RESUME DE L'ACTUALITE A 11h00 GMT (30/08)

le
0

KIEV - Des blindés russes ont attaqué la ville de Novosvitlivka, près du bastion séparatiste de Louhansk dans l'est de l'Ukraine, et "détruit pratiquement toutes les habitations", affirme le porte-parole de l'armée ukrainienne. Les troupes ukrainiennes se sont retirées de certains secteurs à l'est de Louhansk sous la pression des séparatistes pro-russes. "L'agression militaire directe contre l'est de l'Ukraine se poursuit", a dit de son côté le Conseil de défense et de sécurité ukrainien. Le président Petro Porochenko, qui s'exprimait à Bruxelles avant l'ouverture du Conseil européen, a évoqué la présence de milliers de soldats et de centaines de blindés étrangers sur le territoire ukrainien. Face à cette dégradation de la situation, les dirigeants européens vont demander à la Commission européenne de préparer un durcissement des sanctions contre la Russie. "Il est clair qu'après cette intervention russe en Ukraine (...) les dirigeants de l'Union européenne vont sans doute demander à la Commission européenne de préparer le prochain niveau de sanctions", a dit le vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel à la presse en marge d'une rencontre, à Paris, des leaders sociaux-démocrates de l'UE. Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE se réunissent samedi après-midi à Bruxelles pour un sommet durant lequel la situation en Ukraine doit être abordée. --- MOSCOU - Le ministre russe de l'Energie a déclaré hier que son pays était toujours disposé à reprendre les négociations sur les livraisons de gaz à l'Ukraine et à offrir une "ristourne" à Kiev, avec effet rétroactif. Aucune date n'a été fixée pour de nouvelles discussions trilatérales avec l'Ukraine et la Commission européenne (CE), a cependant dit Alexander Novak à l'issue d'un entretien avec le Commissaire européen à l'Energie. --- NATIONS UNIES - Un groupe de 44 casques bleus fidjiens capturés jeudi sur le plateau du Golan, occupé par Israël, par un groupe armé combattant l'armée syrienne sont sains et saufs, a fait savoir hier l'Onu. Les casques bleus, membres de la Force des Nations unies chargée d'observer le désengagement (FNUOD), sont détenus par des militants islamistes proches d'Al Qaïda. L'Onu explique dans un communiqué avoir reçu de la part de sources crédibles l'assurance qu'il étaient sains et saufs. --- DAKAR - Le Sénégal, plaque tournante du monde des affaires et de l'activité des ONG humanitaires en Afrique de l'Ouest, est devenu le cinquième pays de la région à confirmer la présence sur son sol de la fièvre Ebola, avec le cas d'un étudiant arrivé en provenance de Guinée voisine. Le jeune Guinéen s'est présenté mardi dans un hôpital de Dakar pour y recevoir des soins mais il a alors caché le fait qu'il avait été dans son pays en contact étroit avec des victimes de la fièvre Ebola, a déclaré hier la ministre de la Santé sénégalaise, Awa Marie Coll-Seck, devant la presse. --- ROME - L'Italie a subi coup sur coup hier la confirmation de sa rechute en récession et l'annonce de la première baisse des prix à la consommation depuis 55 ans, deux nouveaux signes de faiblesse économique qui soulignent l'urgence des réformes initiées par le président du Conseil, Matteo Renzi. Ce dernier a promis de relancer la troisième économie de la zone euro après plus de dix ans de stagnation. Le nouveau paquet de réformes dévoilé hier porte notamment sur la simplification du système judiciaire, connu pour sa lenteur, le coût élevé des procédures et l'imprévisibilité de ses décisions. Matteo Renzi a présenté cette réforme comme une "révolution", assurant qu'elle permettrait de réduire de moitié le nombre des dossiers en attente de jugement. Le texte prévoit entre autres de raccourcir les vacances judiciaires, de faciliter les règlements amiables et de renforcer les procédures accélérées. --- WASHINGTON - Le conseil d'administration du Fonds monétaire international a réaffirmé hier sa "confiance" à sa directrice générale Christine Lagarde, mise en examen dans l'enquête sur l'arbitrage controversé dont a bénéficié Bernard Tapie en 2008. "Le conseil d'administration a été informé des récents développements liés à cette question et continue d'exprimer sa confiance dans la capacité de sa directrice générale à assurer de manière efficace sa mission", indique un communiqué. L'ancienne ministre française de l'Economie, placée jusqu'alors sous le statut de témoin assisté, a été mise en examen mardi pour négligence d'une personne dépositaire de l'autorité publique ayant mené à la destruction, au détournement ou à la soustraction par un tiers de fonds publics. --- LA ROCHELLE, Charente-Maritime - "Vive, vive, vive la gauche" : l'aile gauche du Parti socialiste a fait entendre sa voix à La Rochelle, où elle a reçu le soutien surprise de la ministre de la Justice, Christiane Taubira, qui a dit "assumer les conséquences" de sa présence. Arrivée sous les vivas au bout d'une heure de réunion animée par les parlementaires "frondeurs", la garde des Sceaux est repartie une quarantaine de minutes plus tard sans prendre la parole devant les quelque 450 militants réunis dans le cadre de l'université d'été de La Rochelle. A sa sortie, Christiane Taubira a expliqué vouloir lutter contre la "démoralisation" qui gagne le pays. "La politique c'est le courage de s'interroger sur les espaces que nous créons pour nous entendre, pour nous comprendre, pour nous disputer et pour nous rassembler, et je veux y prendre ma part et ce matin, j'y ai pris ma part et j'en assume les conséquences", a dit celle qui incarne aujourd'hui l'une des dernières figures de l'aile gauche du gouvernement.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant