RESUME DE L'ACTUALITE A 10h00 GMT (19/05)

le
0
LE CAIRE/ATHENES/PARIS - L'Airbus A320 d'EgyptAir qui a disparu 
cette nuit entre Paris et Le Caire s'est abîmé en Méditerranée, 
a déclaré le président français François Hollande, et la Grèce a 
annoncé que des débris avaient été retrouvés en mer. 
    Athènes a expliqué que l'appareil, qui transportait 66 
personnes, avait effectué plusieurs virages brusques avant de 
décrocher de son altitude de croisière et de disparaître des 
écrans radar. Les autorités égyptiennes n'excluent aucune 
hypothèse, y compris celle d'un acte terroriste. 
    "Les informations que nous avons pu recueillir () nous 
confirment hélas que cet avion s'est abîmé et s'est perdu", a 
dit François Hollande. "Aucune hypothèse n'est écartée, aucune 
n'est privilégiée." 
    La télévision publique grecque a annoncé que les opérations 
de recherche avaient permis de découvrir des débris d'avions en 
mer. Des responsables grecs avaient auparavant déclaré que des 
pièces en plastique et deux gilets de sauvetage avaient été 
retrouvés flottant à environ 370 km au sud de la Crète. 
    Les recherches n'étant pas terminées, les autorités se 
refusent à spéculer sur les causes de la disparition de l'A320. 
Le Premier ministre égyptien, Cherif Ismaïl, a déclaré qu'il 
était trop tôt pour avancer la moindre explication, y compris 
celle d'un attentat comparable à celui qui a provoqué l'an 
dernier la chute d'un avion russe peu après son décollage 
d'Egypte, tuant 224 personnes. 
    Les Etats-Unis et la France se sont associés aux recherches, 
Paris dépêchant sur la zone un Falcon 50 de reconnaissance 
jusqu'alors assigné à la mission européenne de lutte contre le 
trafic illicite de migrants en Méditerranée. 
     --- 
    PARIS - Les syndicats opposés à la réforme du Code du 
Travail ont revendiqué un regain d'affluence pour leur sixième 
journée de manifestations, après l'étiolement constaté la 
semaine dernière au bout de deux mois de contestation. 
    Soulignant "l'essoufflement" des manifestations, le Premier 
ministre Manuel Valls a appelé les organisations à "prendre 
leurs responsabilités" dans un climat de violence, en raison de 
l'infiltration systématique de "casseurs" dans les cortèges. 
    Mais pour les sept syndicats (CGT, FO, FSU, Solidaires, 
UNEF, UNL et FIDL) qui devaient se retrouver ce soir pour 
décider de la suite du mouvement, "le match n'est pas fini". 
    FO proposera toutefois devant l'intersyndicale un changement 
de stratégie avec une manifestation nationale et une journée de 
grève interprofessionnelle en juin, au lieu de journées 
d'actions à répétition, indique sa commission exécutive. 
    A Paris, plusieurs milliers de personnes ont défilé derrière 
un cordon de CRS qui ouvrait la marche pour éviter que des 
casseurs ne s'en prennent au service d'ordre syndical. 
     
    NANTES - Les ruptures de stock se multiplient dans les 
stations-service de l'ouest de la France, le blocage de la 
raffinerie Total de Donges (Loire-Atlantique) et du dépôt 
pétrolier de Vern-sur-Seiche (Ille-et-Vilaine) entraînant un 
"mouvement de panique" chez les automobilistes. 
    Total a recensé "des perturbations localisées" et "quelques 
difficultés d'approvisionnement" dans les régions Bretagne, 
Pays-de-la-Loire et Normandie, où près d'une station-service sur 
cinq est en rupture de stock. 
     
    PARIS - Une enquête pour tentative d'homicide volontaire sur 
personne dépositaire de l'autorité publique a été ouverte après 
l'incendie d'une voiture de police hier à Paris par des 
manifestants. 
    Trois personnes ont été placées en garde à vue dans le cadre 
de cette enquête. Le préfet de police de Paris, Michel Cadot, a 
dénoncé une "violence rarement atteinte et extrêmement 
choquante" qui doit servir "d'alerte".   
     --- 
    BRUXELLES - Le parquet a réclamé jusqu'à 18 ans de prison 
contre les membres d'une cellule soupçonnée de préparer des 
attentats pour le compte du groupe Etat islamique (EI) 
démantelée l'an dernier à Verviers, une ville de l'est de la 
Belgique. 
    Parmi les sept hommes jugés, figure Marouane El Bali, accusé 
par le parquet fédéral d'être un des dirigeants de la cellule, 
ce que contestent ses avocats selon lesquels il n'est qu'un ami 
d'enfance d'un des hommes tués pendant l'assaut de la police. 
    Selon la RTBF, le parquet a requis 15 ans de prison contre 
Marouane El Bali et 18 ans contre Mohammed Hamza Arshad, accusé 
d'avoir combattu en Syrie et d'avoir fourni des armes à la 
cellule. 
    Au cours du procès, Mohammed Hamza Arshad a reconnu avoir 
été en contact avec Abdelhamid Abaaoud, considéré comme le chef 
opérationnel des commandos du 13 novembre et qui a péri le 18 
novembre dans l'assaut de l'appartement de Saint-Denis où il se 
cachait. Le verdict est attendu à la fin juin.     
     --- 
    PARIS - Le groupe Etat islamique prépare de nouvelles 
attaques contre la France et pourrait passer à l'acte "le plus 
rapidement possible" en échafaudant de nouveaux modes 
opératoires pour frapper des foules, selon le directeur général 
de la sécurité intérieure. 
    Patrick Calvar a déclaré le 10 mai dernier devant des 
députés que la France demeurait "clairement le pays le plus 
menacé", six mois après les attentats sanglants du 13 novembre, 
revendiqués par l'organisation djihadiste. 
    "Nous savons que Daech (acronyme arabe de l'EI, NDLR) 
planifie de nouvelles attaques (...) et que la France est 
clairement visée", a-t-il affirmé lors d'une audition devant la 
Commission de Défense de l'Assemblée nationale, dont le contenu 
a été rendu public. 
     --- 
    BEYROUTH - L'armée syrienne s'est emparée d'un vaste secteur 
de la Ghouta orientale, dans les faubourgs du sud-est de Damas, 
avec l'aide des miliciens du Hezbollah libanais notamment, 
rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). 
    Il s'agit selon l'organisme d'une des plus grandes victoires 
obtenues cette année par les forces gouvernementales, qui 
avaient déjà gagné du terrain dans le nord-ouest et le centre du 
pays. 
     --- 
    WASHINGTON - La Réserve fédérale aura probablement à relever 
ses taux d'intérêt en juin si les indicateurs macro-économiques 
vont dans le sens d'une accélération de la croissance aux 
Etats-Unis au deuxième trimestre, d'un redressement de 
l'inflation et d'un raffermissement du marché du travail, montre 
le compte rendu de sa dernière réunion publié hier. 
    Cette opinion, exprimée par la plupart des responsables de 
la Fed lors de la réunion du Federal Open Market Committee 
(FOMC) des 26 et 27 avril, indique que ces derniers sont bien 
plus proches de procéder à nouveau tour de vis monétaire que ne 
le pensait Wall Street jusqu'à présent. 
     --- 
    PARIS - Manuel Valls estime qu'il faut légiférer 
"maintenant" sur les salaires des dirigeants des grandes 
entreprises mais son ministre de l'Economie Emmanuel Macron a 
déclaré que, s'il s'agit de les plafonner, ce serait un erreur 
de passer par la loi si la France agit seule. 
    "Nous avons fait le choix dans un premier temps de mettre 
les entreprises face à leurs responsabilités, en l'occurrence le 
patronat. Force est de constater que cela n'a pas été respecté, 
donc maintenant il faut légiférer ", a dit le Premier ministre. 
     --- 
    PARIS - Les députés français ont adopté une disposition qui 
prévoit le divorce par consentement mutuel sans passage devant 
le juge des affaires familiales. 
    Dans le cadre de l'examen du projet de loi sur la 
modernisation de la justice, l'Assemblée a entériné un 
amendement du gouvernement qui a pour objectif de désengorger 
les tribunaux qui doivent traiter chaque année près de 60.000 
divorces par consentement mutuel. 
     
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant