RESUME DE L'ACTUALITE A 10h15 GMT (20/08)

le
0

GAZA/JERUSALEM - Les activistes du Hamas ont tiré des roquettes en direction d'Israël pour la deuxième journée consécutive au lendemain de la rupture de la trêve dans la bande de Gaza, marquée par la mort de trois personnes dans un bombardement israélien. Accusant les islamistes de la bande de Gaza d'avoir mis fin au cessez-le-feu mardi, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a rappelé les négociateurs de l'Etat hébreu qui participaient au Caire à des discussions sur une cessation durable des hostilités. Les négociateurs palestiniens ont ensuite proclamé l'échec de ces pourparlers, en imputant la responsabilité à Israël. Affirmant qu'Israël avait "ouvert les portes de l'enfer", la branche armée du Hamas a menacé de tirer des roquettes en direction de l'aéroport Ben-Gourion à Tel Aviv. --- BAGDAD/BEYROUTH - Les djihadistes de l'Etat islamique (EI) ont mis en ligne hier soir une vidéo montrant ce qu'ils présentent comme la décapitation d'un journaliste américain porté disparu depuis près de deux ans en Syrie. James Foley a été capturé le 22 novembre 2012 dans le nord-est de la Syrie alors qu'il couvrait la guerre civile pour plusieurs médias, dont l'Agence France-Presse. L'Etat islamique ajoute détenir un autre journaliste américain, Steven Sotloff, qui apparaît à la fin de la vidéo, et prévient que son sort dépendra des décisions à venir de Barack Obama. Steven Sotloff a été porté disparu en juillet 2013 alors qu'il se trouvait dans le nord de la Syrie. L'authenticité de la vidéo, intitulée "Un message à l'Amérique", n'a pu être vérifiée. La Maison blanche a déclaré que, si cette vidéo est authentique, les Etats-Unis sont "horrifiés par le meurtre cruel d'un journaliste américain innocent". BAGDAD - L'armée irakienne a lancé une offensive pour reprendre la ville de Tikrit aux djihadistes de l'Etat islamique mais elle a dû interrompre sa progression en raison de la forte résistance des combattants islamistes, ont annoncé des membres de l'état-major interrogés par Reuters. Tikrit, fief de l'ancien dictateur Saddam Hussein, à 150 km au nord de Bagdad, est tenue depuis plus de deux mois par les djihadistes de l'Etat islamique et leurs alliés. Les forces kurdes et l'armée irakienne ont annoncé hier avoir repris le barrage de Mossoul à l'Etat islamique avec l'appui de l'armée américaine, qui a effectué de nouveaux raids aériens dans le nord de l'Irak. --- FERGUSON, Missouri - La police a procédé hier à plusieurs arrestations et a chargé en direction des manifestants à nouveau rassemblés à Ferguson, dans le Missouri, où la tension reste vive onze jours après la mort d'un jeune Noir tué par un policier blanc. --- KIEV/DONETSK - Des combats ont été signalés hier dans le centre de Louhansk et de Donetsk, les deux principaux fiefs séparatistes dans l'est de l'Ukraine, alors que Kiev a annoncé avoir retrouvé 17 corps de civils tués dans le bombardement de leur convoi lundi. A Donetsk, principale ville de l'est de l'Ukraine aux mains des séparatistes pro-russes, des tirs d'artillerie et d'armes automatiques ont éclaté hier après-midi dans le centre, provoquant la fuite de ses habitants, ont constaté deux journalistes de Reuters. Des affrontements ont également eu lieu dans le centre de Louhansk, tenue depuis avril par les rebelles. Selon un porte-parole de l'armée ukrainienne, un quartier de la ville a été repris. C'est près de Louhansk qu'un convoi de civils fuyant les combats a été bombardé lundi, les deux camps se renvoyant la responsabilité des tirs. Un porte-parole de l'armée a déclaré que 17 corps avaient été retrouvés. --- PARIS - François Hollande veut "accélérer les réformes" pour tenter de relancer la croissance et l'emploi en France, et annonce des gestes fiscaux pour les bas salaires ainsi que la fusion entre le RSA et la prime à l'emploi. Dans un entretien au journal Le Monde publié aujourd'hui, le chef de l'Etat demande au patronat d'aller "jusqu'au bout de la logique du pacte" de responsabilité et invite les partenaires sociaux à négocier sur la réduction des effets des seuils sociaux qui imposent des contraintes aux entreprises. Alors que l'économie française a stagné durant les deux premiers trimestres de l'année, il annonce des réformes pour relancer la croissance dans le logement, l'investissement, les professions réglementées et l'apprentissage. Le président français, qui mène une politique de l'offre sur le plan national, considère toutefois qu'un soutien de la demande doit se faire au niveau européen. "C'est ce que la France va porter dans le débat qui s'engage avec nos partenaires", dit-il. "Mais je n'entends pas me défausser sur l'Europe, car notre pays connaît un problème d'offre." François Hollande annonce un geste fiscal pour les "contribuables modestes et moyens" ainsi que la fusion entre le RSA activité et la prime pour l'emploi afin de favoriser la reprise du travail et améliorer la rémunération des salariés précaires Il dit vouloir "rendre plus juste et plus simple le barème de l'impôt sur le revenu notamment pour les premières tranches, c'est-à-dire pour les contribuables modestes et moyens". --- PARIS - Au sortir de la pause estivale, le gouvernement français qui se retrouve aujourd'hui en conseil des ministres va entrer dans le vif de la difficile rentrée prédite par Manuel Valls, qui rejette toute idée d'un changement de cap pourtant réclamé à gauche. Après deux trimestres de stagnation, la France table sur une croissance du Produit intérieur brut de l'ordre de 0,5% en 2014, moitié moins que prévu, et estime que rien ne permet de prévoir pour 2015 une croissance très supérieure à 1%. Dans le Journal du dimanche, Manuel Valls a prévenu qu'il était "hors de question" de changer de politique économique, la stagnation de la croissance obligeant le gouvernement à maintenir le cap des réformes qui "nécessitent du temps". --- PARIS - L'ancien Premier ministre Alain Juppé a pris de vitesse Nicolas Sarkozy en annonçant qu'il serait candidat aux primaires de l'UMP pour l'élection présidentielle de 2017 avec l'ambition de rassembler la droite et le centre au premier tour. Le maire de Bordeaux a choisi de sortir de l'ambiguïté au moment précis où le gouvernement faisait sa rentrée dans un contexte économique particulièrement morose.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant