléréalité 
The Apprentice que présentait le magnat new-yorkais de 
l'immobilier a réuni la presse à Los Angeles et raconté comment 
elle avait été victime d'attouchements et d'avances sexuelles 
déplacées de sa part. 
    Les premiers témoignages de femmes accusant Trump de les 
avoir sexuellement agressées il y a plusieurs années ont été 
publiés mercredi par le New York Times. 
     --- 
    KIGALI - Etape majeure dans la lutte contre le changement 
climatique, près de 200 pays réunis au Rwanda ont approuvé à 
Kigali un accord de réduction des gaz hydrofluorocarbures (HFC), 
qu'on trouve dans les réfrigérateurs ou les climatiseurs et qui 
jouent un rôle important sur l'effet de serre.  
    Le texte, soutenu par les Etats-Unis et la Chine, les deux 
premiers pays pollueurs de la planète, divise les pays en trois 
groupes en fonction de la date à laquelle ils devront réduire 
l'usage de ces gaz industriels dont la contribution à l'effet de 
serre peut être 10.000 fois plus puissante que le dioxyde de 
carbone. 
    Les pays développés, comprenant les Etats-Unis et la plupart 
des pays d'Europe, s'engagent à diminuer l'usage des gaz HFC de 
10% d'ici 2019 et de 85% d'ici 2036. Beaucoup de ces pays ont 
déjà commencé.   
    Les deuxième et troisième groupes, représentant les pays en 
développement, devront geler leur utilisation des HFC d'ici 2024 
ou 2028, avant de réduire progressivement leur consommation. 
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant