RESUME DE L'ACTUALITE A 16h00 GMT (03/04)

le
0
BRUXELLES - L'aéroport de Bruxelles-Zaventem a partiellement 
rouvert aujourd'hui, douze jours après les attentats suicides du 
22 mars qui ont détruit le hall des départs, faisant 16 morts. 
    Le premier aéroport de Belgique n'a plus accueilli de vol 
passager depuis le double attentat qui l'a visé et qui, couplé à 
celui commis une heure plus tard dans le métro bruxellois, a 
fait au total 32 morts, sans compter les trois kamikazes. 
    Le premier vol programmé aujourd'hui a décollé en début 
d'après-midi à destination de Faro, dans le sud du Portugal, 
avec environ 80 passagers à bord. L'avion, repeint avec des 
dessins d'oiseaux et de nuages inspirés par le peintre 
surréaliste René Magritte, a traversé une haie d'honneur formée 
par le personnel de l'aéroport avant de décoller. 
    Les contrôles de sécurité et l'enregistrement des bagages 
s'effectuent provisoirement sous un grand chapiteau. Les 
passagers étaient invités à venir avec trois heures d'avance et 
en voiture, car les services de bus et de train pour Zaventem 
sont suspendus. Ils étaient fouillés dès leur arrivée, ainsi que 
leurs bagages. Des contrôles de véhicules inopinés ont également 
été annoncés et la zone pour les arrêts de courte durée a été 
supprimée. 
    Demain, l'aéroport desservira une palette plus large de 
destinations, parmi lesquelles des vols longue distance pour New 
York, le Cameroun, la Gambie et le Sénégal. 
     ---     
    EREVAN - L'Azerbaïdjan a annoncé aujourd'hui qu'il cessait 
ses opérations contre les séparatistes arméniens du 
Haut-Karabakh après deux jours de combats qui ont fait plusieurs 
dizaines de morts et suscitent l'inquiétude des grandes 
puissances. 
    Le Haut-Karabakh, enclavé en territoire azerbaïdjanais, est 
géré par une administration fermement soutenue militairement et 
financièrement par l'Arménie depuis le conflit séparatiste de 
1991, qui a fait 30.000 morts. 
    La situation, toujours tendue malgré le cessez-le-feu conclu 
en 1994, se détériorait depuis plusieurs semaines et les deux 
camps s'imputent mutuellement la responsabilité de la reprise 
des affrontements, les plus graves depuis l'accord de trêve. 
    "L'Arménie a violé toutes les règles du droit international. 
Nous ne renoncerons pas à notre principale position. Mais dans 
le même temps, nous observerons le cessez-le-feu et ensuite, 
nous tâcherons de résoudre ce conflit par la voie pacifique", a 
déclaré le président azebaïdjanais Ilham Aliev lors d'une 
réunion du conseil de sécurité nationale retransmise à la 
télévision publique. 
    Selon les responsables arméniens et ceux du Haut-Karabakh, 
les affrontements n'ont pas cessé pour autant. Les agences de 
presse russes ont signalé des tirs d'artillerie en provenance 
des deux camps près de Mardakert, dans le nord de l'enclave. 
     --- 
    BEYROUTH - L'armée syrienne et ses milices supplétives 
appuyées par l'aviation russe ont repris aujourd'hui le contrôle 
de la ville de Qaryatain, tenue depuis août par les djihadistes 
de l'Etat islamique (EI), rapporte la télévision publique 
syrienne. La ville se trouve à une centaine de kilomètres à 
l'ouest de Palmyre, que les forces gouvernementales ont reprise 
dimanche dernier à l'EI. 
     --- 
    BERLIN - A la veille du début des renvois vers la Turquie de 
migrants et réfugiés arrivés en Grèce, le ministre allemand de 
l'Intérieur, Thomas de Maizière, estime que la crise migratoire 
en Europe pourrait avoir atteint son pic. 
    "C'est avec une grande prudence que je dis que le point haut 
de cette crise migratoire est derrière nous", dit-il dans un 
entretien au Tagesspiegel diffusé aujourd'hui. 
    Selon le ministre, le nombre de migrants arrivés d'Autriche 
en Allemagne est tombé à 140 environ par jour au mois de mars, 
contre plusieurs milliers il y a quelques mois encore. Mais 
cette baisse est largement due aux contrôles frontaliers 
rétablis par les pays figurant sur la route migratoire des 
Balkans, Autriche comprise. 
    Sur l'île de LESBOS, en Grèce, les préparatifs en vue des 
premiers renvois de migrants vers la Turquie n'étaient guère 
visibles aujourd'hui. 
    Selon l'agence de presse Athens News, deux bateaux turcs 
affrétés par Frontex, l'agence européenne chargée de la sécurité 
des frontières, doivent appareiller demain de Lesbos pour 
Dikili, sur la côte turque, où 250 personnes seront reconduites 
quotidiennement jusqu'à mercredi. 
    Plus de 5.600 arrivées ont été enregistrées depuis le 20 
mars à Lesbos, date de l'entrée en vigueur de l'accord contesté 
sur ces renvois, que l'Union européenne a conclu avec Ankara. 
     --- 
    JOHANNESBURG - L'Assemblée nationale, chambre basse du 
parlement sud-africain, débattra mardi d'une motion visant à 
lancer une procédure de destitution contre le président Jacob 
Zuma, mis en cause pour avoir effectué des travaux avec des 
fonds publics dans une résidence privée. 
    La Cour constitutionnelle sud-africaine a ordonné jeudi au 
chef de l'Etat de rembourser une partie de la somme totale 
(l'équivalent de 14 millions d'euros) dépensée pour sa résidence 
privée de Nkandla, au KwaZulu-Natal. La demande de débat sur une 
procédure d'"impeachment" a été déposée dans la foulée par le 
chef de l'Alliance démocratique (opposition), Mmusi Maimane. 
     --- 
    PARIS - Manuel Valls réaffirme dans le Journal du Dimanche 
son franc soutien au chef de l'Etat dans la perspective de la 
présidentielle de 2017, estimant qu'il n'y a "pas d'alternative 
à François Hollande à gauche." 
    Alors que la pression s'intensifie à gauche pour 
l'organisation d'une primaire, pour le Premier ministre, 
"François Hollande est la voix de l'intérêt général (...) La 
logique, c'est qu'il soit candidat puisqu'il est président". 
    "Ce qui manque, c'est l'explication, car les choix qui ont 
été les siens sont les bons", concède-t-il cependant, alors que 
les manifestations de jeudi contre le projet de réforme du Code 
du travail ont été marquées par un regain de mobilisation.  
     --- 
    MARSEILLE - Le député socialiste de Marseille Patrick 
Mennucci a réclamé aujourd'hui la légalisation du cannabis, au 
lendemain d'un nouveau règlement de comptes dans les quartiers 
nord de la ville qui a fait trois morts et trois blessés sur 
fond de trafic de drogue. 
    Le député estime qu'il faut "sortir de l'omerta" en ouvrant 
le débat de la légalisation du cannabis en France, un pays qui 
possède, selon lui, la législation anti-cannabis la plus dure 
d'Europe. Il rappelle que la France compte "six millions de 
consommateurs réguliers, neuf millions occasionnels et 17 
millions qui ont déjà expérimenté le cannabis". 
    "Tant qu'un tel marché existera et demeurera dans 
l'illégalité, des groupes de malfaiteurs se battront pour le 
contrôler", dit-il, précisant avoir demandé au président de 
l'Assemblée nationale la création d'un groupe de travail sur la 
légalisation du cannabis. 
     --- 
    LONDRES - L'agence britannique de lutte contre le dopage 
(Ukad) se dit "profondément préoccupée et choquée" par les 
confessions d'un médecin qui affirme avoir prescrit des 
substances interdites à 150 sportifs de haut niveau. 
    Parmi eux figurent des footballeurs évoluant en Premier 
League, des joueurs de cricket, des cyclistes britanniques ayant 
participé au Tour de France, un boxeur britannique et des 
joueurs de tennis, a précisé le Dr Mark Bonar, selon le Sunday 
Times. Il dit leur avoir prescrit de l'érythropoïétine (EPO), 
des stéroïdes et de l'hormone de croissance, ce qui a selon lui 
amélioré leurs performances de façon "phénoménale". 
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant