RESUME DE L'ACTUALITE A 11h15 GMT (22/11)

le
0

VIENNE - Le chef de la diplomatie américaine John Kerry et son homologue iranien Mohammad Javad Zarif, qui se sont à nouveau rencontrés hier soir à Vienne, travaillent sur de nouvelles propositions visant à faire avancer les discussions sur le programme nucléaire de Téhéran, pour l'instant dans l'impasse, a-t-on appris de source proche des discussions. Les personnes interrogées, qui ont requis l'anonymat, ont expliqué que les représentants des deux pays étaient en train de préparer des idées pouvant être présentées aux dirigeants des deux pays. Aucun détail sur ces idées n'a pu être obtenu. Les négociateurs de l'Iran et du P5+1 (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et Russie + l'Allemagne) sont réunis depuis mardi à Vienne pour tenter de parvenir à un accord définitif sur le nucléaire iranien d'ici à lundi. Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius est rentré ce matin à Paris en vue d'entretiens avec les partenaires de la France, avant de retourner demain à Vienne, a indiqué le Quai d'Orsay dans un communiqué. --- WASHINGTON - Le président Barack Obama a signé un décret autorisant les forces américaines à continuer à participer à des missions de combat en Afghanistan pendant au moins un an après le retrait officiel des troupes combattantes étrangères à la fin de cette année, rapporte ce matin le New York Times (NYT). En mai, le président américains avait déclaré que le rôle des 9.800 soldats qui resteront déployés sur le sol afghan se limiterait à la formation de l'armée afghane et à la traque des "vestiges d'Al Qaïda". Le décret signé par Barack Obama les autorise finalement à mener des missions contre les taliban et d'autres groupes qui menaceraient la sécurité des troupes américaines ou des forces gouvernementales afghanes, selon le journal. Interrogé sur les informations du NYT, un responsable de l'administration Obama a assuré que le mandat des soldats américains n'avait pas été révisé et que les missions de combat offensives cesseraient bien l'an prochain, tout en laissant la porte ouverte à "des opérations d'autodéfense et de soutien aux forces de sécurité afghanes". --- BAGDAD - Des combattants de l'organisation Etat islamique ont attaqué l'un des bâtiments encore tenus par le gouvernement irakien à Ramadi, la capitale de la province d'Anbar à l'ouest de Bagdad, a-t-on appris auprès des autorités locales. La majorité des quartiers périphériques de la ville sont tombés aux mains du groupe djihadiste mais l'armée irakienne contrôle des bâtiments du centre de la ville. --- BERLIN - La Russie entretient activement le conflit ukrainien, a regretté hier Steffen Seibert, porte-parole de la chancelière allemande Angela Merkel, après les propos tenus dans la presse par le maire séparatiste de Donetsk, qui dit recevoir beaucoup d'argent de la part Moscou. Ces propos, a déclaré Steffen Seibert, confirment ce que l'Ukraine et les puissances occidentales répètent depuis des mois, malgré les démentis du Kremlin. KIEV - Le comportement de la Russie en Ukraine est "inacceptable", a déclaré le vice-président américain Joe Biden en visite à Kiev. "Faites ce que vous avez accepté de faire, M. Poutine", a-t-il poursuivi, exhortant indirectement le président russe à respecter l'accord de cessez-le-feu conclu début septembre à Minsk. --- NAIROBI - Des hommes armés ont tué tôt ce matin 28 passagers d'un autocar qui circulait dans la région de Mandera, dans le nord-est du Kenya, ont annoncé la police et le ministre de l'Intérieur. Les miliciens islamistes somaliens Chaabab ont revendiqué cette attaque en disant avoir agi en représailles après les raids lancés cette semaine par la police kényane contre deux mosquées de la ville portuaire de Mombasa réputées favorables aux extrémistes. --- PARIS - Manuel Valls visite ce week-end des bases militaires françaises au Tchad et au Niger participant à l'opération Barkhane contre les forces djihadistes opérant dans la région du Sahel. Le chef du gouvernement doit profiter de ce déplacement pour rencontrer le président du Tchad, Idriss Déby, et celui du Niger, Mahamadou Issoufou. --- PARIS - François Hollande est désavoué par près des trois quarts des sympathisants de gauche, qui ont constitué le socle de son électorat en 2012, selon un sondage Opinionway publié aujourd'hui par Le Figaro. Sur 1.765 personnes interrogées jeudi et vendredi, 86% disent ne pas souhaiter que le chef de l'Etat français se représente lors de l'élection de présidentielle de 2017. Le pourcentage des sympathisants de gauche interrogés qui partagent cette opinion est de 73%. --- PARIS - Le secrétaire d'Etat aux Anciens combattants, Kader Arif, a démissionné hier du gouvernement de Manuel Valls après avoir été cité dans une enquête préliminaire portant sur des passations suspectes de marchés publics. Jean-Marc Todeschini, sénateur de la Moselle, lui succédera. Kader Arif, un proche du président François Hollande, est indirectement visé par une enquête préliminaire ouverte par le parquet national financier à la suite d'un "signalement" d'élus du groupe d'opposition UMP au Conseil régional de Toulouse. --- BORDEAUX - Nicolas Sarkozy, candidat à la présidence de l'UMP, se rend aujourd'hui à Bordeaux pour un de ses derniers meetings avant le vote des militants samedi prochain. Il y sera symboliquement accueilli par le maire de la ville, Alain Juppé, candidat déclaré à la primaire ouverte pour la désignation du candidat de la droite à la présidentielle 2017, ce qui a exacerbé les tensions entre les deux hommes et leurs entourages respectifs. PARIS - Si Nicolas Sarkozy a toujours la faveur des sympathisants de l'UMP pour la présidence du principal parti de droite en France, les Français en général lui préfèrent son ancien ministre Bruno Le Maire, selon un sondage Odoxa pour i>Télé et Le Parisien. Sur 1.012 personnes interrogées jeudi et vendredi, 48% disent souhaiter voir Bruno Le Maire élu à la présidence de l'UMP le 29 novembre prochain, contre 34% pour l'ancien chef de l'Etat et 12% pour le député Hervé Mariton. Parmi les seuls sympathisants de l'UMP, Nicolas Sarkozy arrive en tête avec 63% d'avis favorables contre 31% pour son ancien ministre et 5% pour Hervé Mariton.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant