RESUME DE L'ACTUALITE A 10h00 GMT (27/08)

le
0

PARIS - François Hollande a demandé aux membres du nouveau gouvernement de Manuel Valls réunis pour leur premier conseil des ministres de jouer collectif après le départ d'Arnaud Montebourg, pourfendeur de sa ligne sociale-démocrate. "Un gouvernement c'est une méthode, cette méthode c'est celle de la cohérence, de la solidarité, il ne faut pas jouer individuel, on ne joue pas individuel", a-t-il dit lors de ses propos liminaires, selon son entourage. Appelé il y a cinq mois à Matignon pour remplacer Jean-Marc Ayrault dont le mandat a été miné par des "couacs" à répétition, Manuel Valls s'efforçait depuis sa prise de fonction de donner l'image d'une équipe soudée malgré les critiques au sein de son équipe sur le pacte de responsabilité et ses baisses de charges et d'impôts pour les entreprises. "Il y a des débats entre nous, c'est nécessaire mais ils doivent avoir lieu en conseil du ministre et dans les réunions du gouvernement", a demandé le chef de l'Etat. PARIS - Le nouveau ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a assumé sa différence avec son prédécesseur Arnaud Montebourg, disant sa volonté de restaurer la confiance des entreprises, des investisseurs et des Français en évitant les "oppositions stériles", pour redresser une économie française stagnante. Ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée chargé de la politique économique, cet énarque âgé de 36 ans a largement contribué à bâtir la politique de François Hollande, dont la critique par Arnaud Montebourg a provoqué le remaniement. "Nous n'avons pas toujours eu les mêmes sensibilités", a-t-il dit lors de sa prise de fonction aux côtés d'Arnaud Montebourg mais "au fond nous sommes deux hommes de conviction qui appartenons à la même famille". --- PARIS - Les chiffres du chômage pour le mois de juillet ne seront pas bons, a admis hier Manuel Valls, invité de France 2 pour présenter son nouveau gouvernement. "Ils ne peuvent pas être bons, ils seront négatifs avec le niveau de croissance que nous avons", a dit le Premier ministre. --- PARIS - Christine Lagarde a été mise en examen mardi soir pour "négligence simple" dans l'enquête sur l'arbitrage controversé dont a bénéficié Bernard Tapie en 2008, a-t-on appris dans l'entourage de la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI). Christine Lagarde exclut toutefois de démissionner de son poste après cette mise en examen, et elle a chargé son avocat de déposer un recours, a-t-on précisé. "Elle est extrêmement combative", a dit à Reuters un proche de la directrice générale du FMI. "Elle considère cette décision totalement infondée et a chargé son avocat de déposer tous les recours." --- GAZA/JERUSALEM - Le cessez-le-feu illimité décrété mardi dans la bande de Gaza a été respecté dans la nuit mais après sept semaines de tirs de roquettes palestiniennes, Israël s'est réveillé au son des vives critiques contre la gestion du conflit par le Premier ministre Benjamin Netanyahu. A Gaza, où les partisans du Hamas ont crié victoire mardi soir, la population profitait des premières heures sans raids aériens israéliens pour se rendre dans les banques et les magasins et tenter de reprendre une vie normale. En Israël, les sirènes d'alerte ont cédé la place aux cris de colère contre une issue jugée insatisfaisante. --- MINSK - Le président ukrainien, Petro Porochenko, a promis dans la nuit, à l'issue d'un tête-à-tête avec Vladimir Poutine à Minsk, de travailler dans le but de trouver le plus rapidement possible un accord de trêve avec les séparatistes de l'est du pays. Le président russe a lui aussi jugé que ce rendez-vous, le premier entre les deux hommes depuis les commémorations du débarquement du 6 juin 1944 en Normandie, avait été positif. Vladimir Poutine a malgré tout précisé qu'il incombait à Kiev de s'entendre avec les insurgés sur les conditions d'un éventuel cessez-le-feu. Autrement dit: Moscou n'a pas, selon lui, à intervenir directement dans les pourparlers. "Nous n'avons pas discuté de cette question en profondeur et nous, la Russie, ne pouvons pas discuter en profondeur des conditions d'une trêve et des accords entre Kiev, Donetsk et Louhansk", a-t-il dit mercredi à la presse. NATIONS UNIES - Les rebelles pro-russes de l'est de l'Ukraine comettent des exactions, notamment des meurtres, des enlèvements et des actes de torture, et reçoivent "des ravitaillements réguliers" en armes sophistiquées et en munitions, selon un rapport de l'Onu que Reuters a pu se procurer. Les auteurs de ce document font aussi état de violations des droits humains - détentions arbitraires ou actes de torture - commises par les forces armées ukrainiennes et par des bataillons qui dépendent du ministère de l'Intérieur. Les membres de la mission de surveillance des droits de l'homme en Ukraine évaluent le bilan à au moins 2.200 morts depuis le début des affrontements, à la mi-avril. --- WASHINGTON - Le département d'Etat américain, qui avait affirmé hier que l'Egypte et les Emirats arabes unis étaient selon lui à l'origine des raids aériens menés récemment par des avions non identifiés contre des positions islamistes en Libye, est par la suite revenu sur ces déclarations. La diplomatie américaine a publié en fin de journée un communiqué qui corrige des propos tenus par la porte-parole Jen Psaki. "Nous pensons que des raids aériens ont été menés ces derniers jours par les Emirats arabes unis et l'Egypte (en Libye)", avait-elle dit. --- SAINT-LOUIS, Missouri - Une centaine de manifestants ont défilé mardi dans le calme à Saint-Louis, dans le Missouri, pour réclamer l'arrestation du policier blanc accusé d'avoir abattu un jeune homme noir à Ferguson le 9 août dernier. La mort de Michael Brown, âgé de 18 ans, avait déclenché deux semaines de manifestations dont certaines ont donné lieu à des affrontements avec les forces de police et à l'arrestation de plusieurs dizaines de personnes. Ces derniers jours, la tension est quelque peu retombée et les obsèques du jeune homme se sont déroulées lundi sans incidents. --- BRASILIA - L'écologiste Marina Silva, qui a fait irruption la semaine dernière dans la campagne présidentielle au Brésil, n'a qu'un faible retard sur la présidente sortante, Dilma Rousseff, en vue du premier tour et pourrait même l'emporter au second, selon un sondage publié mardi. D'après cette enquête de l'institut Ibope, Marina Silva séduit 29% des électeurs, appelés aux urnes le 5 octobre, tandis que Dilma Rousseff récolte 34% des intentions de vote. L'actuelle présidente perd quatre points par rapport au précédent sondage du même institut, réalisé au début du mois, lorsque Marina Silva n'était pas encore candidate. --- KABOUL - Abdullah Abdullah, un des deux candidats à s'être proclamé vainqueur de l'élection présidentielle afghane, a retiré ses observateurs de la procédure de vérification des votes menée sous l'autorité de l'Onu, a-t-on appris de source diplomatique occidentale. L'audit électoral fait partie d'un accord conclu grâce à la médiation des Etats-Unis alors qu'Abdullah Abdullah et son rival Ashraf Ghani revendiquent tous deux la succession du président Hamid Karzaï.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant