RESUME DE L'ACTUALITE A 10h05 GMT (10/10)

le
0
    ST. LOUIS, Missouri - Donald Trump s'est efforcé la nuit 
dernière soir d'éteindre la vive polémique provoquée par la 
publication d'un enregistrement où on l'entend proférer des 
propos obscènes à l'égard de femmes, les qualifiant de 
"conversation de vestiaire" et s'en prenant aux écarts de 
conduite de Bill Clinton, l'époux de sa rivale démocrate. 
    Lors d'un deuxième débat présidentiel sous tension, le 
candidat républicain à la Maison blanche a également suggéré 
qu'Hillary Clinton, dont il a dénoncé les mensonges à 
répétition, devrait aller en prison pour avoir utilisé une 
messagerie privée lorsqu'elle dirigeait la diplomatie 
américaine, entre 2009 et 2013. 
    Organisé sous la forme d'une assemblée publique à 
l'université de Washington de St. Louis à moins d'un mois de 
l'élection du 8 novembre, cette deuxième confrontation était 
vitale pour Trump. 
    Alors que les courbes des intentions de vote s'écartent de 
nouveau depuis trois semaines à l'avantage de la démocrate, la 
publication par le Washington Post de cette conversation 
enregistrée en 2005, quelques mois après le mariage de Donald 
Trump avec Melania, sa troisième femme, a conduit de nombreux 
responsables du Grand Old Party à se détourner de lui, voire à 
appeler à un retrait de sa candidature. 
    Le magnat de l'immobilier, qui est âgé de 70 ans, s'est dit 
"embarrassé" par la vidéo tout en répétant qu'il s'agissait 
d'une "conversation de vestiaire". Il a ensuite dit que Bill 
Clinton avait eu un comportement bien plus condamnable que lui à 
l'égard des femmes. 
     --- 
    PORT-AU-PRINCE - Haïti a commencé à enterrer ses morts dans 
des fosses communes après le passage de l'ouragan Matthew, dont 
le dernier bilan s'élève désormais à 1.000 morts, selon une 
compilation établie par Reuters à partir de données recueillies 
auprès de responsables locaux. 
    Le pays de 10 millions d'habitants, le plus pauvre des 
Amériques, doit également faire face à des décès liés à une 
épidémie de choléra, une maladie dont la période d'incubation 
est très courte et qui se propage via des eaux contaminées. 
    L'ouragan, le plus violent des Caraïbes en près de 10 ans, a 
frappé Haïti mardi, avec des vents soufflant à 230 kilomètres 
par heure et des pluies torrentielles. Selon l'Agence des 
nations unies pour la coordination des affaires humanitaires, 
1,4 million de personnes ont besoin d'une assistance humanitaire 
en Haïti après le passage de Matthew. 
     Dans le sud-est des Etats-Unis, dont l'ouragan a ensuite 
balayé les côtes, plusieurs centaines de personnes ont été 
évacuées par bateau ou par hélicoptère en raison des 
inondations. 
    Matthew a provoqué la mort de 17 personnes sur le territoire 
américain et laissé plus de deux millions de foyers et 
d'entreprises sans courant électrique. 
    Le président Barack Obama a déclaré l'état d'urgence en 
Géorgie et en Floride, ce qui permettra de débloquer des fonds 
pour aider ces Etats à réparer les infrastructures endommagées 
et à déblayer leurs routes. 
     --- 
    PARIS - Si Vladimir Poutine vient en France la semaine 
prochaine, ça ne sera pas pour des "mondanités" mais pour parler 
de la crise syrienne et de la situation en Ukraine, a déclaré ce 
matin le chef de la diplomatie française à France Inter. 
    Le chef de l'Etat français, François Hollande, a laissé 
planer un doute, ce week-end, sur une rencontre avec son 
homologue russe, qui a fait savoir qu'il viendrait à Paris 
inaugurer le nouveau centre culturel russe. Moscou a opposé son 
véto samedi à la proposition française de résolution au Conseil 
de sécurité de l'Onu, réclamant un cessez-le-feu à Alep. 
    "Si le président de la République décide que le président 
russe vient, ça ne sera pas pour des mondanités, ça sera pour 
dire des vérités", a déclaré Jean-Marc Ayrault. 
    Le chef de la diplomatie française a également confirmé que 
la France entendait saisir la cour pénale internationale (CPI) 
sur les crimes de guerre commis, selon Paris, à Alep, où la 
Russie participe activement à l'offensive du régime de Bachar 
al-Assad pour reprendre la ville aux rebelles syriens. 
    La saisine de la CPI viserait "tous ceux qui sont complices 
de ce qu'il se passe à Alep", a déclaré Jean-Marc Ayrault. "Qui 
a bombardé? A l'évidence il y a les Syriens mais il y a surtout 
les Russes", a-t-il poursuivi. 
    La Syrie n'étant pas membre de la CPI, toute saisine de la 
Cour pour des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité 
commis sur son territoire doit être approuvée par le Conseil de 
sécurité de l'Onu. 
     --- 
    BERLIN - La police allemande a annoncé avoir capturé la nuit 
dernière le réfugié syrien soupçonné de préparer un attentat 
qu'elle traquait depuis deux jours. "Fatigués mais très heureux: 
nous avons capturé le terroriste présumé la nuit dernière à 
Leipzig", a dit sur Twitter la police du Land de Saxe, dans 
l'est de l'Allemagne. 
    La police était à la recherche de Djaber Albakr, un Syrien 
de 22 ans, depuis qu'une perquisition dans un appartement de 
Chemnitz a mené samedi à la découverte de plusieurs centaines de 
grammes d'explosifs. D'après le bureau des procureurs fédéraux, 
"le tableau général, et notamment la quantité d'explosifs, 
suggère que cet homme prévoyait de commettre un attentat à 
motivation islamiste". 
     --- 
    PARIS - François Fillon, candidat à la primaire de la 
droite, a qualifié ce matin d'"enfumage" la proposition de 
Nicolas Sarkozy d'organiser un référendum portant sur 
l'internement administratif des personnes fichées S considérées 
comme les plus dangereuses. 
    "Ça n'arrivera pas, c'est de l'enfumage. Ce référendum est 
techniquement quasiment impossible", a déclaré sur Europe 1 
l'ex-Premier ministre, qui navigue entre les troisième et 
quatrième places dans les sondages. 
    "Faire un référendum avant les élections législatives, c'est 
s'opposer à une motion de censure de l'ancienne majorité pour un 
sujet en plus qui, honnêtement, pourrait attendre que les 
élections législatives aient eu lieu", a-t-il ajouté. 
     --- 
    PARIS - Les auteurs des violences contre des policiers 
commises ce week-end dans l'Essonne seront "appréhendés" et 
"jugés sévèrement", a assuré le Premier ministre, Manuel Valls, 
qui a fait ce matin la tournée des commissariats du département. 
    Quatre membres des forces de l'ordre ont été blessés samedi, 
dont deux grièvement, lors de l'agression commise par un groupe 
d'une quinzaine de personnes qui ont jeté des cocktails Molotov 
sur leurs véhicules près du quartier sensible de la 
Grande-Borne, à Viry-Châtillon. 
    L'incident s'est produit lors d'une mission de surveillance 
d'une caméra de vidéosurveillance endommagée à deux reprises ces 
dernières semaines après son installation par la mairie à un 
carrefour théâtre de nombreux vols à la portière. 
     --- 
    LILLE - Un migrant érythréen est mort hier soir à Calais 
après avoir été percuté par un automobiliste britannique sur 
l'autoroute A16, a annoncé la Préfecture du département. La 
victime faisait partie d'un groupe qui tentait de déposer des 
obstacles sur l'autoroute pour obliger voitures et camions à 
ralentir afin de tenter de se cacher à l'intérieur pour 
rejoindre le port et essayer de passer en Grande-Bretagne. 
     --- 
    PARIS - Le milliardaire Vincent Bolloré a révélé ce matin 
avoir franchi le seuil des 20% du capital de Vivendi, renforçant 
son emprise sur le groupe de médias alors que sa stratégie tarde 
à porter ses fruits. 
    Président du conseil de surveillance de Vivendi depuis deux 
ans, l'entrepreneur breton, premier actionnaire de Vivendi, 
affiche un bilan contrasté. La reprise en main musclée de Canal+ 
n'a pas permis pour l'instant d'enrayer les départs d'abonnés, 
l'offensive dans les jeux vidéo s'est heurtée à la résistance 
des frères Guillemot chez Ubisoft tandis que la grande ambition 
de bâtir un groupe "latin" de contenus s'est enlisée dans un 
différend avec l'italien Mediaset sur leur projet de 
rapprochement. 
     --- 
    STOCKHOLM - Le prix Nobel d'économie 2016 a été attribué aux 
économistes Oliver Hart, d'origine britannique, et Bengt 
Holmström, d'origine finlandaise, "pour leurs contributions à la 
théorie des contrats", vient d'annoncer l'Académie royale des 
Sciences de Suède. 
    Oliver Hart, né à Londres en 1948, et Bengt Holmström, né à 
Helsinki en 1949, travaillent tous deux pour des universités 
américaines. 
    "Les économies modernes sont unis par d'innombrables 
contrats. Les nouveaux outils théoriques créés par Hart et 
Holmström sont précieux à la compréhension de ces contrats et 
institutions, ainsi que des pièges potentiels dans la conception 
des contrats", note l'Académie. 
     
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant