RESUME DE L'ACTUALITE A 11h05 GMT (24/11)

le
0

VIENNE - L'Iran et les puissances du P5+1 devraient ajourner aujourd'hui les négociations menées à Vienne et annoncer leur reprise le mois prochain, a-t-on appris lundi d'une source proche des discussions dans la capitale autrichienne. Les détails sont encore en discussions, mais cette même source a précisé que la république islamique ne devrait pas bénéficier cette fois d'un nouvel allègement des sanctions comme cela avait été le cas après l'accord provisoire signé il y a exactement un an à Genève. Le prochain cycle de discussions pourrait se tenir de nouveau à Vienne, mais Oman est également cité. Aucune décision n'a encore été arrêtée à ce sujet. Les négociateurs du groupe du P5+1 (les cinq membres du Conseil de sécurité de l'Onu Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et Russie + l'Allemagne) et de l'Iran discutent depuis mardi dernier à Vienne et étaient censés s'entendre sur un accord définitif d'ici ce lundi soir. L'objectif du P5+1 est de réduire les capacités iraniennes d'enrichissement de l'uranium en échange d'une levée progressive des sanctions qui frappent l'Iran depuis 2007. --- TUNIS - Près de quatre ans après la chute du régime de Zine el Abidine Ben Ali, un second tour entre le vétéran Béji Caïd Essebsi et le chef de l'Etat par intérim, Moncef Marzouki, sera vraisemblablement nécessaire en Tunisie pour désigner le futur président. L'Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) dispose d'un délai de trois jours après la fermeture des bureaux de vote pour annoncer les résultats préliminaires du premier tour mais a annoncé qu'elle s'efforcerait d'"abréger ce délai à deux jours seulement". Sans attendre, les équipes de campagne des deux principaux candidats ont annoncé dès dimanche soir qu'ils s'affronteraient sans doute au second tour, fin décembre. Peu après la fermeture des bureaux de vote, à 18h00 (17h00 GMT), le directeur de campagne de Béji Caïd Essebsi a affirmé que le candidat de l'alliance laïque Nidaa Tounes était arrivé en tête avec au moins dix points d'avance. --- MOSCOU - Les sanctions imposées par les Occidentaux à la Russie en raison de sa politique ukrainienne lui coûtent 40 milliards de dollars par an, déclare le ministre russe des Finances, Anton Silouanov. A titre de comparaison, a-t-il ajouté, la chute des cours mondiaux du pétrole est responsable pour sa part d'un manque à gagner compris entre 90 et 100 milliards de dollars pour l'économie russe. Les banques russes pourraient par ailleurs voir leur bénéfice reculer de 10% en 2014 comparé à l'année dernière, a déclaré lundi en conférence de presse Alexei Simanovsky, premier vice-président de la banque centrale russe. --- JERUSALEM - Le gouvernement de Benjamin Netanyahu a approuvé hier un projet de loi instaurant le statut légal d'Israël comme l'Etat-nation du peuple juif, une initiative qui, selon ses adversaires, affaiblit les fondements démocratiques du pays et les droits de sa minorité arabe. Les partisans de cette mesure, y compris le Premier ministre Netanyahu, ont promis que le projet de loi qui a accentué les divisions au sein de la coalition gouvernementale garantirait une égalité complète entre tous les citoyens israéliens. --- BAGDAD - Des soldats irakiens appuyés par des miliciens chiites et des peshmergas kurdes ont repris hier le contrôle de deux localités tenues depuis plusieurs mois par les combattants de l'Etat islamique et ont rouvert le principal axe de liaison entre Bagdad et la frontière iranienne, selon un responsable kurde. Cette prise des localités de Djalaoula et de Saadiya situées à quelque 115 km au nord-est de Bagdad n'a pas été confirmée de manière indépendante. --- NIAMEY - Le président nigérien, Mahamadou Issoufou, s'est déclaré optimiste pour le dernier Français retenu en otage dans le monde, Serge Lazarevic, et a formé l'espoir d'une libération prochaine. "Je suis tout à fait optimiste. Vous savez que récemment on a eu la preuve de vie. On a eu la preuve que l'otage se porte bien", a-t-il déclaré à des journalistes, en marge de la visite du Premier ministre français, Manuel Valls, à Niamey. "Je forme l'espoir que l'on arrivera probablement à créer les conditions très prochainement de sa libération", a-t-il ajouté. --- PARIS - Dassault Aviation serefuse à tout commentaire sur une information de la radio Europe 1 selon laquelle la France pourrait vendre "bientôt" au moins 24 avions de combat Rafale au Qatar. Les Qataris sont en négociations exclusives pour être les premiers acheteurs des avions militaires français, selon le site internet de la radio : "La France et le Qatar sont en discussions très avancées pour l'achat d'au moins 24 avions, et au prix catalogue, soit environ 2,5 milliards d'euros au total. Selon nos informations, la France négocie de façon directe avec les Qataris. En clair, il n'y a pas d'autres candidats en lice pour leur vendre des avions." Le Qatar cherche à acquérir 72 avions de combat pour renouveler et accroître sa flotte de Mirage 2000. --- PARIS - Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a critiqué le futur projet de loi d'Emmanuel Macron, jugeant trop importante l'augmentation du nombre de dimanches lors desquels il sera possible de travailler. Il a par ailleurs fermé la porte à un éventuel assouplissement des 35 heures, qui serait proposé par un rapport franco-allemand présenté la semaine prochaine, selon l'hebdomadaire allemand Der Spiegel. --- PARIS - Bruno Le Maire, candidat à la présidence de l'UMP, a invité les militants à voter pour lui samedi pour éviter la guerre des chefs entre Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, dont les huées à l'encontre de ce dernier samedi à Bordeaux sont selon lui le symptôme. Bruno Le Maire affrontera en particulier Nicolas Sarkozy lors ce scrutin mais pas Alain Juppé, qui est considéré comme le principal rival de l'ancien chef de l'Etat pour la primaire qui désignera ensuite le candidat UMP à la présidentielle de 2017.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant