RESUME DE L'ACTUALITE A 16h00 GMT (02/04)

le
0
    BRUXELLES - Un ressortissant belge a été inculpé pour 
"participation aux activités d'un groupe terroriste" dans le 
cadre de l'enquête sur un attentat déjoué en France, a annoncé 
le parquet fédéral belge. 
    L'homme, âgé de 33 ans et désigné par les initiales Y. A., a 
été arrêté jeudi soir et présenté vendredi à un juge. 
    Il s'agit du troisième suspect inculpé en Belgique dans 
l'enquête liée à l'arrestation, le 24 mars, du Français Réda 
Kriket, qui, selon le procureur de Paris François Molins, 
préparait une action "imminente" et d'une "extrême violence". 
     
    BRUXELLES - L'aéroport de Bruxelles-Zaventem, fermé depuis 
les attentats du 22 mars, rouvrira partiellement demain, a 
annoncé son directeur. 
    "Dès demain dimanche, Brussels Airport devrait être 
partiellement opérationnel. Nous devrions en effet recevoir 
(...) aujourd'hui l'autorisation officielle de redémarrer", a 
déclaré Arnaud Feist, lors d'une conférence de presse. 
    Deux kamikazes islamistes ont déclenché leurs charges dans 
l'aéroport il y a dix jours tandis qu'un troisième djihadiste se 
faisait exploser dans le métro de la capitale belge. Ces 
attentats suicides ont fait 32 morts, sans compter les trois 
kamikazes. 
    Le hall des départs de l'aéroport a été détruit et une zone 
provisoire a été mise en place pour accueillir les passagers. 
     --- 
    BEYROUTH - L'armée syrienne a découvert 45 corps dans une 
fosse commune à Palmyre, ville du centre du pays reprise 
récemment aux djihadistes de l'Etat islamique (EI), a-t-on 
appris de sources militaires. 
    Il s'agit de civils et de militaires faits prisonniers par 
l'organisation, a-t-on précisé, ajoutant qu'aucun autre charnier 
n'avait été localisé. 
    Selon l'agence de presse Sana, la fosse, qui se trouve dans 
le nord-est de la ville, renfermait surtout des corps de femmes 
et d'enfants, dont certains ont été décapités. 
    En mai, lorsque la ville est tombée aux mains de l'Etat 
islamique, la presse syrienne a fait état de 400 exécutions et 
l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), proche de 
l'opposition, a lui aussi parlé d'un massacre. 
 
    BEYROUTH - Les bombardements aériens de jeudi à Daïr al 
Assafir, ville de la Ghouta orientale aux mains des rebelles 
syriens, ont fait plus de 30 morts, dont une majorité de femmes 
et d'enfants, ont affirmé hier l'OSDH et des volontaires de la 
Défense civile syrienne.  
    Ces raids près de Damas, que l'OSDH impute à l'aviation 
syrienne, ont été menés malgré l'accord de "cessation des 
hostilités" entré en vigueur fin février, qui ne concerne pas la 
lutte contre les djihadistes de l'Etat islamique et du Front al 
Nosra. Ces derniers tiennent une partie de la Ghouta orientale, 
qui se trouve dans les faubourgs est de Damas. 
     --- 
    KINSHASA - La mission de maintien de la paix des Nations 
unies en République démocratique du Congo (Monusco) a annoncé 
avoir ouvert une enquête sur des soupçons d'abus sexuels qui 
auraient été commis par des soldats tanzaniens de sa "brigade 
d'intervention" dans le nord-est du pays. 
    Les événements se seraient déroulés le 23 mars dans le 
village de Mavivi, où les premiers résultats de l'enquête "ont 
établi l'existence d'actes sexuels tarifés et de relations 
sexuelles avec des mineurs", ajoute la Monusco, sans préciser le 
nombre de cas concernés. 
    Ce scandale éclate quelques jours après de nouvelles 
révélations sur des abus sexuels présumés commis en République 
centrafricaine par des casques bleus et des soldats de la force 
française Sangaris, dont de possibles actes de pédophilie et 
traitements particulièrements dégradants infligés à des jeunes 
filles. 
     ---     
    WASHINGTON - La cinquantaine de dirigeants réunis à 
Washington pour assister à un sommet sur la sécurité nucléaire 
ont réaffirmé leur engagement contre la prolifération des armes 
et du matériel nucléaire. Il reste encore beaucoup à faire pour 
empêcher des entités non-étatiques d'obtenir du matériel 
nucléaire, ajoute un communiqué publié en clôture du sommet. 
    "La menace d'un terrorisme nucléaire et radiologique reste 
l'un des plus défis à surmonter pour la sécurité internationale 
et la menace est en évolution constante." 
    Ce sommet intervient alors que certains observateurs 
redoutent que les combattants de l'organisation Etat islamique 
s'emparent de matériel nucléaire pour fabriquer une "bombe 
sale". 
     ---     
    WASHINGTON - En laissant entendre que la Corée du Sud et le 
Japon devaient se doter de l'arme nucléaire, Donald Trump a 
démontré qu'il n'était pas bien informé sur la politique 
étrangère, a jugé la nuit dernière le président américain Barack 
Obama, sans jamais nommer le candidat à l'investiture 
républicaine. 
    "Ce que les déclarations que vous mentionnez nous 
apprennent, c'est que la personne qui les a faites ne connaît 
pas grand chose à la politique étrangère ou à la politique 
nucléaire dans la péninsule coréenne, ni même au monde de 
manière générale", a déclaré le président américain. 
    "On ne plaisante pas avec ça. C'est un investissement qui 
repose sur les sacrifices qu'ont faits nos hommes et nos femmes 
au cours de la Seconde Guerre mondiale", a-t-il poursuivi lors 
d'une conférence de presse organisée en clôture du sommet sur la 
sécurité nucléaire. "Je refuse de voir dans le bureau ovale 
quelqu'un qui ne réalise pas à quel point c'est important." 
     --- 
    PARIS - Orange et Bouygues ont annoncé hier l'échec de leurs 
négociations sur la vente de Bouygues Telecom à l'opérateur 
historique, une issue qui semble mettre un terme à la 
consolidation du secteur engagée en France et au passage de 
quatre à trois opérateurs nationaux. 
    Le rachat de Bouygues Telecom par Orange aurait permis, en 
limitant la concurrence, de mettre un terme à la guerre des 
tarifs déclenchée par l'arrivée des offres à bas prix de Free, 
filiale d'Iliad, en 2012. 
    L'annonce de cet échec intervient alors que le PDG d'Orange, 
Stéphane Richard, déclarait pourtant plus tôt dans la journée 
que les négociateurs continuaient à avancer sans "point 
d'achoppement en particulier".  
     --- 
    PARIS - Les organisations de jeunesse vont être reçues 
prochainement par le gouvernement pour examiner en particulier 
les questions de la précarité et de l'insertion professionnelle, 
en marge de l'examen de la loi Travail, a annoncé hier Manuel 
Valls. 
    Le Premier ministre a précisé qu'il conclurait ces 
consultations, menées par les ministres du Travail, de 
l'Education et de la Jeunesse, par une réunion "avant la 
mi-avril" avec tous les participants, à Matignon.  
    Le président du syndicat étudiant Unef, William Martinet, 
s'est réjoui "que le Premier ministre ouvre un nouveau cadre de 
dialogue avec les organisations de jeunesse, c'est la preuve que 
la mobilisation sociale réussit à faire bouger les lignes". 
 
    PARIS - Un policier soupçonné d'avoir asséné un coup de 
poing à un lycéen à Paris en marge des manifestations contre la 
réforme du Code du travail a été renvoyé en correctionnelle, 
a-t-on appris de source judiciaire. 
    En attendant son passage au tribunal, au mois de mai, il est 
libre mais placé sous contrôle judiciaire, avec interdiction 
d'exercer, précise-t-on de même source. 
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant