RESUME DE L'ACTUALITE A 10h15 GMT (20/04)

le , mis à jour à 12:37
0
 (Rpt panama date) 
NEW YORK - Donald Trump, côté républicain, et Hillary Clinton, 
côté démocrate, ont remporté la primaire de l'Etat de New York 
et conforté leur avance, chacun dans leur camp, dans la course à 
l'investiture pour l'élection présidentielle du 8 novembre aux 
Etats-Unis, selon les projections des chaînes de télévision 
américaines. 
    Dans son discours de victoire, Donald Trump a jugé qu'il ne 
pouvait plus être rattrapé par ses deux derniers adversaires, en 
particulier Ted Cruz, qui serait arrivé en troisième position 
derrière John Kasich. 
    L'homme d'affaires a appelé les dirigeants du Parti 
républicain à ne pas lui barrer la route par des jeux d'appareil 
en incitant Ted Cruz et John Kasich à ne pas s'effacer, ce qui 
pourrait empêcher Donald Trump d'atteindre le seuil des 1.237 
délégués qui lui assureraient automatiquement l'investiture lors 
de la convention du Grand Old Party l'été prochain à Cleveland. 
    Côté démocrate, la victoire de Hillary Clinton permet à 
l'ancienne secrétaire d'Etat de briser la dynamique qui portait 
son rival, Bernie Sanders, depuis la fin mars. Sur les huit 
précédentes consultations, le sénateur du Vermont en avait 
remporté sept. 
     --- 
    COJIMES, Equateur - Un nouveau séisme, d'une magnitude de 
6,2, a été enregistré au large des côtes de l'Equateur, indique 
le centre d'alerte au tsunami du Pacifique. Le séisme a été 
localisé à 70 km à l'ouest-sud-ouest du port d'Esmeraldas sur la 
côte septentrionale du pays à une profondeur de 10 km. Cette 
secousse intervient après le puissant tremblement de terre qui a 
frappé l'Equateur samedi et fait 480 morts et plus de 4.000 
blessés. 
     --- 
    PARIS - Le ministre panaméen des Finances est attendu lundi 
à Paris, deux semaines après que la France a réintégré son pays 
dans la "liste noire" des juridictions non coopératives en 
matière fiscale, a-t-on appris au ministère des Finances. Le 
principe de la venue à Paris de Dulcidio De La Guardia, qui 
rencontrera son homologue Michel Sapin, avait été convenu lors 
d'un entretien téléphonique entre les présidents Juan Carlos 
Carela et François Hollande juste après l'annonce de la décision 
française en plein scandale des "Panama papers". 
    Le chef de l'Etat français avait alors pressé le Panama de 
répondre aux demandes d'informations du fisc français. 
     ---  
    RYAD/WASHINGTON - Barack Obama se rend aujourd'hui en Arabie 
saoudite avec l'intention de rassurer les monarchies sunnites du 
Golfe sur le soutien des Etats-Unis face à leur rival régional, 
l'Iran chiite. Alors que les relations entre les Etats-Unis et 
leurs alliés du Golfe traversent une phase de crispation, Ryad 
et ses voisins, conscients qu'un nouveau président s'installera 
à la Maison blanche en janvier, ne se contenteront pas de belles 
paroles. 
    En l'absence d'un traité officiel de défense, une idée 
exclue avant un précédent sommet, les monarchies du Golfe 
comptent obtenir au moins de nouveaux systèmes de missiles. 
    Barack Obama espère pour sa part favoriser une "paix froide" 
entre les pays du Golfe et l'Iran, dans l'espoir d'apaiser les 
tensions entre sunnites et chiites à travers la région et 
d'étouffer le djihadisme armé incarné notamment par le groupe 
Etat islamique (EI). 
     --- 
    PARIS - Manuel Valls a invité aujourd'hui le président du 
Medef "à revenir à la table des discussions" sur le projet de 
réforme du Code du travail, regrettant que le patronat prenne 
"en otage" la négociation sur l'assurance chômage. Pierre Gattaz 
a menacé hier de se retirer des négociations sur l'assurance 
chômage si le gouvernement ne rétablissait pas dans sa version 
initiale le projet de loi El Khomri dans un délai de trois 
semaines.  
     --- 
    PARIS - François Hollande a présidé aujourd'hui à l'Elysée 
une réunion sur EDF, qui doit entériner son plan de financement 
lors d'un conseil d'administration prévu vendredi prochain, a 
rapporté l'entourage du chef de l'Etat, sans autre précision. 
    Étaient présents autour du président : le Premier ministre 
Manuel Valls, le ministre des Finances, Michel Sapin, le 
ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, et le directeur de 
cabinet de la ministre de l'Environnement et de l'Energie, 
Ségolène Royal. L'Etat français a déjà fait savoir qu'il 
participerait à une augmentation de capital si cela s'avérait 
nécessaire, notamment pour financer la construction des deux 
réacteurs de type EPR à Hinkley Point, en Grande-Bretagne. 
L'Etat détient 84,94% du capital d'EDF et 90,68% des droits de 
vote de la société. 
    Emmanuel Macron a déclaré dimanche que la France mènerait à 
son terme ce projet, que les principaux syndicats de 
l'électricien public jugent trop coûteux et aléatoire au vu de 
la situation financière du groupe et des déboires répétés du 
projet d'EPR à Flamanville, dans la Manche. 
     --- 
    PARIS - Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, 
a affirmé aujourd'hui que les policiers avaient reçu l'ordre "au 
plus haut niveau" de réprimer "brutalement" les récentes 
mobilisations sociales contre la loi Travail. 
    Le syndicat, qui est en congrès depuis lundi, est la cible 
de critiques pour une affiche de sa branche Info'com (salariés 
de l'information et de la communication) dénonçant les violences 
policières sur laquelle figurent notamment un écusson de CRS et 
une flaque de sang. 
    S'il reconnaît que "le message peut paraître un peu brutal", 
Philippe Martinez, dont le syndicat est en pointe dans la 
contestation de la loi Travail, accuse les forces de l'ordre 
d'obéir à des ordres "d'en haut" pour provoquer des incidents. 
    "Il y a des ordres au plus haut niveau vis-à-vis des agents 
de police, des CRS, pour qu'il y ait des manifestations qui 
soient encadrées assez brutalement", a dit le dirigeant syndical 
sur Europe 1. "Les policiers, on leur donne des ordres, et ces 
ordres, vous l'avez constaté sur des images, je l'ai moi-même 
vécu lors de la manifestation du 31 mars, font que des policiers 
frappent, évidemment ceux qu'on appelle les casseurs, mais dans 
la bousculade beaucoup de jeunes et de moins jeunes comme moi", 
a-t-il affirmé. 
     --- 
    BERLIN - Le gouvernement allemand a confirmé aujourd'hui sa 
prévision d'une croissance économique de 1,7% cette année mais 
il anticipe un ralentissement en 2017 en projetant une 
croissance de 1,5%, sa première anticipation pour la variation 
du PIB de l'an prochain. La croissance dégagée par l'Allemagne 
en 2015 a été également de 1,5%. 
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant