RESUME DE L'ACTUALITE A 10h00 GMT (18/05)

le , mis à jour à 12:15
0

BAGDAD - Les combattants de l'organisation Etat islamique ont infligé un revers sans précédent aux forces gouvernementales irakiennes en s'emparant au cours du week-end de la ville de Ramadi, capitale de la province sunnite d'Anbar et située à 110 km à l'ouest de Bagdad. Alors que les troupes irakiennes, renforcées par des milices chiites et soutenues par la coalition aérienne constituée autour des Etats-Unis, avaient repris au début du printemps la ville de Tikrit, la chute de Ramadi est une première depuis l'offensive éclair de l'EI l'année dernière, quand l'organisation extrémiste sunnite avait pris Mossoul, la deuxième ville du pays, et une grande partie du nord de l'Irak. Le Premier ministre irakien Haïdar al Abadi, jusque-là réticent à impliquer des milices chiites au coeur du pays sunnite irakien par crainte d'affrontements confessionnels, a cette fois demandé leur soutien. Les milices Hachid Chaabi, ou Comités de mobilisation populaire, qui regroupent les forces paramilitaires chiites, ont reçu l'ordre de se mobiliser, a déclaré aujourd'hui l'un de leurs porte-parole. --- ADEN - Les raids aériens de la coalition conduite par l'Arabie saoudite contre les miliciens Houthis ont repris ce matin à Aden après l'expiration d'une trêve humanitaire de cinq jours. A Ryad, le ministre yéménite en exil des Affaires étrangères, Reyad Yassine Abdallah, a affirmé que les frappes de la coalition avaient repris parce que les miliciens chiites et leurs alliés n'avaient pas respecté ce cessez-le-feu. La trêve humanitaire était entrée en vigueur pour cinq jours mardi soir. L'émissaire de l'Onu pour le Yémen, Ismaïl Ould Cheikh Ahmed, a appelé dimanche la coalition arabe et les belligérants yéménites à la prolonger d'autant. --- VARSOVIE - Le président du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, a déclaré aujourd'hui que l'Union européenne ne pouvait pas accueillir tous les migrants qui tentent d'atteindre son territoire et qu'elle devait s'atteler à une nouvelle politique de retour. "Je suis réaliste et je pense que nous devons avant tout travailler sur une nouvelle politique de retour, qui consisterait à les renvoyer", dit-il dans une interview publiée dans le Polska Times. --- WACO, Texas - Une fusillade a éclaté hier à Waco, au Texas, entre des bandes rivales de motards, faisant neuf morts et plusieurs blessés. La fusillade a eu lieu au cours d'une violente bagarre entre au moins trois bandes rivales sur le parking d'un restaurant situé dans un centre commercial, selon la police de Waco. Les motards étaient équipés d'armes à feu, de couteaux, de battes de baseball et de chaînes, toujours selon la police. --- BUJUMBURA - Des petits groupes de manifestants sont redescendus aujourd'hui dans les rues de Bujumbura pour dénoncer la candidature à un troisième mandat du président Pierre Nkurunziza, qui a mis en échec ces derniers jours une tentative de coup d'Etat. L'atmosphère était tendue dans la capitale burundaise, où le mouvement de contestation, lancé le 26 avril, a fait plus de 20 morts avant le putsch avorté de mercredi-jeudi. Pierre Nkurunziza a effectué hier sa première apparition publique depuis le coup d'Etat manqué fomenté par le chef d'état-major de l'armée cette semaine. Nkurunziza, qui n'était plus apparu dans la capitale Bujumbura depuis le soulèvement des rebelles mercredi, ne s'est pas exprimé sur la crise politique que traverse son pays. Il s'est en revanche déclaré "très préoccupé" par la menace posée par le groupe islamiste somalien Al Chabaab, lié à Al Qaïda. --- LAGOS - L'armée nigérianne a annoncé avoir détruit dix camps de Boko Haram construits dans la forêt de Sambisa, dans l'Etat de Borno, où se situe le dernier bastion de la secte islamiste. L'armée dit qu'un grand nombre de combattants de Boko Haram ont été tués dans l'opération. Un soldat nigérian a quant à lui trouvé la mort dans l'explosion d'une mine. Elle dit également avoir capturé de nombreux véhicules blindés et des canons antiaériens. --- PARIS - Un "ajustement" du gouvernement aura lieu le mois prochain, avec notamment la nomination d'un secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur et à la Recherche, a déclaré ce matin Manuel Valls. Le poste est vacant depuis la démission, début mars, de Geneviève Fioraso pour raison de santé. Ses fonctions ont été reprises par la ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, qui a cependant annoncé la semaine dernière le remplacement "imminent" de l'ex-secrétaire d'Etat dans le cadre d'un "ajustement plus général au sein du gouvernement". --- PARIS - Le gouvernement français vise un "rythme de croissance" de 1,5% à la fin de l'année, a déclaré ce matin Manuel Valls, alors que l'économie française a enregistré au premier trimestre sa croissance la plus dynamique depuis près de deux ans. "Il faut conforter cette croissance (...) il faut la conforter pour toute l'année, pour que nous ayons un rythme de croissance progressivement autour ou plus, si nécessaire, de 1,5% à la fin de l'année", a dit le Premier ministre, invité de la matinale de France Culture. --- PARIS - Près de huit patrons français d'entreprises de moins de 20 salariés sur dix redoutent que le projet de loi de modernisation du dialogue social en cours d'examen se traduisent pour eux par de nouvelles contraintes, selon un sondage Ifop-Fiducial. Sur 1.003 dirigeants d'entreprises de moins de 20 salariés interrogés du 13 au 27 avril, 62% se disent favorables à la création de commissions paritaires régionales pour assurer une forme de représentation au personnel des entreprises de moins de 11 salariés. --- PARIS - La Société générale "s'étonne" lundi de révélations sur les déclarations à la justice d'une commandante de police chargée d'enquêter sur l'affaire Kerviel dans lesquelles elle dit avoir la certitude que la banque ne pouvait ignorer les agissements de son ex-courtier. La commandante de police de la brigade financière a tenu ces propos lors de sa récente audition devant les juges, a-t-on indiqué une source policière, confirmant une information de Mediapart. L'ex-courtier, Jérôme Kerviel, condamné à cinq ans de prison dont trois ferme pour abus de confiance, manipulations informatiques, faux et usage de faux, a toujours dit que la Société Générale savait qu'il prenait des positions vertigineuses non couvertes qui se sont soldées par une perte de 4,9 milliards d'euros. --- YOKOHAMA, Japon - Le renforcement du pouvoir de l'Etat français sur Renault ne nécessite pas de modifier la structure de l'alliance du constructeur français avec le japonais Nissan, a déclaré aujourd'hui Carlos Ghosn. Le PDG des deux constructeurs, qui s'exprimait devant des journalistes au Japon, a qualifié de "stable" l'alliance capitalistique entre les deux groupes et indiqué que cette structure avait une "influence nulle" sur les opérations quotidiennes du constructeur.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant