RESUME DE L'ACTUALITE A 11h10 GMT (17/11)

le
0

PARIS - Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a confirmé ce matin la "très forte probabilité" de la présence d'un Français parmi les djihadistes de l'Etat islamique qui ont égorgé une quinzaine de prisonniers syriens, comme le montre une vidéo diffusée hier. La vidéo dure un quart d'heure et montre les décapitations d'au moins quatorze prisonniers présentés comme des soldats fidèles au président syrien Bachar al Assad, notamment des pilotes de l'armée de l'air. "La vidéo diffusée a été analysée par nos services de renseignement, cette analyse tend à établir avec une très forte probabilité qu'un ressortissant français a pu participer directement à la commission de ces crimes abjects", a déclaré Bernard Cazeneuve lors d'un point presse. "Les investigations se poursuivent mais une forte présomption existe qu'il pourrait s'agir de Maxime Hauchard, né en 1992, originaire d'une localité du département de l'Eure et parti en Syrie en août 2013", a-t-il ajouté. Dans cette vidéo diffusée sur internet, les djihadistes de l'Etat islamique revendiquent l'assassinat de Peter Kassig, un travailleur humanitaire américain de 26 ans enlevé en octobre 2013 en Syrie. Barack Obama a confirmé dimanche la mort de Peter Kassig. --- BRUXELLES - Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne se réunissent aujourd'hui à Bruxelles pour discuter de la crise en Ukraine et de l'attitude de la Russie qui pourrait s'exposer à de nouvelles sanctions, même si Federica Mogherini, Haute Représentante de l'UE pour la diplomatie et la politique de sécurité, estime que celles-ci ne sont pas un "objectif en elles-mêmes". Sanctions, engagement de Kiev sur des réformes et dialogue avec la Russie "seront les trois pistes de nos discussions d'aujourd'hui", a ajouté la diplomate italienne. De sources européennes, on précise que l'UE pourrait ajouter de nouveaux dirigeants ukrainiens séparatistes pro-russes à la liste noire des personnalités frappées par des sanctions. L'examen d'éventuelles sanctions supplémentaires contre la Russie ne devrait en revanche pas intervenir avant décembre au niveau des chefs d'Etat et de gouvernement. --- BUCAREST - Le chrétien libéral Klaus Iohannis a, contre toute attente, remporté hier l'élection présidentielle roumaine, infligeante une rude défaite au Premier ministre Victor Ponta, un résultat qui a conduit des milliers de manifestants à descendre dans les rues pour protester contre le gouvernement. Issu de la minorité allemande, Klaus Iohannis, dont la candidature était soutenue par deux partis de centre-droit, a comblé un retard de dix points pour sortir vainqueur du second tour du scrutin, vraisemblablement aidé par des Roumains à l'étranger exaspérés par les difficultés rencontrées pour prendre part au vote. --- OUAGADOUGOU - Le comité de transition du Burkina Faso a annoncé avoir nommé Michel Kafando, ancien ministre des Affaires étrangères, comme président par intérim, un premier pays vers le retour à la démocratie du pays après un bref règne militaire dans la foulée de la demission de Blaise Compaoré le 31 octobre sous la pression de la rue. Le lieutenant-colonel Isaac Zida, chargé par l'armée de conduire la transition, avait annoncé samedi le rétablissement de la Constitution, suspendue après la démission de Blaise Compaoré. Michel Kafando sera chargé de la nomination d'un Premier ministre qui devra composer un gouvernement composé de 25 membres. Mais il ne pourra pas se présenter au scrutin programmé pour l'an prochain. --- JERUSALEM - Un chauffeur de bus palestinien a été découvert pendu à l'intérieur de son véhicule et les circonstances de sa mort sont l'objet d'une controverse entre la police israélienne, qui parle de suicide, et sa famille, qui affirme qu'il a été victime d'une agression. Youssef al Ramouni, qui était âgé de 32 ans, a été retrouvé sans vie à l'intérieur de son bus dans un secteur de Jérusalem proche d'implantations juives et de quartiers palestiniens. --- TOKYO - Le Japon est contre toute attente tombé en récession au troisième trimestre, selon des données publiées la nuit dernière qui ouvrent pour le Premier ministre Shinzo Abe la voie au report d'une nouvelle hausse de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et à la convocation d'élections anticipées à mi-parcours de son mandat. En rythme annualisé, le produit intérieur brut (PIB) a reculé de 1,6% alors que les économistes avaient anticipé une hausse de 2,1%. Ce repli vient après la contraction (révisée) de 7,3% enregistrée au deuxième trimestre, dans la foulée d'une hausse de la TVA entrée en vigueur le 1er avril. --- CANBERRA - La Chine et l'Australie ont signé cette nuit un accord préliminaire à un traité de libre échange en négociations depuis plus de dix ans susceptible d'ouvrir les marchés chinois aux entreprises australiennes et de lever les restrictions pesant sur les investissements chinois. D'après le Premier ministre australien Tony Abbott, il s'agit de l'accord commercial le plus étendu jamais négocié par la Chine avec un pays tiers. La Chine est déjà le principal partenaire commercial de l'Australie. En 2013, les échanges commerciaux bilatéraux ont atteint 150 milliards de dollars australiens (environ 105 milliards d'euros). --- PARIS - L'Etat rendra sa décision d'ici environ un mois sur l'ouverture du capital de l'aéroport de Toulouse, a déclaré ce matin à Reuters le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron. L'ouverture du capital de Toulouse-Blagnac, sixième aéroport français, a été annoncée le 11 juillet. L'opérateur retenu rachètera 49,99% du capital de l'aéroport détenu actuellement à 60% par l'Etat, avec une option de vente pour les 10,01% restants. --- PARIS - La droite reste divisée, jusque dans l'entourage de Nicolas Sarkozy, sur le sort du mariage homosexuel, principale réforme sociétale de son successeur socialiste, François Hollande. L'ex-chef de l'Etat, candidat à la présidence de l'UMP, a donné un nouveau coup de barre à droite ce week-end en cédant aux partisans d'une abrogation de la loi Taubira sur le mariage pour tous, qu'il a dit vouloir réécrire "de fond en comble". Cette inflexion n'est pas du goût d'un de ses principaux soutiens, l'ancienne ministre Nathalie Kosciuskot-Morizet, qui fut aussi sa porte-parole pendant la campagne perdue de 2012. "Je ne suis pas du tout d'accord avec cette orientation. Je crois que l'abrogation de la loi Taubira n'est ni souhaitable ni possible", a-t-elle déclaré lundi sur Europe 1. "Le Conseil constitutionnel a une jurisprudence constante, il ne revient pas sur de nouveaux droits qui ont été donnés." Le principal rival de Nicolas Sarkozy pour la présidence de l'UMP, Bruno Le Maire, est aussi contre toute idée d'abrogation de la loi Taubira, de même que d'autres ténors de l'UMP. A gauche, le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadelis, a estimé sur France 2 que les dirigeants de l'UMP étaient en pleine contradiction entre ce qu'ils pensent "pouvoir faire" et "une base qui est très à droite". Il a estimé qu'il serait en tout état de cause très difficile pour la droite, juridiquement et politiquement, en cas de retour au pouvoir, de revenir sur le mariage pour tous. --- PARIS - Le prochain congrès du Parti socialiste, en 2015, pourrait tourner à l'inventaire des premières années du quinquennat de François Hollande, a estimé ce matin le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, sur France 2. Prié de dire si ce congrès pourrait se transformer en référendum contre le chef de l'Etat, dont la popularité est au plus bas, il a répondu : "Anti-hollande, je ne pense pas." "Qu'il y ait une demande d'inventaire par les socialistes de la politique menée jusqu'à présent c'est normal, ça fait partie d'un congrès", a-t-il ajouté, tout en précisant qu'il n'était pas, quant à lui, favorable à un "congrès de clarification vis-à-vis de l'exécutif" mais à un "congrès d'orientation".

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant