RESUME DE L'ACTUALITE A 10h00 GMT (14/09)

le
0

BRUXELLES - Les ministres de l'Intérieur d'une Union européenne fortement divisée se réunissent cet après-midi à Bruxelles pour tenter de s'accorder sur la réponse à apporter aux arrivées de migrants et de réfugiés. "Il faut progresser rapidement sur les propositions de la Commission", a déclaré l'exécutif bruxellois dans un communiqué. Alors que des dizaines de milliers de migrants fuyant la guerre ou la misère au Proche-Orient et en Afrique cherchent une vie meilleure en Europe, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a proposé mercredi dernier de répartir à travers l'UE de manière contraignante et selon des critères de taille, de population ou de poids économique un total de 160.000 demandeurs d'asile arrivés ces derniers mois en Italie, en Grèce et en Hongrie. Mais ce "mécanisme de répartition", soutenu par Berlin et Paris, ne fait pas l'unanimité au sein des Vingt-Huit, notamment à l'Est où le ministre slovaque de l'Intérieur, Robert Kalinak, a averti dimanche qu'il opposerait un veto à toute décision que pourrait prendre le conseil "Justice et affaires intérieures" sur des quotas obligatoires de migrants. "Je n'ai pas le sentiment que nous aurons un accord au niveau ministériel", a déclaré un diplomate européen. L'Allemagne, qui avait décidé le 4 septembre, en coordination avec l'Autriche, d'ouvrir ses frontières aux milliers de migrants bloqués en Hongrie, a rétabli hier des contrôles à ses frontières pour endiguer le flot de réfugiés affluant sur son territoire. Le président français François Hollande a de son côté exigé à l'occasion d'un déplacement ce matin en Haute-Saône que l'Union règle sans délai la question des contrôles à ses frontières extérieures. "L'Allemagne, comme la France, demande que l'Europe puisse avoir un contrôle sur ses frontières et c'est la condition pour que les réfugiés puissent être accueillis dignement et de manière maîtrisée et que puisse être distingué ce qui relève du droit d'asile et ce qui a trait à des distorsions économiques", a déclaré François Hollande lors de son déplacement. "Concrètement, cela veut dire des centres d'enregistrement qui doivent être placés en Grèce, en Italie, en Hongrie. Ça doit se régler aujourd'hui", a-t-il ajouté. GENEVE - Le Haut Commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad al Hussein, a appelé ce matin les Européens à augmenter les voies d'immigration légale et de se doter de politiques communes pour faire face à l'arrivée de réfugiés. "Nous avons besoin de canaux d'immigration légale et de relocalisation élargis, deux mesures qui éviteraient des morts et réduiraient les trafics", a-t-il dit en ouverture d'une réunion du Conseil des droits de l'homme de l'Onu. BEYROUTH - Le Premier ministre britannique, David Cameron, est arrivé ce matin à Beyrouth où il sera reçu par son homologue libanais, Tammam Salam, sur fond de crise des réfugiés provoquée par la guerre en Syrie voisine, ont rapporté les médias. David Cameron verra le chef du gouvernement libanais après avoir visité des camps de réfugiés au Liban, pays qui héberge à lui seul plus d'un million de personnes ayant fui le conflit civil syrien. --- LA CAIRE - Les forces égyptiennes ont ouvert le feu par erreur sur un convoi de touristes mexicains, faisant 12 morts et dix blessés parmi eux et leurs accompagnateurs égyptiens lors d'un accrochage avec des activistes islamistes dans l'ouest du pays, a annoncé le ministère de l'Intérieur dans un communiqué diffusé la nuit dernière. Au moins deux Mexicains figurent parmi les tués, selon le ministère mexicain des Affaires étrangères. Le président Enrique Pena Nieto demande quant à lui que toute la lumière soit faite sur ce qu'il nomme un incident tragique. "Une unité mixte de la police et de l'armée qui pourchassait des éléments terroristes, (dimanche) soir, dans une oasis du désert occidental, a tiré accidentellement sur quatre véhicules tout-terrain appartenant à un groupe de touristes mexicains", a expliqué le ministère égyptien de l'Intérieur. --- MIDDLETOWN, Californie - Plusieurs centaines de maisons ont été détruites dimanche par un feu de forêt dans le nord de la Californie, où près de 20.000 habitants ont dû être évacués, rapportent les pompiers. L'incendie, baptisé Valley Fire, est désormais le plus destructeur de tous ceux qui ont fait rage cet été en raison de la sécheresse, et il progresse à une telle vitesse que les autorités parlent d'un "comportement sans précédent". Le service de protection des forêts contre les incendies de Californie a déclaré qu'à la date de dimanche soir, plus de 19.300 personnes avaient dû être évacuées en raison de l'incendie Valley Fire, qui a fait partir en fumée 20.200 hectares depuis samedi dans le comté de Lake, à 80 km à l'ouest de la capitale californienne Sacramento. --- MOBILE, Alabama - Airbus inaugure aujourd'hui sa première usine d'assemblage aux Etats-Unis, sur les terres de son grand rival Boeing. Le site de Mobile, dans l'Alabama, qui représente un investissement de 600 millions de dollars (530 millions d'euros), est prévu pour employer, à pleine capacité, un millier d'ouvriers d'ici 2018. L'usine américaine assemblera d'ici la fin 2017 quatre avions A320 par mois et l'avionneur européen espère y produire à partir de 2017 une nouvelle version de l'A320. --- PARIS - Quarante-six pour cent des sympathisants des Républicains souhaitent des accords électoraux avec le Front national au deuxième tour des élections régionales de décembre, selon un sondage Harris Interactive pour Atlantico. Ce total est en retrait de neuf points par rapport à un précédent sondage effectué en novembre 2014. Dans le détail, neuf pour cent des sympathisants LR sont favorables à des accords dans toutes les régions et 37% si cela peut empêcher la gauche de remporter ou conserver une région. Du côté des sympathisants FN, ils sont 71%, contre 64% il y a un an, à souhaiter de telles alliances au second tour. --- PARIS - Le gouvernement augmentera en 2016 d'un euro la redevance audiovisuelle et de 30% la taxe payée par les fournisseurs d'accès à internet, pour financer la télévision et la radio publiques, a annoncé ce week-end la ministre de la Culture, ce qui a déclenché l'ire des opérateurs. Fleur Pellerin a en revanche exclu, dans une interview publiée par le Journal du Dimanche, le rétablissement de la publicité sur les chaînes publiques après 20h00, qui avait été supprimée sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant