RESUME DE L'ACTUALITE A 10h00 GMT (27/06)

le
0
MADRID - Mariano Rajoy, a dit ce matin espérer que les partis 
politiques représentés au Parlement espagnol parviennent à 
trouver un accord permettant au Parti populaire (PP, droite) de 
former un gouvernement d'ici un mois tandis que le PSOE 
(socialistes) jugeait que le chef du gouvernement sortant devait 
former son équipe au plus vite.  
    Le PP, dont Mariano Rajoy est issu, est arrivé en tête des 
élections d'hier en Espagne mais il n'a pas décroché la majorité 
absolue. Le PP est toutefois la seule formation politique 
espagnole qui a progressé par rapport au scrutin du 20 décembre 
dernier mais avec 137 sièges, le parti de Mariano Rajoy reste en 
deçà de la majorité absolue fixée à 176 députés. 
    Avec 85 sièges, le PSOE perd cinq sièges mais conserve sa 
deuxième position que les sondages à la sortie des urnes 
diffusés à la fermeture des bureaux de vote promettaient 
pourtant à l'alliance anti-austérité Unidos Podemos. Mais avec 
71 sièges au final, le mouvement de Pablo Iglesias ne fait pas 
mieux qu'en décembre. 
     --- 
    PARIS - La France et l'Allemagne sont d'accord pour aller 
vite dans la mise en oeuvre du "Brexit", a affirmé ce matin le 
ministre français des Finances, alors qu'Angela Merkel a mis en 
garde contre toute précipitation après le référendum au 
Royaume-Uni. 
    Le président français, François Hollande, est attendu ce 
soir à Berlin pour y retrouver la chancelière allemande et le 
chef du gouvernement italien, Matteo Renzi, à la veille du 
Conseil européen de Bruxelles. Avant d'aller à Berlin, François 
Hollande a reçu dans la matinée à Paris le président du Conseil 
européen, Donald Tusk. 
    La sortie du Royaume-Uni de l'UE pourrait être l'opportunité 
pour l'Europe de se réformer, a estimé ce matin Matteo Renzi. 
    Angela Merkel a déclaré samedi qu'elle ne militerait pas 
après la victoire du "Leave" au Royaume-Uni pour "un calendrier 
serré" de sortie de l'Union européenne.  
    Prié de dire si François Hollande et Angela Merkel étaient 
sur la même ligne, Michel Sapin a répondu sur France 2 : "Il 
peut y avoir des tempéraments différemment. Chacun sait bien la 
manière dont les Allemands essayent de raisonner sérieusement, 
ils ont raison, sur tous les sujets." 
    "Il n'y a aucune différence entre la France et l'Allemagne 
s'agissant de la question, là, d'actualité : 'Est-ce que la 
Grande-Bretagne doit aller vite?' Oui", a-t-il poursuivi. 
      
    LONDRES - Trois parlementaires travaillistes ont annoncé 
aujourd'hui leur démission du gouvernement fantôme dirigé à 
Westminster par le chef de file du Labour Jeremy Corbyn au 
lendemain du départ d'une douzaine de membre de son équipe. 
    De nombreuses personnalités du Labour fustigent depuis 
vendredi l'attitude de Jeremy Corbyn, élu l'an dernier à la tête 
du Labour, auquel ils reprochent de n'avoir pas réussi à 
convaincre l'électorat du nord de l'Angleterre de voter en 
faveur du maintien du Royaume-Uni au sein de l'UE. 
     
    TOKYO - La livre sterling et l'euro ont poursuivi leur recul 
aujourd'hui sur les marchés financiers en Asie et en Europe, 
dont les Bourses ont comme prévu ouvert en baisse mais avec des 
pertes relativement limitées, tandis que les places asiatiques 
ont bien résisté à la lame de fond du référendum britannique. 
Après avoir plongé de plus de 10% face au dollar vendredi dans 
la journée et atteint son plus bas depuis 1985, la devise 
britannique avait fini à 1,3662 dollar vendredi soir à New York. 
Elle cédait encore aujourd'hui, vers 8h00 GMT, 2,15% à 1,3405 
dollar, malgré une intervention du ministre des Finances 
britannique avant l'ouverture des marchés européens. 
    L'euro est également sous pression, cédant 0,4% face au 
dollar autour de 1,1068 alors que le dollar avance de 0,4% face 
à un panier de devises de référence. 
 
    PARIS - Les valeurs bancaires ont reculé de nouveau 
nettement ce matin en Europe, alors que plusieurs analystes 
anticipent un durcissement des conditions de marché pour les 
banques européennes, avec une pression à la baisse sur leurs 
revenus et leur rentabilité, après la décision de la 
Grande-Bretagne de quitter l'Union européenne. 
    A 10h10, Société générale reculait de 5,52%, plus forte 
baisse du CAC 40 (-0,48%), suivi par BNP Paribas (-4,43%) et 
Crédit agricole (-3,06%). Hors CAC, Natixis perdait alors 3,23%. 
       
     --- 
    BEYROUTH - Six personnes ont été tuées et 19 autres blessées 
aujourd'hui dans un attentat suicide mené par quatre kamikazes 
dans un village libanais proche de la frontière syrienne, 
rapporte Al Manar, la chaîne de télévision du mouvement chiite 
libanais Hezbollah. 
     --- 
    PARIS - La préfecture de police de Paris a annoncé ce matin 
qu'elle autorisait la manifestation de demain mardi dans la 
capitale contre la loi Travail, sur un parcours proposé par sept 
organisations syndicales et de jeunesse, dont la CGT et Force 
ouvrière. Le défilé se déroulera de la place de la Bastille à la 
place d'Italie, a précisé un porte-parole de la préfecture. 
    Le gouvernement avait dans un premier temps interdit la 
manifestation de jeudi dernier, après les débordements de celle 
du 14 juin et le refus de l'intersyndicale de se contenter d'un 
rassemblement statique. Il avait finalement autorisé un défilé 
sur un circuit très réduit, à partir de la place de la Bastille. 
    La manifestation de jeudi dernier, sous haute surveillance 
policière, s'est finalement déroulée sans incident notoire.      
    
     --- 
    NANTES - Le "oui" au transfert de l'aéroport de Nantes à 
Notre-Dame-des-Landes, au nord de l'agglomération, l'a emporté 
hier lors de la consultation de la population de 
Loire-Atlantique que le gouvernement s'est engagé dans la foulée 
à "faire appliquer". 
    Selon les résultats définitifs communiqués par la 
préfecture, les partisans du projet ont recueilli 55,17% des 
voix, avec une participation de 51,08%.  
    Sur la commune de Notre-Dame-des-Landes, le "non" est arrivé 
en tête avec 73,57% des 1.150 suffrages exprimés. Mais dans une 
des deux communes qui accueillent l'actuel aéroport, 
Saint-Aignan-de-Grandlieu, la proportion est pratiquement 
inversée. 
    Quelque 967.000 électeurs du département étaient appelés à 
donner leur avis. Un avis "consultatif" selon la loi mais que le 
François Hollande et Manuel Valls se sont engagés à suivre. 
    "Le gouvernement fera appliquer le verdict des urnes", a 
réagi le Premier ministre qui souligne que "la démocratie a 
parlé" et souligne le "taux exceptionnel" de la participation. 
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant