RESUME DE L'ACTUALITE A 16h00 GMT (04/04)

le
0
LONDRES/PANAMA/PARIS - Plusieurs pays ont annoncé l'ouverture 
d'enquêtes sur des soupçons de fraude après les révélations 
d'une centaine de médias internationaux sur le rôle d'un cabinet 
juridique panaméen dans la création par des milliers de 
personnes, y compris des dirigeants politiques et des chefs 
d'entreprise, de sociétés écrans destinées à faciliter l'évasion 
fiscale ou le blanchiment d'argent.  
    Parallèlement, de Moscou à Reykjavik et de Londres à 
Brasilia, de multiples démentis ont été opposés aux informations 
du Consortium international des journalistes d'investigation 
(ICIJ). Ces révélations, regroupées sous l'appellation "Panama 
papers", sont l'aboutissement d'une enquête menée pendant un an 
par 378 journalistes de 77 pays sur 11,5 millions de documents 
provenant du cabinet panaméen Mossack Fonseca, spécialisé dans 
le montage de sociétés offshore.     
    Les documents remis au journal allemand Süddeutsche Zeitung 
par un lanceur d'alerte dont l'identité n'a pas été révélée ont 
permis d'analyser dans le détail près de 214.500 entités créées 
par ce cabinet entre 1977 et 2015 dans une vingtaine de paradis 
fiscaux, pour le compte de clients issus de plus de 200 pays.  
    Parmi les dirigeants politiques en exercice nommément cités 
dans les dizaines d'articles et de reportages publiés depuis 
diomanche figurent le président russe, Vladimir Poutine, les 
premiers ministres pakistanais, britannique et islandais ou 
encore le président ukrainien, Petro Porochenko. 
    Le Kremlin, dénonçant la "Poutinophobie" de l'étranger, a 
déclaré que les documents ne contenaient "rien de concret et 
rien de nouveau" tandis qu'un porte-parole de David Cameron, le 
chef du gouvernement britannique, estimait que les liens évoqués 
entre le père de ce dernier et une société "offshore" relevait 
du domaine privé. 
    L'analyse de ce que le journal Le Monde décrit comme une 
"immense caverne d'Ali Baba de l'évasion fiscale" a par ailleurs 
révélé qu'un millier de ressortissants français auraient eu 
recours aux sociétés écrans mises en place par Mossack Fonseca. 
    Le président François Hollande a promis que le fisc et la 
justice mèneraient les enquêtes nécessaires, le ministère des 
Finances et le secrétariat au Budget précisant pour leur part 
que Paris allait demander, "en application des conventions 
fiscales qui la lient à ses partenaires", la transmission du 
fichier "Panama Papers". 
    Le parquet financier a annoncé de son côté l'ouverture d'une 
enquête préliminaire du chef de blanchiment de fraudes fiscales 
aggravées visant les ressortissants fiscaux français.  
     --- 
    DIKILI Turquie/LESBOS, Grèce - Les renvois de réfugiés de 
Grèce vers la Turquie ont commencé ce matin dans le cadre du 
plan controversé mis en place par l'Union européenne pour fermer 
la principale voie d'accès des migrants vers l'Europe. 
    L'accord, conclu le mois dernier et dénoncé par plusieurs 
groupes venant en aide aux réfugiés, prévoit que la Turquie 
reprenne tous les migrants et réfugiés arrivés clandestinement 
en Grèce, y compris les Syriens. 
    Ankara a obtenu en contrepartie que l'UE prenne directement 
en charge des milliers de Syriens réfugiés en Turquie, une aide 
financière renforcée, une accélération de l'exemption de visas 
pour ses ressortissants et une reprise des négociations 
d'adhésion à l'UE. 
    Ce matin à l'aube, deux bateaux battant pavillon turc, 
transportant 131 migrants, sont arrivés à Dikili en Turquie, en 
provenance de l'île grecque de Lesbos, ont constaté deux 
journalistes de Reuters de part et d'autre du bras de mer. 
    Lundi matin à l'aube, deux bateaux battant pavillon turc, 
transportant 136 migrants majoritairement pakistanais, sont 
arrivés à Dikili en Turquie, en provenance de l'île grecque de 
Lesbos. Les bateaux étaient accompagnés de deux navires de la 
garde-côtes turque tandis qu'un hélicoptère survolait la zone. 
    Par ailleurs, 66 personnes, afghanes pour la plupart, ont 
été renvoyées en Turquie sur un troisième bateau parti de Chios, 
a déclaré à Reuters un officier de la garde-côte grecque. 
    Le but de l'accord UE-Turquie est de décourager les migrants 
d'effectuer la traversée de la mer Egée, très dangereuse, 
d'autant qu'elle est souvent effectuée sur de petites 
embarcations, ou sur des canots pneumatiques.  
     --- 
    BAKOU/EREVAN - Trois militaires azerbaïdjanais et quatre 
membres des forces séparatistes soutenues par l'Arménie ont été 
tués aujourd'hui lors de nouveaux incidents dans la région du 
Haut-Karabakh où la tension demeure vive en dépit des appels de 
la communauté internationale à un arrêt immédiat des combats. 
    Les affrontements, qui ont commencé ce week-end dans cette 
zone autonome intégrée à l'Azerbaïdjan à l'époque soviétique, 
sont les plus violents depuis la trêve négociée sous l'autorité 
de la Russie en 1994. 
    Les premiers bilans font état de plusieurs dizaines de morts 
et laissent craindre une reprise du conflit pour le contrôle de 
cette république montagneuse de 150.000 habitants, peuplée 
majoritairement d'Arméniens. 
     --- 
    BRAZZAVILLE - Des fusillades et des tirs d'armes lourdes ont 
éclaté aujourd'hui à Brazzaville, brisant le calme relatif 
prévalant en République du Congo depuis la réélection contestée 
du président Denis Sassou-Nguesso le 20 mars dernier. 
    Le gouvernement a accusé d'anciens membres d'une milice 
ayant combattu les forces favorables au chef de l'Etat lors de 
la guerre civile de 1997 d'avoir attaqué et incendié des 
bâtiments de l'armée, de la police et de l'administration. 
    Selon le porte-parole du gouvernement Thierry Moungalla, les 
forces de sécurité ont repoussé l'attaque de ces miliciens 
"ninja", partisans du défunt Premier ministre Bernard Kolélas, 
père de l'opposant Guy-Brice Parfait Kolélas, arrivé deuxième de 
la présidentielle. 
     --- 
    PARIS - Un accord a été trouvé entre la direction et les 
syndicats d'Air France sur le port du voile par les hôtesses de 
la compagnie française dans les lieux publics en Iran, une 
obligation refusée par une partie du personnel navigant. 
    A la demande de plusieurs syndicats, la compagnie aérienne a 
accepté de mettre en place un système de volontariat sur la 
ligne Paris-Téhéran, qui doit rouvrir le 17 avril après huit 
années de suspension, à raison de trois vols par semaine. 
    En Iran, la loi impose le port d'un foulard couvrant les 
cheveux dans les lieux publics à toutes les femmes présentes sur 
le territoire. 
     --- 
    PARIS - Le travail dissimulé a fait l'objet de redressements 
d'un montant record en 2015, à 460 millions d'euros de 
cotisations, selon des estimations de l'Agence centrale des 
organismes de sécurité sociale (Acoss) révélées par Les Echos. 
    Outre le travail au noir, dont le montant détecté est en 
hausse de 13% en 2015, l'agence estime que la fraude au 
prélèvement social, plus large, représente entre 6,1 et 7,4 
milliards d'euros de cotisations perdues en France, soit environ 
2% du total perçu par les Urssaf (Unions de recouvrement des 
cotisations de sécurité sociale et d'allocations familiales). 
    La fraude volontaire ou involontaire détectée aux 
cotisations de Sécurité sociale, de retraites complémentaires 
des cadres et salariés (Agirc-Arrco) et à l'assurance chômage 
s'établit pour sa part à 1,3 milliards d'euros en 2015. 
     --- 
    POITIERS, Vienne - La cour d'appel de Poitiers (Vienne) a 
condamné l'ancien maire de la Faute-sur-Mer (Vendée) à deux ans 
de prison avec sursis pour "homicides involontaires" et "mise en 
danger de la vie d'autrui" suite au passage de la tempête 
Xynthia, qui a fait 29 morts dans sa commune en février 2010. 
    Le 1er décembre dernier, l'avocat général avait réclamé deux 
ans de prison fermes pour René Marratier, dont le casier 
judiciaire était jusqu'alors vierge.     
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant