RESUME DE L'ACTUALITE A 16h00 GMT (04/04)

le
0

MARSEILLE - Les opérations visant à retrouver les 150 victimes du crash de l'A320 de Germanwings, le 24 mars, ont pris fin. Le procureur de Marseille, Brice Robin, a déclaré cette semaine que 150 profils ADN avaient été isolés à partir de plus de 2.000 échantillons prélevés sur le site. Il a ajouté qu'il faudrait "trois à cinq semaines" pour procéder aux identifications. Dans le massif alpin où le copilote, Andreas Lubitz, a précipité délibérement l'appareil selon les conclusions tirées de l'étude des deux boîtes noires, la recherche des corps a pris fin mais celle des effets personnels des victimes se poursuit. --- OUAGADOUGOU - Des hommes armés ont enlevé aujourd'hui un agent de sécurité de nationalité roumaine dans le nord du Burkina Faso, blessant son chauffeur et un gendarme. Les preneurs d'otage se sont ensuite dirigés vers le nord du Mali. --- NAIROBI - Le président kényan Uhuru Kenyatta a affirmé aujourd'hui que les combattants du groupe islamiste somalien Al Chabaab, responsable de l'attaque d'un campus universitaire qui a fait près de 150 morts à Garissa jeudi, ne réussiront pas à instaurer un califat au Kenya. Le Kenya fera "tout pour défendre son mode de vie", a déclaré le chef de l'Etat dans une intervention télévisée, demandant l'aide de la communauté musulmane locale pour aider à lutter contre les islamistes qui ont menacé le Kenya de nouvelles attaques. Kenyatta a reconnu que la lutte contre les Chabaab était difficile à mener car, a-t-il dit, ceux qui ont organisé et financé l'attaque contre le campus de Garissa "sont solidement intégrés" dans la population. --- GENEVE - Le Comité international de la Croix-Rouge a appelé à une trêve humanitaire immédiate de vingt-quatre heures afin de permettre d'acheminer une assistance médicale et sanitaire aux populations du Yémen. Il a indiqué que trois de ses convois à destination du Yémen étaient toujours bloqués en dépit des appels lancés à la coalition menée par l'Arabie saoudite qui contrôle l'espace aérien et certaines villes portuaires. Des milices tribales ont pénétré aujourd'hui dans la ville côtière de Moukalla afin de la reprendre à des combattants d'Al Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) qui l'occupent depuis deux jours. --- ATHENES - Le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis rencontrera demain à Washington la directrice générale du Fonds monétaire international, Christine Lagarde, pour discuter des réformes proposées par Athènes en échange de nouveaux financements. La Grèce a annoncé qu'elle risquait d'être à court de liquidités alors que ses créanciers européens et le FMI ont gelé leur plan d'aide jusqu'à la mise en oeuvre de nouvelles réformes par le gouvernement. Yanis Varoufakis verra lundi des responsables du Trésor américain. --- PARIS - Le PDG de Lafarge, Bruno Lafont, affirme dans Le Monde que les conditions de la fusion avec Holcim, déjà renégociées en faveur du groupe suisse, ne seront plus modifiées malgré les demandes en ce sens du deuxième actionnaire d'Holcim. Le milliardaire russe Filaret Galtchev, qui détient 10,8% du capital d'Holcim, a rejeté le week-end dernier le compromis conclu entre les deux groupes sur le projet de fusion dont plusieurs termes étaient contestés par la partie suisse. La parité d'échange est désormais fixée à 0,90 action Holcim pour un titre Lafarge. Filaret Galtchev juge ces modalités "insatisfaisantes et incomplètes" et semble être le principal obstacle au projet de fusion. L'augmentation de capital d'Holcim qui servira de support à l'offre d'échange doit être soumise aux actionnaires le 8 mai. --- LAUSANNE, Suisse - Au terme de huit jours de négociations marathon à Lausanne, l'Iran et les puissances impliquées dans les négociations sur son programme nucléaire ont conclu jeudi un accord-cadre portant sur au moins dix ans et qualifié d'"historique" par Barack Obama. Cet accord politique devra désormais être concrétisé par un règlement définitif global sur le programme nucléaire de Téhéran, lequel doit être conclu au plus tard le 30 juin. "Aujourd'hui, nous avons fait un pas décisif, nous nous sommes entendus sur des paramètres", a déclaré lors d'une conférence de presse Federica Mogherini, porte-parole de la diplomatie européenne, et qui coordonne les pays du P5+1 impliqués dans les négociations avec Téhéran. L'Iran devra se défaire de plus des deux tiers de ses centrifugeuses, démanteler un réacteur qui pourrait produire du plutonium et accepter des vérifications. Les sanctions internationales seront suspendues lorsque l'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique) aura constaté que l'Iran s'est soumis à toutes ses obligations. Elles pourront être rétablies à tout moment si l'Iran ne respecte plus ses engagements, lit-on dans le document américain. Le président américain, qui a appelé les dirigeants français, allemand et britannique afin de les remercier pour leur coopération, a salué un "bon accord". JERUSALEM - Un règlement définitif du contentieux sur le programme nucléaire de l'Iran doit l'obliger à reconnaître le droit à l'existence d'Israël, déclare Benjamin Netanyahu, au lendemain de la conclusion de l'accord de Lausanne. "Israël exige que tout accord définitif avec l'Iran comporte de sa part une reconnaissance claire et sans ambiguïté du droit à l'existence d'Israël", dit le Premier ministre dans un communiqué diffusé après une réunion extraordinaire de son "cabinet de sécurité". Dans les heures qui ont suivi la conclusion de l'accord de Lausanne, Barack Obama a appelé Benjamin Netanyahu pour l'assurer qu'il s'agissait d'un pas important et d'une solution durable pour mettre la bombe atomique hors de portée de l'Iran. --- PARIS - Trois anciens responsables de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012, qui avaient été placés en garde à vue mercredi dans l'enquête sur l'affaire Bygmalion, ont été déférés hier et vont être présentés aux juges d'instruction en vue de leur éventuelle mise en examen, a-t-on appris de source judiciaire. Il s'agit du préfet Guillaume Lambert, ex-directeur de la campagne présidentielle, du député UMP Philippe Briand, qui était son trésorier, et de l'avocat Philippe Blanchetier. Les magistrats enquêtent sur un système présumé de fausses facturations qui aurait permis d'imputer à l'UMP des dépenses de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant