RESUME DE L'ACTUALITE A 16h00 GMT (14/05)

le , mis à jour à 18:19
0

BUJUMBURA - Le chef de l'armée burundaise affirme que le coup d'Etat fomenté par un général a échoué et que les forces fidèles au président Pierre Nkurunziza ont repris le contrôle de la situation dans le pays, mais des échanges de coup de feu dans la capitale Bujumbura laisse craindre une poursuite de l'instabilité. "Le coup d'Etat a échoué, les forces loyalistes contrôlent tous les points stratégiques", a déclaré aujourd'hui le général Prime Niyongabo, chef de l'état-major, dans une déclaration à la radio nationale. Un journaliste a précisé que deux stations de radio privées et une chaîne de télévision étaient les cibles d'attaques menées par des hommes portant des uniformes de la police. Les deux stations de radio avaient relayé hier la déclaration du général Godefroid Niyombaré annonçant qu'il avait renversé le président Nkurunziza, ce dernier cherchant à imposer une réforme de la Constitution pour briguer un troisième mandat. L'incertitude continue de régner sur l'endroit précis où se trouve le chef de l'Etat. --- KABOUL - Les taliban afghans ont revendiqué l'attaque d'un hôtel dans un quartier résidentiel de Kaboul qui a coûté la vie à 14 personnes, dont quatre ressortissants indiens, un Américain, un Britannique, un Italien et un Kazakh. L'opération a été menée hier soir vers 20h30 alors que des convives participaient à un dîner au Park Palace, un établissement fréquenté par les étrangers et situé dans le quartier résidentiel de Kolola Pushta, où devait être donné un concert. La revendication de l'attaque a été faite par Zabihoullah Moudjahid, porte-parole des taliban, dans un communiqué transmis par courrier électronique. --- BAGDAD - Le ministère irakien de la Défense a annoncé la mort du numéro deux de l'Etat islamique lors d'une frappe aérienne de la coalition contre une mosquée dans le nord de l'Irak. L'attaque aérienne a été menée alors qu'Afari était en réunion dans la mosquée avec d'autres responsables de l'EI. --- ALGER - Le gouvernement algérien a été remanié, annonce l'agence de presse d'Etat APS, qui précise que le Premier ministre Abdelmalek Sellal conserve son poste. Parmi les ministres démissionnaires, figurent celui de l'Energie, Youcef Yousfi, remplacé par Salah Khebri, celui de l'Intérieur, Tayeb Belaïz, remplacé par Nouredine Bedoui, ou encore celui des Finances, Mohamed Djellab, remplacé par Abderrahmane Benkhelfa. --- ALGER - La Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA), formée des principaux groupes rebelles touaregs du nord du Mali, a signé aujourd'hui à Alger l'accord de paix adopté en mars par les autorités maliennes et des mouvements pro-gouvernementaux, tout en prévenant qu'elle exigeait de nouvelles garanties avant de signer un texte définitif. La CMA, qui réunit le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le Haut Conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA) et le Mouvement arabe de l'Azawad (MAA), avait indiqué en mars que cet accord de paix et de réconciliation intermalien, conclu sous l'égide de l'Algérie, ne répondait pas à ses exigences. Elle a prévenu qu'elle ne se rendrait pas à la cérémonie prévue demain à Bamako pour la signature définitive. --- PARIS - L'économie française a enregistré au premier trimestre sa croissance la plus dynamique depuis près de deux ans, ce qui devrait lui permettre de dépasser les prévisions du gouvernement pour l'ensemble de 2015, grâce notamment à une forte consommation des ménages. Selon les données publiées par l'Insee, la croissance a été portée aussi par une importante contribution des stocks des entreprises, un élément qui fait qu'il lui sera sans doute difficile de continuer à ce rythme sur le deuxième trimestre. L'acquis de croissance pour 2015, à savoir le niveau de l'ensemble de l'année si la croissance des trois derniers trimestres était nulle, se situe maintenant à +0,7%. Michel Sapin a reconnu que cette embellie était encore insuffisante pour avoir un impact sur l'emploi. --- BRUXELLES - La Commission européenne a appellé la France à profiter de l'amélioration de sa situation économique pour poursuivre les réformes structurelles, notamment en matières fiscale et sociale. L'exécutif européen se prononcera en juin sur les finances publiques de la France, à qui elle avait donné jusqu'au 10 juin pour prendre des mesures pour appuyer son engagement de ramener le déficit public sous la barre des 3% du PIB fin 2017. Le gouvernement français a depuis identifié de nouvelles mesures de redressement des comptes et amélioré, à la faveur d'un déficit 2014 moins important que prévu, ses prévisions pour les prochaines années. ---

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant