RESUME DE L'ACTUALITE A 16h00 GMT (13/08)

le
0

ATHENES - Le Parlement grec devrait approuver dans la nuit l'accord sur un plan d'aide international évitant au pays une situation de défaut mais le parti de gauche radicale au pouvoir continue de se diviser et apparaît au bord de la rupture. Un vote favorable de la Vouli sur l'accord ouvrant la voie à un troisième plan de renflouement de plus de 85 milliards d'euros sur trois ans ne fait guère de doute, l'opposition s'étant engagée à soutenir le gouvernement d'Alexis Tsipras. Mais il apparaît également acquis que certains députés de Syriza, qui reprochent au Premier ministre, porté au pouvoir sur la promesse de combattre l'austérité, d'avoir capitulé face aux créanciers internationaux de la Grèce, voteront contre le texte. Le scrutin permettra de jauger l'ampleur de la contestation au sein du parti d'Alexis Tsipras et de la capacité de cette dernière à faire pression sur le Premier ministre pour convoquer des élections anticipées dès septembre. ATHENES - La Grèce a renoué avec la croissance contre toute attente au deuxième trimestre, malgré des négociations très tendues avec ses créanciers et la menace d'une sortie de la zone euro, montrent des statistiques publiées ce matin. Le PIB a crû de 0,8% en données corrigées des variations saisonnières sur la période avril-juin, alors qu'il avait stagné au trimestre précédent, a annoncé le service de la statistique Elstat. Les économistes interrogés par Reuters anticipaient une contraction du PIB de 0,8% au deuxième trimestre. --- BAGDAD - Un attentat au camion piégé revendiqué par le groupe Etat islamique a fait au moins 76 morts ce matin dans un marché bondé de Sadr City, grand quartier chiite du nord-est de Bagdad, indiquent des sources policières et médicales. Cette attaque, l'une des plus meurtrières dans la capitale irakienne depuis l'entrée en fonctions du Premier ministre Haïdar al Abadi il y a un an, a également fait plus de 200 blessés, selon des sources médicales. Dans un communiqué publié sur internet, l'EI dit avoir visé l'armée et des miliciens postés dans ce quartier populaire. --- TIANJIN, Chine - Les deux énormes explosions qui ont dévasté hier soir une zone industrielle de Tianjin, grande ville portuaire du nord-est de la Chine, où étaient entreposés des produits chimiques et des gaz toxiques, ont fait 50 morts et plus de 700 blessés, selon un nouveau bilan. Ces déflagrations ont provoqué une série d'incendies qui n'étaient toujours pas éteints ce matin, d'après le Quotidien du peuple. Selon les autorités, douze pompiers figurent parmi les victimes. L'agence de presse officielle Chine nouvelle a rapporté en fin d'après-midi que 18 pompiers manquaient à l'appel et que 66 autres figuraient parmi les centaines de personnes soignées dans les hôpitaux de la ville, qui compte quelque 15 millions d'habitants. Les explosions, si spectaculaires qu'elles ont pu être observées de l'espace par des satellites, ont déclenché une onde de choc ressentie à plusieurs kilomètres à la ronde, à tel point que l'Institut américain de géologie (USGS) a relevé des phénomènes sismiques. --- SHANGHAI - La banque centrale chinoise a assuré aujourd'hui que les fondamentaux économiques de la Chine ne justifiaient pas une dépréciation accrue du yuan, qui a perdu environ 4% face au dollar après la dévaluation inattendue décidée mardi par les autorités. La devise chinoise a de nouveau cédé du terrain aujourd'hui mais l'écart entre le cours de la devise et son taux de référence s'est nettement réduit. Des sources bancaires ont expliqué à Reuters que la banque centrale avait multiplié ses interventions sur le marché des changes, en ordonnant notamment aux banques publiques d'acheter du yuan pour freiner sa baisse. La dévaluation du yuan a fait redouter à certains une nouvelle "guerre des monnaies" mais la banque centrale affirme depuis hier qu'elle n'engagera pas la devise dans un processus de dévaluation durable. Ces déclarations semblent favoriser un début de rebond sur les marchés boursiers européens après la forte baisse des deux dernières séances: à la mi-journée à Paris, l'indice CAC 40 gagne 1,7%. --- ANKARA - Les discussions entre l'AKP, le parti au pouvoir en Turquie, et le CHP, principale formation de l'opposition, en vue de former une coalition gouvernementale se sont achevées jeudi sans avoir abouti, ce qui pourrait ouvrir la voie à des législatives anticipées d'ici la fin de l'année. "Le résultat est négatif", a dit, sans plus de précisions, un haut responsable du CHP par téléphone, au terme d'une heure et demie de pourparlers entre le Premier ministre, Ahmet Davutoglu, et le chef de file du CHP, Kemal Kilicdaroglu. L'AKP devrait mener au cours des prochains jours des discussions avec le parti nationaliste MHP, qui a laissé entendre qu'il pourrait soutenir un gouvernement AKP minoritaire en attendant des législatives anticipées. --- RANGOUN - Le puissant chef de file du parti au pouvoir en Birmanie a été démis de ses fonctions, indiquent aujourd'hui des membres de la formation, apparemment en raison d'un conflit avec le président Thein Sein à trois mois des législatives. L'éviction de Shwe Mann est le dernier épisode en date des tensions au sein des instances dirigeantes du pays au sujet du rôle de l'armée, qui a formellement transmis le pouvoir à un gouvernement semi-civil en 2011 mais conserve de fait un droit de veto sur les décisions politiques. --- PARIS - Le marché du porc breton (MPB) de Plérin (Côtes-d'Armor), qui fixe le prix de référence du porc français, est resté fermé aujourd'hui en raison de l'absence des deux principaux industriels du secteur malgré les appels à la responsabilité du gouvernement. Des négociations étaient en cours pour qu'une séance de cotation puisse se tenir exceptionnellement vendredi, alors que les producteurs ont réclamé une réunion d'urgence avec les services du Premier ministre. "Nous avons eu confirmation ce matin de l'absence de la coopérative Cooperl à la séance d'aujourd'hui, nous avons reçu un courrier par lettre recommandée de l'entreprise Bigard comme quoi ils ne seraient pas présents aujourd'hui", a dit Daniel Picart, président du MPB, à la presse. Par conséquent, "le marché ne se tiendra pas aujourd'hui. A priori, il y a une annonce pour que le marché se tienne demain", a-t-il ajouté. La séance n'avait déjà pu avoir lieu lundi en raison du boycott de Cooperl et de Bigard/Socopa qui jugent intenable, face à la concurrence étrangère, le cours de 1,40 euro le kilo fixé en juin par un accord entre industriels, grande distribution et syndicats agricoles. --- PARIS - "Tel Aviv sur Seine" s'est déroulé dans un calme relatif aujourd'hui, sous la surveillance de quelque 500 policiers et gendarmes déployés pour prévenir tout débordement après la polémique qui a précédé cet événement organisé dans le cadre de Paris Plages. L'affluence est restée assez faible et une centaine de personnes ont manifesté leur soutien à la population de la bande de Gaza, un an après une importante opération militaire israélienne contre le territoire et ont été repoussées par les forces de l'ordre. L'entrée de l'espace réservé à l'événement faisait, elle, l'objet d'un contrôle très strict et de fouilles quasiment systématiques. --- PARIS - Les prix à la consommation ont diminué de 0,4% en juillet en France sous l'effet des soldes d'été, de la baisse saisonnière des produits frais et d'un nouveau recul des prix de l'énergie, selon les statistiques publiées ce matin par l'Insee. Ils avaient déjà diminué de 0,1% en juin, mettant fin à quatre mois consécutifs de hausse. Sur un an, leur progression retombe à 0,2%, contre 0,3% un mois plus tôt. Leur évolution avait été négative de janvier à mars.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant