RESUME DE L'ACTUALITE A 11h10 GMT (20/01)

le , mis à jour à 12:14
0
    WASHINGTON - Donald Trump va prêter serment cet après-midi 
en tant que 45e président des Etats-Unis et entend publier des 
décrets dès le premier jour de son mandat pour matérialiser ses 
promesses sur la répression de l'immigration illégale, la 
renégociation d'accords commerciaux et l'abrogation de mesures 
emblématiques de l'administration Obama. 
    Elu le 8 novembre à la présidence, Donald Trump est arrivé 
hier à Washington avec sa famille à bord d'un avion militaire. 
    La police de la capitale fédérale se prépare à la présence 
d'environ 900.000 personnes, à la fois pour assister à la 
prestation de serment du nouveau chef de l'Union mais également 
pour manifester contre cet homme d'affaires dont le style a 
coupé le pays en deux et les annonces politiques nourrissent des 
inquiétudes. 
    Quelque 28.000 membres de forces de sécurité ont été 
mobilisés, des kilomètres de barrières ont été installés, des 
points de contrôle et des barrages filtrants ont été dressés 
pour former un cordon de sécurité. 
    Des heurts ont déjà eu lieu hier soir entre partisans et 
manifestants dans les rues de Washington.  
    Selon ses conseillers, Trump ne temporisera pas et utilisera 
ses pouvoirs exécutifs pour publier des décrets présidentiels, 
non soumis au vote du Congrès, dès les débuts de son mandat. 
    "Il s'est engagé à mettre en oeuvre un programme de vrai 
changement pas seulement au premier jour, mais aussi au deuxième 
et au troisième et je pense que vous allez le constater dans les 
prochains jours et les prochaines semaines", a dit hier à des 
journalistes son porte-parole Sean Spicer. 
     --- 
    PENNE, Italie - Six survivants ont été retrouvés ce matin 
dans les décombres d'un hôtel englouti par une avalanche dans le 
centre de l'Italie. 
    Ils ont été localisés, on peut leur parler mais ils n'ont 
pas encore été ramenés à l'air libre, a dit un porte-parole des 
pompiers. 
    Près de deux jours après l'avalanche, les sauveteurs 
jugeaient que l'espoir était mince que quelqu'un ait survécu 
parmi la trentaine de personnes qui se trouvaient dans 
l'établissement, entre personnel et clients. Quatre corps 
avaient pu être dégagés. 
    L'avalanche s'est produite quelques heures après une série 
de séismes et a détruit une grande partie de l'hôtel Rigopiano, 
un établissement de 43 chambres et quatre étages, situé à 1.200 
m d'altitude dans les Abruzzes. 
     --- 
    BEYROUTH - Les djihadistes du groupe Etat islamique, qui ont 
repris possession de la ville antique de Palmyre, y ont détruit 
l'un des plus célèbres monuments de ce site historique, le 
Tétrapyle, ainsi que la façade du théâtre romain, a annoncé 
Maamoun Abdoulkarim, conservateur des antiquités syriennes. 
    L'EI a repris la cité antique en décembre après en avoir été 
délogé en mars par les forces syriennes soutenues par la Russie 
et par des milices chiites. 
    Le Tétrapyle est l'un des monuments les plus emblématiques 
du site de Palmyre. Des images prises par satellite et 
transmises par Abdoulkarim à Reuters montrent que l'édifice a 
été largement détruit. 
     --- 
    WASHINGTON - Des frappes aériennes américaines en Libye ont 
fait hier soir plus de 80 morts dans les rangs des djihadistes 
de l'Etat islamique, dont certains, pense-t-on, étaient en train 
de préparer des attentats en Europe, a déclaré le secrétaire à 
la Défense, Ashton Carter. 
    "Nous devons frapper l'EI partout où il se manifeste. Et 
c'est particulièrement vrai quand nous savons que certains 
cadres de l'EI en Libye étaient engagés dans des préparatifs 
d'attentats", a ajouté le chef du Pentagone. 
    Selon les premières informations, les raids aériens 
américains ont permis de détruire deux camps de l'EI situés au 
sud-ouest de Syrte. 
     --- 
    BANJUL - Des dirigeants de pays membres de la Communauté 
économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) devaient se 
rendre ce matin à Banjul, capitale de la Gambie, pour une 
mission de la dernière chance visant à convaincre le président 
Yahya Jammeh de quitter pacifiquement le pouvoir. 
    Des troupes de la Cédéao, conduites par le Sénégal et le 
Nigeria, sont entrées hier en territoire gambien à la demande du 
nouveau président Adama Barrow qui a été investi à l'ambassade 
de son pays à Dakar. 
    La Cédéao a donné à Jammeh, au pouvoir depuis 1994, jusqu'à 
ce midi pour quitter ses fonctions après sa défaite lors de 
l'élection présidentielle du 1er décembre. 
     --- 
    SYDNEY - Un homme a précipité sa voiture sur des piétons 
aujourd'hui à Melbourne, la deuxième ville d'Australie, tuant 
quatre personnes et en blessant une vingtaine d'autres dans une 
attaque sans lien avec le terrorisme, a annoncé la police. 
    Le conducteur de la voiture, un homme de 26 ans, a été 
arrêté après avoir été blessé au bras par les policiers qui ont 
fait usage de leurs armes de service, a précisé la police de 
l'Etat de Victoria lors d'une conférence de presse. L'individu 
était connu pour des violences domestiques et était recherché 
pour une agression à l'arme blanche plus tôt dans la journée. 
     --- 
    PARIS - Sept jeunes âgés de 16 à 20 ans ont été déférés ce 
matin devant la justice dans le cadre de l'enquête sur 
l'agression de policiers à Viry-Châtillon (Essonne) en octobre, 
qui avait déclenché un mouvement de colère des forces de 
l'ordre, a annoncé le procureur d'Evry. 
    Ils seront mis en examen pour tentative d'assassinat sur 
personne dépositaire de l'autorité publique, en bande organisée, 
a indiqué Eric Lallement lors d'un point de presse. "Tous sont 
mis en cause pour avoir directement participé à l'agression 
violente contre les policiers", a-t-il précisé. 
     --- 
    PARIS - Les candidats à la primaire de la gauche en France 
ont critiqué d'une seule voix, hier soir lors de leur troisième 
et dernier débat télévisé, le cavalier seul d'Emmanuel Macron, 
candidat hors primaire à l'élection présidentielle du printemps. 
    Au terme de deux heures de discussion sans passion sur 
France 2 et Europe 1, les sept prétendants ont déploré la 
démarche de l'ancien ministre de l'Economie, pour l'heure 
dynamisé par des meetings bondés et de bons sondages. 
    "Il y a les sondages, puis les suffrages. Les sondages, 
c'est mille personnes, les suffrages, c'est peut-être deux voire 
trois millions de personnes", a considéré Arnaud Montebourg. 
    L'ancien ministre Benoît Hamon est aussi allé sur le terrain 
de la crédibilité en estimant que "celui qui gagnera la primaire 
de gauche aura une légitimité que Macron n'a pas." 
    Selon un sondage Elabe pour BFM TV réalisé auprès de 1.156 
téléspectateurs, Benoît Hamon a été jugé le plus convaincant 
avec 29%, devant Arnaud Montebourg (28%) et Manuel Valls (21%). 
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant