RESUME DE L'ACTUALITE A 11h00 GMT (01/04)

le
0

LAUSANNE - Les négociations sur le nucléaire iranien, qui ont franchi la date-butoir du 31 mars sans qu'un accord ait été trouvé, ont repris ce matin à l'hôtel Beau-Rivage, en l'absence de plusieurs ministres des Affaires étrangères des pays 5+1 qui ont quitté Lausanne ces dernières heures. Plusieurs participants - Russie, Chine, Iran - ont fait preuve d'un certain optimisme, quand d'autres, comme la Grande-Bretagne et l'Allemagne, ont préféré rester prudents. Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a reconnu que les choses avaient avancé mais pas suffisamment pour parvenir à un accord dans l'immédiat. Le chef de la diplomatie française a dit qu'il retournerait à Lausanne dès que cela serait nécessaire. Le chef de la délégation iranienne s'est montré plus optimiste en estimant qu'il espérait conclure cette phase de négociations dans la journée de mercredi. Il a toutefois rappelé que des divergences demeuraient. Il a également affirmé que son pays devait être autorisé à poursuivre son programme de recherche et de développement en utilisant des centrifugeuses. Un membre de la délégation allemande a déclaré sous le couvert de l'anonymat que rien n'avait été conclu à Lausanne mais qu'un accord demeurait encore possible si toutes les parties faisaient preuve de bonne volonté. --- BERLIN - Le copilote de Germanwings soupçonné d'avoir délibérément provoqué l'accident d'avion qui a fait 150 morts la semaine dernière dans les Alpes-de-Haute-Provence avait informé le personnel de l'école de pilotage de la Lufthansa où il était formé qu'il avait souffert d'une grave dépression. La direction de la compagnie allemande disait jusqu'ici ne rien savoir des problèmes psychologiques d'Andreas Lubitz, qu'elle jugeait tout à fait apte à exercer. La Lufthansa a seulement fait savoir que le jeune homme avait interrompu sa formation pendant plusieurs mois et que les tests médicaux auxquels il a été soumis par la suite avaient été positifs. L'ensemble des 150 victimes du crash de l'A320 de la compagnie Germanwings, qui s'est écrasé le 24 mars dans les Alpes françaises, devraient être identifiées d'ici la fin de semaine. --- TIKRIT, Irak - Des affrontements étaient en cours dans le nord de Tikrit, avec pour enjeu le dernier bastion tenu par les djihadistes de l'Etat islamique dans cette ville irakienne qu'ils occupent depuis leur offensive de juin dernier. La télévision nationale rapporte que le Premier ministre irakien, Haïdar al Abadi, s'est rendu en personne à Tikrit, dont les forces de sécurité, alliées à des miliciens chiites, ont repris plusieurs quartiers et atteint le centre mardi. --- ADEN - Un raid aérien sur la ville portuaire yéménite de Hodaïda a détruit mardi soir une laiterie et tué 23 de ses employés, a-t-on appris de source médicale. La laiterie prise pour cible est située à proximité d'un camp militaire fidèle à l'ancien président Ali Abdallah Saleh, allié aux miliciens chiites Houthis que combat depuis jeudi dernier une coalition arabe sous conduite saoudienne. --- ABUJA - Le vainqueur de la présidentielle de ce week-end au Nigeria, Muhammadu Buhari, a félicité son adversaire, le chef de l'Etat sortant Goodluck Jonathan, d'avoir reconnu sa défaite et appelé ses partisans au calme. Fait sans précédent, Jonathan avait téléphoné un peu plus tôt à Buhari pour reconnaître sa défaite et il avait diffusé un communiqué demandant ses partisans à accepter le résultat, signe d'un enracinement de la démocratie dans le pays d'Afrique le plus peuplé. --- ATHENES - Le ministre grec de l'Economie Georges Stathakis dit escompter un accord sur les réformes avec les créanciers de la Grèce (Fonds monétaire international et Union européenne) la semaine prochaine, lequel contribuerait à débloquer l'aide financière encore attendue. "L'accord interviendra durant la semaine pascale (grecque orthodoxe)", a-t-il dit à la chaîne Skai TV. La semaine dernière, Athènes a présenté une liste de réformes à ses créanciers afin de leur prouver sa détermination à honorer ses engagements de discipline financière et de montrer qu'elle mérite une aide financière. La liste soumise au Groupe de Bruxelles prévoit un revenu des privatisations de 1,5 milliard d'euros cette année, tiré de la location à long terme de 14 aéroports régionaux et de la vente du port du Pirée. --- PARIS - François Hollande et Manuel Valls se sont efforcés hier de répondre aux inquiétudes et aux doléances de la majorité après la débâcle des départementales tout en réaffirmant qu'il n'y aurait pas d'inflexion politique. De Berlin, où s'est tenu le 17e conseil des ministres franco-allemand, le chef de l'Etat a martelé sa ligne : "Le cap a été fixé et il sera tenu", les réformes se poursuivront "dans la cohérence avec ce que nous avons engagé et qui commence à porter ses fruits". Taxé de surdité par la droite et une partie de la gauche, François Hollande a assuré avoir entendu les messages exprimés "à travers les scrutins, même si ce sont des scrutins locaux." Le président assigne deux priorités au gouvernement : "le soutien à l'investissement et la justice sociale en favorisant le travail". --- PARIS - Tout ce qui permet de favoriser la création d'emplois, y compris une éventuelle réforme du contrat de travail, doit pouvoir être discuté, déclare le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll. Le ministre du Travail François Rebsamen a indiqué pour sa part que toute proposition en ce sens ne pourrait venir que des partenaires sociaux. "Il ne faut pas que le Medef s'attende à obtenir par la loi ce qu'il n'a pas obtenu dans le dialogue social", a-t-il dit sur iTELE à propos d'une éventuelle évolution du contrat de travail, qui pourrait être assoupli dans les très petites entreprises (TPE). "Je ne serai pas le ministre du Travail qui réformera le Code du travail, en tout cas le contrat de travail." François Rebsamen s'exprimait après Stéphane Le Foll, qui, interrogé sur RTL, a insisté sur la nécessité de s'attaquer aux freins à l'embauche pour permettre plus de créations d'emplois au moment où la croissance de l'économie française est en voie d'amélioration. --- PARIS - Nicolas Sarkozy est arrivé ce matin au pôle financier du parquet de Paris pour être entendu dans l'enquête sur la prise en charge par l'UMP des pénalités pour dépassement de frais de sa campagne électorale. Le parquet de Paris a ouvert le 6 octobre dernier une information judiciaire pour abus de confiance, complicité et recel de ces délits. Jean-François Copé et Catherine Vautrin, l'ex-président et l'ancienne trésorière de l'UMP, ont été mis en examen pour abus de confiance dans le cadre de cette enquête. --- PARIS - La Cour des comptes préconise la fusion des rédactions de Radio France et invite le groupe public à corriger des "défaillances" de gestion qui ne sont "pas acceptables" face à une situation financière critique. L'institution rend public aujourd'hui un rapport sévère sur Radio France, pressé de "réviser en profondeur ses modes de fonctionnement", alors que l'avenir du groupe est au coeur d'une grève qui entrera dans son 14e jour consécutif. --- PARIS - Trois hommes ont été arrêtés dans l'enquête sur les attentats djihadistes qui ont fait 17 morts début janvier en France, a-t-on appris de source judiciaire. Il s'agit de trois personnes qui appartiennent à l'entourage d'Amedy Coulibaly, qui a tué une policière et quatre juifs à Montrouge (Hauts-de-Seine) et Paris, a-t-on précisé.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant