RESUME DE L'ACTUALITE A 10h00 GMT (16/06)

le , mis à jour à 12:00
0
    MOSCOU - Le ministère russe de la Défense cherche à vérifier 
l'information selon laquelle un bombardement de son aviation 
visant une réunion de dirigeants du groupe Etat islamique a 
provoqué la mort de son chef, Abou Bakr al Baghdadi. 
    Ce raid aérien a été mené le 28 mai contre un centre de 
commandement dans un des faubourgs du sud de Rakka, dernier 
grand bastion urbain contrôlé par les djihadistes en Syrie. 
    La coalition sous commandement américain, engagée dans la 
guerre contre Daech, a dit ne pas être en mesure de confirmer la 
mort de Baghdadi. 
    La dernière vidéo publique d'Abou Bakr al Baghdadi date de 
2014 lorsqu'il apparaissait au pupitre d'une mosquée de la 
vieille ville de Mossoul pour annoncer la création d'un califat 
réunissant les territoires conquis en Syrie et en Irak. 
      ---   
    LONDRES/BRUXELLES - Les négociations sur le Brexit 
débuteront comme prévu lundi. 
    Elles seront lancées par le ministre britannique chargé de 
la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, David Davis, et 
par le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier. 
    Le résultat des élections législatives britanniques du 8 
juin, qui ont fait perdre à la Première ministre Theresa May sa 
majorité absolue à la Chambre des Communes, avait fait craindre  
à des dirigeants européens un report du début des discussions. 
      ---   
    LUXEMBOURG - Les créanciers de la zone euro se sont entendus 
hier sur un prêt de 8,5 milliards d'euros à la Grèce, qui 
permettra au pays d'honorer des échéances cruciales cet été. 
    Ils lui ont en outre fourni des pistes en vue d'un possible 
allègement de sa dette en 2018 comme le souhaite le Fonds 
monétaire international (FMI). 
    La décision a été prise lors d'une réunion des ministres des 
Finances de la zone euro à Luxembourg, en présence de la 
directrice générale du FMI, Christine Lagarde, après la mise en 
oeuvre par Athènes de toutes les réformes exigées par les 
créanciers à ce stade du programme d'aide internationale. 
      ---   
    WASHINGTON - Le procureur spécial Robert Mueller enquête sur 
des soupçons d'entrave à la justice de la part de Donald Trump 
dans le cadre des investigations qu'il mène sur l'ingérence 
russe dans la campagne présidentielle de 2016, dit-on de source 
proche du dossier, confirmant un article du Washington Post. 
    Robert Mueller pourrait décider d'interroger le président. 
    L'article du Washington Post a provoqué la colère du 
président américain qui a dénoncé sur Twitter la publication de 
ces informations, accusant les enquêteurs d'avoir "inventé une 
collusion bidon" avec des responsables russes. 
    "Ils n'ont trouvé aucune preuve et maintenant ils cherchent 
une obstruction à la justice. Super", écrit-il, répétant qu'il 
est l'objet d'une "chasse aux sorcières". 
      ---   
    WASHINGTON - Donald Trump va revoir certains aspects 
importants de la politique de détente avec Cuba mise en place 
par son prédécesseur Barack Obama. 
    Il devrait l'expliquer aujourd'hui à Miami dans un discours. 
    D'après des responsables du gouvernement, Donald Trump 
insistera sur l'interdiction en vigueur faite aux ressortissants 
américains d'effectuer des voyages de tourisme sur l'île 
communiste. Les conditions entourant les déplacements de 
citoyens américains à Cuba seront plus restrictives. 
    Mais surtout, le chef de la Maison blanche entend 
restreindre de manière significative les liens commerciaux que 
pourraient nouer ou développer les entreprises américaines avec 
le secteur militaire cubain. 
      ---   
    WYOMING, Ohio - Un étudiant américain de 22 ans libéré mardi 
par les autorités nord-coréennes souffre de graves lésions 
neurologiques après avoir été, selon son père, "brutalisé" 
durant sa détention. 
    Otto Warmbier est dans le coma depuis plus d'un an. 
    Il a été "brutalisé et terrorisé", par le régime nord-coréen 
a accusé son père. Fred Warmbier a affirmé que sa famille ne 
croyait pas à la thèse avancée par les Nord-coréens selon 
laquelle son fils a plongé dans le coma après avoir contracté le 
botulisme, une affection neurologique, et pris un somnifère. 
      ---   
    LONDRES - Au moins 65 personnes sont portées disparues ou 
auraient trouvé la mort dans l'incendie qui a détruit une tour 
d'habitation de 24 étages du quartier de Kensington, dans 
l'ouest de Londres, rapporte le quotidien The Sun. 
    Le bilan officiel fait actuellement état de 17 morts mais de 
nombreuses personnes sont portées disparues depuis la 
destruction de cet immeuble qui abritait plus de 120 logements. 
      ---   
    KABOUL - Une attaque contre une mosquée de Kaboul perpétrée 
par trois hommes, hier, a fait au moins quatre morts et huit 
blessés et a été revendiquée par le groupe Etat islamique (EI). 
    L'attaque, en plein ramadan, s'est produite dans la mosquée 
Al Zahra, fréquentée par la minorité chiite. 
      ---   
    PARIS - La République en marche, le mouvement d'Emmanuel 
Macron, obtiendrait entre 440 et 470 élus sur 577 à l'issue du 
second tour des élections législatives dimanche, garantissant à 
l'exécutif une très large majorité absolue à l'Assemblée 
nationale, selon deux sondages publiés hier. Aucune autre 
formation ne serait en mesure de faire élire 100 députés. 
      ---   
    PARIS - Nathalie Kosciusko-Morizet a subi une agression, 
lors d'un déplacement de campagne sur un marché parisien, qui a 
soulevé une vague d'indignation dans le monde politique. 
    Bousculée et insultée par un passant en pleine distribution 
de tracts sur le marché Maubert, dans le Ve arrondissement, la 
candidate des Républicains (LR) a perdu connaissance pendant 
plusieurs minutes avant d'être transportée) à l'hôpital Cochin. 
    Elle y est restée en observation durant la nuit. 
    Sur des images diffusées par différents médias, on peut voir 
un homme tendre le poing vers le visage de Nathalie 
Kosciusko-Morizet. 
      ---   
    LILLE - Onze associations qui viennent en aide aux migrants 
à Calais ont déposé un recours devant le tribunal administratif 
de Lille pour obliger les autorités à "respecter les libertés et 
les droits fondamentaux des exilés présents sur Calais". 
    D'après ces associations, qui avaient déjà par le passé 
saisi la justice administrative pour faire reconnaître leur 
droit à venir en aide aux migrants, il y aurait actuellement 
environ 600 migrants dans la région de Calais. 
    Le Défenseur des droits, Jacques Toubon, qui a dénoncé 
mercredi "les conditions de vie inhumaines" subies par les 
migrants présents dans la région, estime lui aussi qu'entre 500 
et 600 migrants sont présents dans la région 
      ---   
    DIJON, Côte-d'Or - L'assassinat du petit Grégory Villemin, 
retrouvé noyé pieds et poings liés dans une rivière des Vosges 
le 16 octobre 1984, impliquerait plusieurs membres du cercle 
familial, a déclaré hier le procureur général de Dijon, 
Jean-Jacques Bosc. 
    Trois personnes avaient été placées en garde à vue mercredi, 
Marcel et Jacqueline Jacob, grands oncle et tante de l'enfant, 
ainsi que Ginette Villemin, sa tante, tous issus de la branche 
paternelle. Cette dernière a été remise en liberté hier. 
      ---   
    NEW YORK - Le fabricant japonais d'airbags Takata, au coeur 
d'un scandale de produits défectueux qui lui a coûté des 
milliards de dollars et ruiné son image, pourrait déposer son 
bilan la semaine prochaine au Japon et aux Etats-Unis. 
    Takata négocierait un accord de financement avec 
l'équipementier automobile américain Key Safety Systems qui 
pourrait reprendre ses activités opérationnelles aux Etats-Unis. 
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant