RESUME DE L'ACTUALITE A 10h10 GMT (08/09)

le
0
PARIS - Le gouvernement français annoncera demain un geste 
fiscal en direction des ménages pour 2017, a annoncé ce matin 
son porte-parole Stéphane Le Foll. "Cette question va trouver sa 
réponse demain", a-t-il dit lors du compte rendu du conseil des 
ministres. "Il y aura une mesure fiscale sur les ménages et il y 
aura des mesures pour les entreprises", a-t-il ajouté. 
    Le journal Les Echos a rapporté cette semaine que la piste 
privilégiée par le gouvernement pour les ménages était une 
"ristourne" sur l'impôt sur le revenu pour un montant maximum 
d'un milliard d'euros, la moitié de ce qui était envisagé avant 
l'été. Le Premier ministre Manuel Valls a confirmé mardi que 
cette baisse forfaitaire était une des hypothèses étudiées. 
     ---  
    PARIS - François Hollande prononce en ce moment à Paris un 
discours sur "la démocratie et le terrorisme", l'occasion selon 
ses proches d'évoquer sa vision de la France tout en mettant le 
cap vers une nouvelle candidature à la présidentielle de 2017. 
    Préparée depuis l'attentat du 14 juillet à Nice, peaufinée 
en marge de sa tournée en Asie cette semaine, l'allocution "très 
personnelle" du chef de l'Etat est prononcée à l'invitation des 
fondations Jean Jaurès et Terra Nova dans une salle parisienne. 
    Ces mêmes groupes de réflexion étaient à l'origine du 
discours du 3 mai dernier, où le président avait dressé un bilan 
de son quinquennat. 
     ---     
    PARIS - Deux nouvelles personnes ont été placées en garde à 
vue après la découverte ce week-end d'une voiture contenant des 
bonbonnes de gaz pleines mais sans dispositif de déclenchement, 
à proximité de Notre-Dame-de-Paris, a-t-on appris ce matin de 
source judiciaire. 
    L'arrestation de ce couple porte à quatre le nombre de 
personnes interpellées dans le cadre de cette enquête. Un 
premier couple avait été arrêté mardi après-midi sur une aire 
d'autoroute, près d'Orange (Vaucluse), par des membres de la 
Brigade de recherche et d'intervention de la police et du GIGN, 
l'unité d'élite de la gendarmerie. 
    Stationnée Quai de Montebello, la voiture, feux de détresses 
allumés et dépourvue de plaque d'immatriculation, avait été 
signalée par des riverains dans la nuit de samedi à dimanche. 
    Selon une source judiciaire, outre les six bonbonnes de gaz 
pleines, trois "bidons de gazole" ont également été retrouvés 
dans le véhicule. Une septième bonbonne de gaz, vide, avait été 
mise en évidence sur un siège avant. L'absence de dispositif de 
mise à feu et l'activation des feux de détresse, "comme pour 
attirer l'attention", laissent penser à un simple coup d'essai, 
selon une source policière. 
     --- 
    PARIS - Salah Abdeslam, seul rescapé présumé du commando 
djihadiste des attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, 
a été conduit ce matin au palais de justice de Paris pour être 
entendu par un juge d'instruction, a constaté un journaliste de 
Reuters. 
    Arrêté le 18 mars en Belgique après quatre mois de cavale, 
le jeune homme de 26 ans a été transféré le 27 avril en France 
où il a été mis en examen, notamment pour "participation à une 
association de malfaiteurs terroriste en vue de la préparation 
d'un ou plusieurs crimes d'atteintes aux personne". Il est 
depuis détenu à l'isolement et sous vidéo surveillance 
permanente à la prison de Fleury-Mérogis (Essonne). 
     --- 
    LONDRES - Deux hommes soupçonnés d'être liés à des activités 
"terroristes" ont été arrêtés ce matin à Londres, a fait savoir 
la police de la capitale britannique. L'un des deux prévenus, 
âgé de 19 ans, est soupçonné d'avoir préparé des actes 
terroristes. L'autre, âgé de 20 ans, est soupçonné de 
financement du terrorisme et de ne pas avoir communiqué des 
renseignements concernant un acte terroriste. 
     --- 
    BEYROUTH/ANKARA - Six membres des forces de sécurité kurdes 
ont été tués la nuit dernière par des pilonnages de l'armée 
turque dans le nord-ouest de la Syrie, a rapporté l'Observatoire 
syrien des droits de l'homme (OSDH). 
    La région d'Afrin, où ont eu lieu les bombardements, est 
contrôlée par la milice kurde YPG (Unités de protection du 
peuple), qui est avant tout présente dans le nord-est de la 
Syrie. Dans un communiqué, les autorités kurdes parlent de 
provocation de l'armée turque pour "faire jaillir l'étincelle de 
la guerre". 
    
    LONDRES - Le Haut Comité des négociations (HCN) 
représentatif de l'opposition syrienne a averti qu'il 
s'opposerait à l'accord que Russes et Américains s'efforcent de 
conclure s'il est différent de son propre plan, qui passe par la 
mise à l'écart du président Bachar al Assad. 
    Le HCN, mis sur pied avec l'appui de l'Arabie saoudite et 
des puissances occidentales dans l'optique des négociations de 
Genève aujourd'hui dans l'impasse, a présenté ce plan hier à 
Londres. 
    Il propose six mois de négociations en vue de la formation 
d'un organe de transition constitué de représentants de 
l'opposition, de membres du gouvernement et de personnalités 
issues de la société civile, qui serait chargée d'administrer le 
pays pendant 18 mois, après quoi des élections seraient 
organisées. 
     
    SEOUL - L'OIAC (Organisation pour l'interdiction des armes 
chimiques) a annoncé cette nuit qu'elle allait ouvrir une 
enquête sur l'utilisation présumée par l'armée gouvernementale 
syrienne de gaz au chlore mardi dans un quartier d'Alep tenu par 
les rebelles. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme 
(OSDH), une personne a succombé à cette attaque. 
     --- 
    MOSCOU - Le ministère russe des Affaires étrangères a 
annoncé ce matin que le président palestinien, Mahmoud Abbas, et 
le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, étaient 
d'accord sur le principe d'une rencontre à Moscou, rapporte 
l'agence de presse Interfax. Aucune date n'a été donnée pour une 
telle rencontre. 
     --- 
    NEW YORK - Donald Trump a jugé la nuit dernière que le 
président russe Vladimir Poutine faisait un meilleur chef d'Etat 
que Barack Obama, tentant de s'imposer dans un forum télévisé 
face à Hillary Clinton comme le mieux à même de réaffirmer la 
puissance américaine. 
    Le candidat républicain et sa rivale démocrate, Hillary 
Clinton, sont apparus l'un à la suite de l'autre à l'antenne de 
la chaîne de télévision nationale NBC, lors d'un forum à New 
York consacré aux questions de défense. 
    Pour Donald Trump, les généraux américains ont trop 
longtemps fait les frais des choix de Barack Obama et de son 
ex-secrétaire d'Etat, Hillary Clinton. "Je pense que sous la 
direction de Barack Obama et Hillary Clinton, les généraux ont 
été réduits à néant. Ils ont été diminués à un point tel que 
c'est une honte pour notre pays", a-t-il dit devant un public 
comptant d'anciens combattants. 
     --- 
    LONDRES/CALAIS - Les travaux de construction d'un mur 
destiné à empêcher des migrants et réfugiés de s'introduire à 
bord de poids-lourds à destination de la Grande-Bretagne, vont 
commencer ce mois-ci, ont déclaré des responsables britanniques. 
    Le ministre de l'Immigration, Robert Goodwill, a évoqué 
mardi devant les députés britanniques ce renforcement du 
dispositif de sécurité à Calais, où vivent dans un camp surnommé 
la "jungle" plusieurs milliers de migrants qui espèrent pouvoir 
passer un jour de l'autre côté de la Manche. 
     ---          
    PARIS - Ségolène Royal s'est étonnée ce matin des "annonces 
un peu brutales" d'Alstom sur l'arrêt de la production de trains 
sur son site historique de Belfort pour tenir compte de baisses 
de commandes en France. 
    Le constructeur de matériel de transport, dont l'Etat 
détient 20% du capital, a annoncé hier qu'il allait transférer 
d'ici fin 2018 la production de trains et le bureau d'études de 
Belfort vers celui de Reichshoffen, en Alsace. 
    Le site de Belfort compte actuellement 480 salariés, dont 
400 sont concernés par cette décision. Son activité sera 
recentrée sur la maintenance et la réparation. 
    "Le gouvernement est attentif, surtout sur des filières 
industrielles de toute première importance", a dit la ministre 
de tutelle des Transports sur France Inter. "C'est vrai que ces 
annonces un peu brutales sont très étonnantes, donc nous 
regardons de très près ce qui se passe parce que personne n'y 
comprend plus rien", a-t-elle ajouté.  
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant