RESUME DE L'ACTUALITE A 11h00 GMT (19/12)

le
0

BRUXELLES - Les dirigeants européens ont validé hier à Bruxelles le plan d'investissement présenté par la Commission, au cours d'un sommet raccourci d'une demi-journée et dont la seule autre invitée a été la situation en Ukraine et en Russie. Les chefs d'Etat et de gouvernement des Vingt-Huit ont comme prévu donné leur feu vert au plan élaboré pour financer quelque 315 milliards d'euros d'investissements entre 2015 et 2017, essentiellement privés, grâce à une garantie de départ de 21 milliards d'euros. Ce plan est le troisième pilier, avec le sérieux budgétaire et les réformes structurelles, de la politique de la Commission dirigée par Jean-Claude Juncker, qui se veut davantage portée sur le soutien à la croissance que l'équipe précédente. Si le "plan Juncker" a fait consensus, la question de la participation des Etats au FEIS, appelée de ses voeux par le président de la Commission, divise encore. La France fait partie des pays attendant de voir si le dispositif fonctionne pour peut-être s'engager et qui privilégient la voie du cofinancement de projets locaux ou bilatéraux, ce qu'entend faire Paris avec la Caisse des dépôts. Le dîner qui concluait ce sommet, puisque la réunion prévue aujourd'hui n'aura finalement pas lieu, a été consacré à la crise russo-ukrainienne, encore aggravée par les difficultés de la Russie sur fond d'effondrement du rouble. Aucune décision n'a été prise - ni allègement ni renforcement - sur les sanctions en cours, qui expirent le 30 juin et dont la modification nécessite l'unanimité. WASHINGTON - Barack Obama a promulgué la loi adoptée samedi dernier par le Congrès autorisant de nouvelles sanctions contre la Russie en riposte à la politique de Moscou en Ukraine. L'"Ukraine Freedom Support Act" autorise de nouvelles sanctions visant les fabricants d'armes et les investissements dans les projets de haute technologie pétrolière. Il prévoit également la fourniture d'une aide militaire à l'Ukraine. MOSCOU - Vladimir Poutine a déclaré que l'objectif de la Russie était de rétablir aussi vite que possible l'unité politique de l'Ukraine et a dénoncé l'attitude des Occidentaux, Etats-Unis en tête, depuis la chute du mur de Berlin. S'exprimant lors de sa conférence de presse de fin d'année, le président russe a estimé que la crise en Ukraine "devait être réglée par des mesures politiques et non sous la pression d'un blocus économique ou le recours aux forces armées". Vladimir Poutine a en outre déclaré que l'économie russe finirait inévitablement par se redresser mais n'a présenté aucune solution à l'aggravation de la crise financière liée à la chute du rouble sur les marchés des devises. Le président russe a jugé que le gouvernement et la banque centrale avaient pris les mesures "appropriées" face à une crise qu'il a attribuée à des "facteurs extérieurs", alors que le rouble a perdu près de la moitié de sa valeur cette année. --- WASHINGTON - La Maison blanche a déclaré hier ne pas exclure que le président cubain, Raul Castro, effectue une visite à Washington, au lendemain de l'annonce de mesures de normalisation des relations américano-cubaines. "Je n'exclurais pas une visite du président Castro", a dit le porte-parole de la Maison blanche, Josh Earnest. Mercredi, la Maison blanche avait jugé possible désormais que Barack Obama se rende un jour à la Havane, alors que les deux pays venaient de faire part de leur intention de rouvrir des ambassades et de rétablir leurs relations diplomatiques, rompues en janvier 1961. --- WASHINGTON - Trois des chefs les plus importants du groupe djihadiste Etat islamique (EI) ont été tués dans des frappes aériennes américaines en Irak dans les premiers jours de décembre, mais le dirigeant suprême de l'organisation, Abou Bakr al Baghdadi, ne figure pas parmi eux, ont dit hier des responsables américains. Parmi les trois se trouvent Abd al Bassit, considéré par ces responsables américains comme l'"émir" militaire du groupe EI, et Hadji Moutazz, un des lieutenants de Baghdadi. Les frappes en question remontent à la période du 3 au 9 décembre. Ces responsables ont également confirmé la mort, durant le mois de novembre, de Radouan Taleb al Hamdouni, que des sources médicales locales ont décrit comme le chef de l'EI dans la ville de Mossoul. --- LONDRES - Des responsables américains chargés du contre-terrorisme ont appuyé l'ouverture de discussions avec deux hauts responsables religieux djihadistes dans l'espoir de préserver la vie d'un otage américain exécuté par la suite, rapporte The Guardian. Citant des courriels, le quotidien britannique écrit que les discussions, qui ont duré plusieurs semaines, avaient pour objectif de faire libérer Peter Kassig. --- MAIDUGURI, Nigeria - Des membres présumés du groupe islamiste Boko Haram ont enlevé 172 femmes et enfants dimanche lors d'un raid mené dans un village isolé du nord-est du Nigeria, ont rapporté hier des habitants. L'attaque à Gumsuri, près de la frontière camerounaise, a fait également 35 morts. --- PARIS - L'économie française devrait retrouver un peu d'allant en 2015 sous l'effet de la baisse de l'euro et du pétrole, mais insuffisamment toutefois pour enrayer à ce stade la progression du chômage, prédit l'Insee. La forte atténuation de la consolidation budgétaire en zone euro jouera aussi positivement de même que deux facteurs propres à la France : une stabilisation, à défaut d'un véritable rebond, de l'activité dans le logement après deux années catastrophiques et une hausse des marges des entreprises grâce aux baisses de charges et de fiscalité. Dans une note de conjoncture publiée hier, l'Insee anticipe des hausses de 0,3% du produit intérieur brut au premier comme au deuxième trimestres 2015. François Hollande a jugé que ces prévisions montraient que la France était sur la bonne voie mais que ce niveau restait insuffisant. --- PARIS - Le milliardaire chinois Guo Guangchang, propriétaire du conglomérat Fosun, a relevé son offre sur le Club Méditerranée, poursuivant la féroce bataille qui l'oppose au financier italien Andrea Bonomi pour le contrôle du groupe de loisirs. Gaillon II, véhicule d'investissement de Fosun, se propose de racheter le Club au prix de 24,60 euros par action, au lieu des 24,00 euros offerts par Andrea Bonomi, valorisant le groupe à 939 millions d'euros. Guo Guangchang et Andrea Bonomi se livrent depuis le printemps dernier une bataille acharnée qui plonge le groupe de loisirs dans une ambiance délétère. --- STRASBOURG - Fabien Engelmann, maire Front national de Hayange (Moselle), a été déclaré inéligible pour un an par le tribunal administratif de Strasbourg en raison d'irrégularités sur son compte de campagne mais fera appel, ce qui suspend la décision. La Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) avait rejeté le 24 octobre les comptes de cet ancien militant trotskiste et cégétiste, entraînant automatiquement son passage devant le tribunal. "Le tribunal a estimé que M. Engelmann devait être regardé comme ayant commis un manquement d'une particulière gravité aux règles relatives au financement des campagnes électorales", indique la juridiction dans un communiqué. Fabien Engelmann a annoncé vendredi qu'il allait faire appel de la décision devant le Conseil d'Etat, ce qui repousse la date de sa démission d'office du conseil municipal.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant