RESUME DE L'ACTUALITÉ A 16h00 GMT (14/08)

le
0

ATHÈNES - Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a surmonté provisoirement les divisions de plus en plus marquées de son parti Syriza, en faisant adopter par les députés le troisième plan d'aide négocié en cinq ans avec les créanciers du pays. Le scrutin a été retardé par la prolongation pendant la majeure partie de la nuit des débats à la Vouli, certains élus multipliant les recours de procédure à quelques heures seulement de la réunion des ministres des Finances de la zone euro censée donner un feu vert décisif à l'accord. Grâce au soutien des partis d'opposition favorables au maintien de la Grèce dans la zone euro, Alexis Tsipras est parvenu sans difficulté à franchir le seuil des 151 voix nécessaires pour assurer l'adoption du texte, recueillant un total de 222 voix sur 300. Mais 43 parlementaires, soit près d'un tiers du groupe Syriza, ont voté contre ou se sont abstenus, alors qu'ils n'étaient qu'une trentaine lors d'un vote important sur les mesures de réforme le mois dernier. Alexis Tsipras sollicitera la confiance de la Vouli une fois que la Grèce aura remboursé une échéance de 3,2 milliards d'euros à la Banque centrale européenne (BCE) le 20 août, a déclaré un responsable gouvernemental. Et ce nouveau scrutin pourrait être bien plus délicat pour le Premier ministre: Mikis Voridis, élu de Nouvelle Démocratie, le principal mouvement d'opposition, a déclaré que son parti ne voterait pas la confiance au gouvernement. ATHÈNES, - La Commission européenne s'est préparée à l'éventualité d'un nouveau prêt-relais de 6,04 milliards d'euros à la Grèce dans le cas où le nouveau plan d'aide ne serait pas adopté aussi vite qu'espéré, montre un document de l'Union européenne que s'est procuré Reuters. Sur cette enveloppe, environ 4,4 milliards d'euros pourraient être consacrés à des remboursements au Fonds monétaire international et à la Banque centrale européenne. --- LA HAVANE - Le drapeau américain a été hissé aujourd'hui devant l'ambassade des Etats-Unis à Cuba, une première depuis 54 ans, au cours d'une cérémonie symbolique du rapprochement entre les deux pays à laquelle a assisté le chef de la diplomatie américaine, John Kerry. Trois Marines américains ont hissé la bannière étoilée sous les yeux de trois de leurs aînés, aujourd'hui à la retraite, qui l'avaient abaissée en 1961, deux ans après l'arrivée au pouvoir des révolutionnaires conduits par Fidel Castro. Conséquence de la guerre froide et des tensions persistantes entre Washington et La Havane, le drapeau américain n'avait plus flotté depuis cette année-là devant le bâtiment situé sur le front de mer de La Havane. John Kerry, premier secrétaire d'Etat américain en visite à Cuba depuis 70 ans, a déclaré lors de la cérémonie qu'il était évident à ses yeux que "le chemin de l'isolement réciproque et de la séparation qu'ont emprunté les Etats-Unis et Cuba n'était pas le bon". --- TIANJIN, Chine - Les autorités chinoises ont défendu le rôle des pompiers qui ont utilisé des lances à eau pour contenir un incendie dans un entrepôt de produits chimiques dangereux à Tianjin, une méthode susceptible, selon des experts, d'avoir provoqué les explosions qui ont fait 54 morts. Plus de 12 pompiers figurent parmi les victimes des deux énormes explosions de mercredi soir dans la zone portuaire de la ville, ont rapporté des médias officiels. Environ 700 personnes ont été blessées, dont 71 grièvement. --- TOKYO - Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, a exprimé son "extrême douleur" face aux souffrances infligées par son pays pendant la Deuxième Guerre mondiale mais il a ajouté que les générations postérieures au conflit ne devaient pas être obligées de s'excuser pour les erreurs du passé. Dans ses déclarations à l'occasion du 70e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, il a dit assumer les excuses présentées par des gouvernements précédents, y compris le discours jugé historique de son prédécesseur Tomiichi Murayama en 1995, mais il n'a présenté aucune excuse à titre personnel. L'héritage de la Deuxième Guerre mondiale continue de peser sur les relations entre le Japon et plusieurs pays de la région, comme la Corée du Sud et la Chine. A Pékin, l'agence de presse gouvernementale Chine nouvelle a affirmé que ces "excuses modérées (n'allaient) pas aider à supprimer le manque de confiance à l'égard de Tokyo". --- BAGDAD - Les autorités kurdes en Irak affirment que des combattants peshmergas ont probablement subi une attaque à l'arme chimique, peut-être du gaz chloré, menée par le groupe Etat islamique. Le Conseil de sécurité du Kurdistan dit enquêter sur plusieurs attaques de l'organisation djihadiste contre les positions kurdes, dont l'une a eu lieu cette semaine à Makhmour, au sud-ouest d'Erbil, capitale de la région autonome du Kurdistan irakien. --- LONDRES - Les travaillistes britanniques commencent aujourd'hui à choisir leur nouveau chef de file, qui, si les sondages sont fiables, devrait être Jeremy Corbyn, partisan d'un virage à gauche et d'un retour aux sources du Labour. Le vainqueur sera probablement le principal adversaire du Premier ministre conservateur David Cameron lors des prochaines élections législatives prévues au plus tard en 2020. Après la défaite électorale subie en mai par le Labour, sa plus cuisante depuis 1987, quatre prétendants s'affrontent pour succéder à Ed Miliband au terme d'une campagne présentée par l'ancien Premier ministre Tony Blair, vainqueur de trois élections successives en 1997, 2001 et 2005, comme une lutte douloureuse entre le coeur et la raison pour les travaillistes. --- PARIS - L'économie française a stagné de façon inattendue au deuxième trimestre mais a été plus dynamique qu'annoncé précédemment au premier, affichant un profil heurté qui ne remet pas en cause, aux yeux des économistes, le scénario d'une reprise très modérée. L'Insee a fait état ce matin d'une croissance nulle sur la période avril-juin, alors que les économistes tablaient sur +0,2%, et revu en hausse, à +0,7% contre +0,6% auparavant, l'évolution du produit intérieur brut pour janvier-mars. L'acquis de croissance pour 2015, à savoir le niveau de l'ensemble de l'année si le PIB des deux derniers trimestres était nul, se situe à +0,8% au 30 juin. Et en glissement annuel, le PIB affiche une progression de 1,0% au 30 juin, un niveau qu'il n'avait pas atteint depuis fin 2013. Le ministre des Finances, Michel Sapin, a déclaré que la performance du premier semestre confortait le gouvernement dans ses attentes. "Après un premier trimestre très dynamique, le niveau de l'activité se maintient. A la fin du premier semestre, l'acquis de croissance est de 0,8% ce qui conforte notre objectif de 1% pour l'année 2015", a-t-il dit. PARIS - L'emploi salarié dans les secteurs marchands non agricoles a augmenté de 0,2% au deuxième trimestre en France, avec 27.300 postes créés, selon l'estimation "flash" publiée ce matin par l'Insee. L'institut a confirmé dans le même temps la quasi-stabilité enregistrée sur le premier trimestre, où 700 postes avaient été détruits. --- PARIS- Le ministère de l'Agriculture a annoncé la réunion lundi à Paris d'une table ronde avec les principaux acteurs de la crise de la viande porcine après l'échec d'une nouvelle tentative de cotation vendredi sur le marché de Plérin. En attendant ce rendez-vous, les éleveurs ont décidé d'annuler une manifestation envisagée dans la journée à Rennes. Les séances ordinaires de cotation de Plérin, qui fixe le prix de référence du porc français, avaient déjà été annulées lundi et jeudi en raison de l'absence des deux principaux industriels du secteur malgré les appels à la responsabilité du gouvernement. Les groupes Cooperl et Bigard/Socopa jugent intenable, face à la concurrence étrangère, le cours de 1,40 euro le kilo fixé en juin par un accord entre industriels, grande distribution et syndicats agricoles.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant