RESUME DE L'ACTUALITE A 10h00 GMT (21/10)

le
0

LA COURNEUVE, Seine-Saint-Denis - François Hollande a reçu hier un accueil mouvementé à La Courneuve, banlieue populaire de Seine-Saint-Denis, où le président a été copieusement hué par une foule agitée. Dix ans après la flambée de violences de 2005 dans les banlieues, le chef de l'Etat a lancé un appel au développement économique dans les territoires touchés par le chômage. "Il n'y a pas de quartiers perdus dans la République, pas une France périphérique à côté de la France des villes (...). Non, il y a une France dans laquelle l'égalité doit être assurée", a-t-il déclaré. Avant d'entrer dans une pépinière d'entreprises pour y prononcer son discours, François Hollande a été copieusement hué par des personnes qui étaient venues l'attendre. "Le changement, c'est quand ? On vit dans la misère à La Courneuve", a crié un homme à l'adresse du président, entouré d'un important service d'ordre. François Hollande a annoncé la création de l'Agence France entrepreneurs, destinée à coordonner l'aide aux entreprises dans les territoires dits fragiles. Dotée de 110 millions d'euros de budget, l'Agence France entrepreneurs sera dirigée par l'entrepreneur d'origine syrienne Mohed Altrad. --- LJUBLJANA/KLJUC BRDOVECKI, Croatie - Confrontée à une vague de migrants venus du sud, la Slovénie a déployé l'armée à sa frontière et n'a pas exclu d'ériger une clôture à l'instar de la Hongrie voisine. Le parlement slovène a adopté aux premières heures de mercredi une loi qui accorde des pouvoirs supplémentaires aux militaires et leur permet de contrôler directement la frontière là où la police n'est pas présente. La fermeture vendredi par la Hongrie de sa frontière sud avec la Croatie a déclenché un effet domino dans les Balkans, des milliers de personnes à la recherche de nouveaux points de passage se trouvant bloquées en divers points frontaliers de plusieurs pays. Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, depuis vendredi, environ 19.500 migrants sont entrés en Slovénie, petit pays qui partage ses frontières avec la Croatie, la Hongrie, l'Autriche et l'Italie. --- LONDRES - Le président chinois Xi Jinping a salué "l'avenir radieux" des relations entre son pays et la Grande-Bretagne hier à l'entame d'une visite dont l'enjeu économique est la conclusion d'accords pour un montant de 46 milliards de dollars et qui a été marquée par des manifestations de militants des droits de l'homme. Les autorités britanniques ont déroulé le tapis rouge pour accueillir le chef de l'Etat chinois dont l'arrivée a été saluée par le tir de 41 coups de canons à Buckingham Palace. Le Premier ministre britannique David Cameron espère profiter de cette présence pour faire de son pays un partenaire privilégié de Pékin en Europe occidentale et obtenir des investissements dans les infrastructures, l'énergie nucléaire et les transformations envisagées pour le nord de l'Angleterre. --- BAGDAD - La coalition au pouvoir à Bagdad et les milices chiites qui la soutiennent ont exhorté le Premier ministre Haïdar al Abadi à solliciter l'appui aérien de la Russie contre l'Etat islamique, ont déclaré des membres de la coalition et des milices. Lors d'une visite mardi à Bagdad, le général Joseph Dunford, chef d'état-major de l'armée américaine, a dit que les Etats-Unis avaient obtenu du gouvernement irakien qu'aucune demande de frappes russes contre l'EI ne soit exprimée. --- MOSCOU - Le président syrien Bachar al Assad s'est rendu hier à Moscou où il a rencontré son homologue russe Vladimir Poutine, a annoncé un porte-parole du Kremlin. Les deux hommes ont évoqué la campagne militaire menée conjointement en Syrie par l'armée de Damas et par l'aviation russe contre les combattants islamistes, a précisé Dmitri Peskov. Cette visite est la première effectuée en Russie par Bachar al Assad depuis le début du conflit en Syrie en 2011 et elle survient trois semaines après le début de la campagne de frappes aériennes menée par Moscou contre des positions tenues par les insurgés. --- ATHÈNES - Le gouvernement grec et les représentants de ses créanciers internationaux ont ouvert des discussions sur le rythme des réformes que la Grèce s'est engagée à mener dans le cadre du programme d'aide conclu cet été. L'examen par les créanciers des réformes adoptées en Grèce, qui aurait dû commencer à la mi-octobre, a été repoussé en raison des élections législatives du 20 septembre. Les réformes adoptées vendredi dernier par la Vouli, le Parlement grec, prévoient notamment un abaissement des pensions de retraite, un report de l'âge du départ à la retraite, un renforcement des sanctions contre la fraude fiscale et une libéralisation du marché de l'énergie. --- PARIS - La France et le Koweït vont signer aujourd'hui un accord et des lettres d'acceptation portant sur trois volets de contrats d'armement terrestre, aérien et maritime, pour un montant estimé à 2,5 milliards d'euros, a-t-on indiqué hier dans l'entourage de Jean-Yves Le Drian. Le petit émirat pétrolier du Golfe, dont le Premier ministre et le ministre de la Défense sont à Paris pour une visite de deux jours, avait indiqué en juin son intention d'acquérir 24 hélicoptères lourds Caracal, d'Airbus Helicopters, la filiale d'Airbus Group, pour un montant d'un milliard d'euros. --- PARIS - La liste du Front National conduite par Marion Maréchal-Le Pen arrive en tête des intentions de vote pour le premier tour des élections régionales en Provence-Alpes-Côte d'Azur, selon un sondage Ifop pour Europe 1, iTELE et La Provence. D'après cette enquête publiée, le second tour est en revanche très incertain, puisque la liste du FN et celle des Républicains, de l'UDI et du Modem, menée par Christian Estrosi, font jeu égal, avec 36% des intentions de vote chacune. En cas de triangulaire le 13 décembre, le Parti socialiste, allié au PRG et soutenu par Europe Ecologie-Les Verts (EELV) et le Front de Gauche, finirait en troisième position, avec 28% des intentions de vote. --- PARIS - Christiane Taubira a défendu la réforme de l'aide juridictionnelle, dont le volet de financement est contesté par les avocats engagés dans une grève générale depuis lundi, invoquant un système "à bout de souffle" qui risque de s'effondrer. Pour tenter d'apaiser la fronde, la ministre de la Justice reçoit à midi les représentants du Conseil national des barreaux (CNB), de la Conférence des bâtonniers et de l'ordre des avocats de Paris. "Ce que je propose c'est une réforme", a-t-elle dit sur France 2. "Pourquoi? Parce que depuis une quinzaine d'années, les rapports disent que le système est à bout de souffle, qu'il va s'effondrer", a-t-elle ajouté, pointant "un risque de précarisation" d'une partie de la profession. A l'heure actuelle, 16% des avocats assurent 84% des missions qui relèvent de l'aide juridictionnelle, selon le ministère de la Justice. --- LYON - De violents incidents ont éclaté hier à Moirans (Isère), où une trentaine de jeunes issus de la communauté des gens du voyage ont mis le feu à des carcasses de voitures pour demander la libération d'un de leurs amis incarcéré afin qu'il puisse assister aux obsèques d'un proche, a annoncé la préfecture locale. La route départementale 1085 a été coupée dans l'après-midi dans les deux sens et la préfecture a dû mettre en place des déviations pour permettre la circulation entre Lyon et Grenoble. Le groupe a fait brûler des véhicules près de la gare et la SNCF a dû interrompre le trafic. Des incendies ont été allumés près de la prison d'Aiton (Savoie) où est incarcéré le détenu et des prisonniers ont refusé de réintégrer leurs cellules. Le Premier ministre Manuel Valls a rapidement réagi sur Twitter en affirmant qu'il n'y aurait qu'"une seule réponse : la fermeté et le rétablissement de l'ordre" face "aux violences inadmissibles commises à Moirans". --- PARIS - L'Unedic a revu hier en légère baisse ses prévisions de déficit pour 2015 bien qu'elle anticipe une évolution plus défavorable du nombre des demandeurs d'emploi. L'organisme gestionnaire de l'assurance chômage table désormais sur 62.000 demandeurs de catégorie A (sans aucune activité) supplémentaires cette année, à 3,563 millions, contre 12.000 dans ses prévisions de juin. Elle ne s'attend plus en revanche qu'à un déficit de 4,4 milliards d'euros en 2015, soit 0,2 milliard de mieux que prévu précédemment, après 3,7 milliards en 2014. L'Unedic explique cette baisse par l'amélioration de la conjoncture et les nouvelles dispositions de la convention d'assurance chômage négociée l'an passé.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant